N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

Méditation

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Méditation

La méditation est plus qu’une démonstration d’élévation. C’est une intériorisation dont l’importance est de chercher à se connaître. Il existe plusieurs types de méditations appropriées pour différentes personnes.

La première étape de la méditation que l’on connaît bien, est d’abord le questionnement. Dans le quotidien, tout le monde est apte à se questionner dans le but soit de se remettre en question ou tout simplement d’essayer de trouver une solution à un événement ou à une situation. Il s’agit ici d’une méditation inconsciente que la plupart pratique dans son quotidien.

D’autres choisissent tout simplement de prendre du temps pour eux, dans le but de changer leur quotidien et de faire autre chose. On parle ici de soins appropriés ou d’une activité que l’on aime. De cette manière, on peut ainsi se retrouver et être à notre service mais non d’une façon égoïste, mais bien d’une façon à s’intérioriser pour être plus efficace à notre retour dans le service.

Ces deux genres sont des méditations inconscientes.

Pour d’autres personnes, on parle plus de relaxation, par laquelle on en fait un processus ou un rituel particulier. Par exemple, écouter de la musique relaxante et s’asseoir pour savourer cet instant ou tout simplement prendre le temps d’aller au plus profond de soi, pour trouver qui l’on est et essayer de nous comprendre.

À ce stade, la méditation devient plus consciente.

Par la suite, certaines personnes ont le désir d’aller plus loin dans la recherche de leur identité, et vont être très conscientes du motif de leur méditation. C'est-à-dire qu’elles sont alors conscientes que la méditation est une élévation de l’être pour trouver sa vraie identité associée à son alignement initial.

Alors, le rituel de la méditation devient plus profond et plus conscient. À ce state, il faut comprendre que la méditation pour s’élever n’est pas associée à un rituel fixe ou à une façon particulière. Il existe plusieurs modes de méditation qui sont tous très bons.

Par exemple : Une méditation de reconnaissance envers tout ce qui vit ou une appréciation, est déjà une élévation car nous reconnaissons qu’il y a un apport de tous les êtres vivants, et qu’en partie nous sommes conscients de leur importance à notre survie et à notre mode de fonctionnement tout en étant conscients que nous sommes tous des compléments les uns envers les autres.

D’autres types de méditation méthodique dont le but est de développer le mental en particulier, nous amènent à visualiser quelque chose de plus grand. Certaines personnes l’associeront à un point de lumière relié au troisième œil. Par la concentration de ce point de lumière à ce centre, nous tentons consciemment de nous abandonner à une force supérieure pour nous élever. Autrement dit, à travers cette forme, nous essayons de faire le vide, le silence total, même si cela ne demeure que quelques secondes, c’est une réussite !

Mais le plus important à retenir dans une méditation, est l’effet de la conscientisation de soi –même. C'est-à-dire de pouvoir faire face à soi- même, de calmer notre corps physique, de connaître nos besoins et nos réactions, de calmer notre corps émotionnel, de connaître nos peurs, de les identifier sans les fuir, de les admettre, de les accepter et de les transmuter en calmant aussi notre corps mental, c'est-à-dire calmer nos propres idéaux pour s’abandonner à quelque chose de plus puissant que soi en se laissant guider, par suggestion bien sûr, en respectant notre libre arbitre.

La méditation est plus que méthodique, c’est plus que le contrôle de soi. C’est en réalité l’abandon de soi, l’acceptation et bien sûr, la conscientisation de soi.

Vous savez que votre intuition est votre guide, et que si intérieurement vous êtes en harmonie avec vos choix, vos façons de faire, votre mode de vie même, vous êtes sur la bonne voie.

C’est normal qu’au début on ressente des peurs, qu’on ressente que nous ne sommes pas à la hauteur. En fait, on cherche une méthode qui nous ressemble, donc on se cherche et ceci est très sain. À quelque part, nous tentons de retrouver notre alignement et nous tentons de nous élever.

Mais une chose est importante à retenir :
IL N’Y A PAS DE MÉTHODE PRÉCONÇUE
dans la façon de s’élever.
Notre intuition est en partie la voie de notre âme.

