N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

B. Sur le corps causal ou corps égoïque

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

B. Sur le corps causal ou corps égoïque
 

On ne peut dire que très peu de choses de l'effet de l'application du Sceptre sur le corps causal de l'initié. Le sujet est immense et sera traité plus amplement dans le livre A Ttreatise on Cosmic Fire (Paru en anglais à New York, Lucis Publishing Company, 4ème édition, 1951. Traité sur le feu cosmique. ). Il n'y a que deux manières de transmettre une certaine idée de la vérité fondamentale à l'esprit de l'étudiant, et nous pouvons les considérer maintenant.

Premièrement, l'étudiant devra se rappeler du fait important que, sur le plan physique, il est une personnalité qui fonctionne avec des caractéristiques connues et qu'en même temps pourtant, il est une Vie subjective qui emploie cette personnalité comme moyen d'expression et qui au moyen des corps physique, astral et mental qui constituent le triple homme inférieur, prend contact avec le plan physique et ainsi se développe. Cette même idée générale doit maintenant être appliquée au Moi supérieur, à l'Ego sur son propre plan.
Cet Ego est un grand Ange Solaire et est le moyen d'expression de la Monade ou pur Esprit, de même que la personnalité l'est pour Ego sur le niveau inférieur. Du point de vue de l'homme dans les trois mondes, cet Ego ou Seigneur Solaire est éternel ; Il persiste à travers le cycle complet d'incarnations, tout comme la personnalité persiste durant le petit cycle de la vie physique. Toutefois, cette période d'existence n'est seulement que d'une permanence relative et le jour vient où la vie qui s'exprime au moyen de Ego, le Penseur, le Seigneur Solaire ou Manasadéva, cherche à se dégager même de cette limitation, et à retourner à sa source originelle.

Alors, la vie, qui s'est manifestée comme Ange Solaire et qui, par sa propre énergie, assurait depuis longtemps la cohésion de la forme égoïque, se retire graduellement et la forme se dissipe lentement ; les vies secondaires dont elle était constituée, retournent à la source générale de la substance dévique, enrichies d'une activité et d'une conscience accrues, du fait d'avoir été élaborées en formes et utilisées par un aspect supérieur d'existence. Il en est de même pour la personnalité : lorsque la vie égoïque se retire, le triple Moi inférieur se dissipe, les petites vies qui forment le corps de ce qu'on appelle le moi lunaire (par opposition au moi Solaire dont il n'est que le reflet) sont absorbées dans le réservoir central de substance dévique d'une vibration inférieure à celle qui compose le corps égoïque. Leur évolution a également progressé du fait d'avoir été édifiée en une forme pour l'usage du Moi Supérieur.

Grâce à l'application du Sceptre d'Initiation, le travail de séparation du Moi Spirituel d'avec le Moi Supérieur est favorisé, et la vie, jusque-là emprisonnée, s'échappe graduellement tandis que le corps causal est lentement absorbé ou dissous.

C'est ce qui a conduit à employer l'expression qu'on trouve parfois dans les ouvrages occultes de "craquement du corps causal" à chaque initiation, et à l'idée d'un feu central intérieur perçant et détruisant graduellement les parois emprisonnantes, et à celle d'une destruction du temple de Salomon par le retrait du Shekinah. Toutes ces phrases sont des expressions symboliques, cherchent à présenter à l'esprit humain les différents aspects d'une vérité fondamentale.

Lorsque la quatrième initiation a été atteinte, le travail de destruction est accompli, l'Ange Solaire retourne en son lieu propre ayant accompli sa fonction, et les vies solaires retournent à leur source. La vie, qui était jusque-là enfermée dans la forme, s'élève alors en triomphe vers son "Père dans les Cieux", de même que la vie du corps physique, au moment de la mort, cherche sa source, Ego, ce qui se fait aussi en quatre étapes :

1. En se retirant du corps physique dense.
2. En se retirant du corps éthérique.
3. En quittant plus tard le corps astral.
4. En abandonnant enfin le corps mental.

Une deuxième façon d'exprimer la même vérité est de considérer le corps égoïque comme un centre de force, une roue d'énergie, ou un lotus, et de le décrire comme un lotus à neuf pétales cachant une unité centrale de trois pétales ; ceux-ci à leur tour cèlent la vie centrale ou le "Joyau dans le Lotus". A mesure que l'évolution progresse, ces trois cercles de trois pétales s'épanouissent graduellement, produisant un effet simultané sur l'un ou l'autre des trois pétales du