Certains pensent qu’il y a un danger à la méditation ou une contre-indication. Dans un sens oui, car parfois, il y a certaines personnes qui utilisent la méditation dans le but de s’élever, mais d’une façon totalement égoïste. Ce but de s’élever est alors fait d’une façon ambitieuse et très rapide. Mais le vrai but de la méditation est de procéder lentement. Les changements, les prises de conscience se font à la grosseur de la tête d’une aiguille et c’est la meilleure solution, car la vitesse empêche l’intégration et les véritables changements. Elle masque les peurs, les sentiments, les comportements, les schèmes de pensées, elles les refoulent à un point tel que la personne devient une véritable bombe à retardement. C’est comme dans votre plan, l’histoire ou la fable du lièvre et de la tortue. C’est la tortue qui arrive en premier. Donc en transformation, c’est celui ou celle qui a une attitude de tortue qui intègre et transmute ses énergies négatives en positive pour pouvoir les mettre au service de l’humanité.

Il est tout a fait normal d’avoir un comportement lièvre pour certains au début tout simplement parce qu’on est ignorant relativement au mode de fonctionnement… nous ne le savons pas. Avoir des mises en garde régulièrement dans le processus de transformation nous ramène dans la réalité de ce que nous sommes, et de ce qu’il est bon d’être pour nous.

Nous ne sommes pas parfaits et la perfection n’existe pas. Nous sommes constamment en processus de transformation pour pouvoir un jour se réaliser. Mais nous sommes encore à l’école et nous ne sommes pas prêts à se réaliser du jour au lendemain. D’ailleurs, ceci ne serait pas bon. Pour la simple raison qu’on s’élève en vivant des expériences dans différents contextes avec des peurs, des émotions, des façons d’être et même de penser différentes. C’est de cette manière que nous grandissons.

Voyez-vous, dans votre expression courante vous dites : « Ça prend toute sorte de monde pour faire un monde » qui se traduit par « nous devons tous apprendre par différentes expériences pour pouvoir grandir ». C’est pourquoi il y a autant de façon de faire dans ce domaine. Certaines personnes expérimentent le pouvoir personnel et c’est bien ainsi jusqu’au jour où ce pouvoir personnel s’use et leur égo devra être transmuté. Autrement dit l’égo perdra de la force pour pouvoir revenir sur le bon sentier d’une façon plus consciente et plus juste.

Et l’on comprend également, que le vrai pouvoir se fait dans la liberté de soi, mais dans la liberté des autres aussi.

Tous les évènements que la vie nous apporte nous incitent à méditer et à se comprendre. Cela n’exclu pas les méthodes. Il faut comprendre que certaines méthodes servent également d’encadrement et de modèles à suivre pour pouvoir un jour faire sa propre méthode. Oui dans la vie nous sommes confrontés à utiliser la méditation avec les événements que l’on vie. Par exemple, lorsque nous choisissons consciemment de prendre des vacances, c’est un temps d’arrêt idéal pour conscientiser, faire le point ou bien encore se libérer de nos responsabilités pour pouvoir s’intérioriser et penser à nous. Cela nous aide dans notre prise de décision, et ce temps d’arrêt nous aide à faire le point sur les changements que nous devons apporter ou faire. À notre retour, nous sommes plus disposés à faire face à l’événement ou à la situation que nous devons régler.

Nous pouvons toutefois nous demander pourquoi alors le style tortue ressent quand même le besoin urgent de devenir une meilleure personne, de réaliser sa mission de vie et de servir ? C’est un processus normal au début et une bonne attitude. Car cela démontre que nous sommes prêts à nous abandonner pour faire des changements nécessaires dans notre vie, pour pouvoir s’élever et s’engager dans le service humanitaire c'est-à-dire sur la voie spirituelle. Lorsque l’on commence, on se voit tout petit. Nous pensons que nous ne sommes pas à la hauteur et que les autres qui ont un bon bout de chemin de fait sont supérieurs à nous. Erreur fondamentale ! Ils ont des changements à faire eux aussi.

En spiritualité, il ne faut pas rechercher la vitesse ni l’espérance de ressembler à quelqu’un. Il faut devenir soi-même. Il est important de ne pas suivre le rythme des autres mais bien son propre rythme. Si les autres nous méprisent réellement parce qu’on est lent, c’est qu’ils ne sont pas des bons guides pour nous. Les meilleurs guides pour nous sont d’abord ceux qui nous respectent et accordent une certaine empathie envers nous comme d’ailleurs on essaie de faire envers les autres. L’important pour un bon enseignant, est d’avoir du respect envers les limitations des autres et la reconnaissance de leur force. Nous sommes différents de l’un à l’autre et il faut comprendre que nous sommes des modèles pour les uns comme pour les autres. Autrement dit, nous sommes des compléments, car nous avons tous nos forces comme nos faiblesses et c’est ensemble que nous réussissons à former une équipe formidable pour l’avancement humanitaire.

Dans le plan intérieur, le lièvre peut être comparé au modèle masculin et la tortue au modèle féminin. Mais il faut dire qu’en général ce n’est pas tout à fait cela dans le physique. Le lièvre est utile aussi car tel que mentionné ci-dessus, nous sommes tous des compléments les uns envers les autres. Certains ressentiront ou même auront des capacités d’aller plus vite. Mais d’autres se situent au niveau de la tortue et ils doivent se respecter ainsi. Mais c’est ensemble qu’ils évoluent. Le plus vite montre à la tortue à s’affirmer aussi, et la tortue montre au plus vite à ralentir un peu pour ne pas qu’il use ses forces et que son feu s’éteigne. Autrement dit, le lièvre met un peu plus de feu en la tortue et la tortue ralentit le feu du lièvre et ainsi ils grandissent ensemble.

Il existe un danger d’un trop grand déversement d’énergie dans les corps de l’être lorsqu’un individu veut aller trop vite surtout si son motif et son intention, même inconsciemment, sont le désir d’accumuler de l’énergie pour s’élever par ambition personnelle. À ce moment, il ne se laisse plus guider, mais il puise l’énergie par lui ou par elle-même et c’est dangereux qu’il ou qu’elle se brûle avec le feu. Dans le cas du lièvre, la solution est d’apprendre à travailler avec son intuition et si possible son ressenti. Intériorisez-vous et cherchez à comprendre le motif de votre envol. Voyez à quelle intensité est votre feu… La signification d’un feu en trop grande quantité est de désirer tout connaître et tout faire en même temps. Ceci n’est pas bon. Il faut alors se ralentir, et prendre le temps de comprendre pourquoi on veut faire certaines choses. Et à ce moment, nous conscientisons NOS VRAIS BESOINS. Alors l’énergie s’équilibre avec ce que nous avons essentiellement besoin au lieu de s’accumuler.

Une trop forte accumulation d’énergie commence dans les plans subjectifs qui ne sont pas toujours visibles. L’énergie arrive par le mental et descend dans nos autres corps. Je m’explique. Le mental inférieur projette un désir d’accumuler l’énergie pour se transformer à tous prix, sans qu’il ne respecte le processus de l’intégration. Le système nerveux est alors sollicité. On devient nerveux, impatient, et même colérique parfois. On désire notre transformation à tous prix et on commence à être illusionné du fait que les autres sont très bas en énergie. Par la suite, nous sommes attaqués sur le plan émotionnel, nous ressentons des peurs, des peurs que les autres nous envahissent, des sentiments de rivalité et de compétitivité, des sentiments que les autres nous agressent et finalement des peurs qui descendent dans le corps physique apparaissant sous certaines formes de malaises. Bon, il peut s’agir de démangeaisons, de rougeurs, de raideur musculaire, de maux tête, de maux dos et ainsi de suite… Et si nous n’en sommes pas du tout conscients par tous ces avertissements, ce seront des maladies plus importantes qui naîtront.

Il est tout a fait normal de sentir des points de sensations au troisième œil et au cœur en dehors de la méditation et de ressentir une chaleur ou un effet à ces endroits. Car puisque nous sommes en processus de transformation, tous les « locataires » existants sont sollicités vers le changement, donc le travail de l’énergie transforme nos états négatifs en quelque chose de plus élevée suscitant ainsi en partie des réactions physiques.

Quand nous commençons consciemment à nous transformer, on est alors conscient et c’est tout à fait normal de ressentir jusque dans notre corps des sensations puissantes mais lorsque la transformation se fait, il est normal de ne plus ressentir ses effets. Ce n’est pas que l’on perd des capacités au contraire cela nous indique que le processus de transformation a fonctionné correctement. En fait, c’est une transformation, une transmutation, un « brassage » énergétique, que les « locataires » nous font vivre, c’est un combat entre l’âme et la personnalité.

Les « locataires » compose en fait tout ce qui a été construit dans notre existence. C’est la construction cellulaire de nos schèmes pensées, de nos champs émotionnels (astral) et de nos schèmes collectifs filials. C’est tout ce qui touche notre être en entier.

Donc, je conclus en résumant que la méditation est en fait une conscientisation, une intériorisation, pour en arriver à une transformation qui nous élèvera graduellement sans pouvoir personnel.


Que Lumière, Amour et Paix égaillent vos journées.

 

Vous êtes ici : Accueil DOSSIERS MEDITATION Méditation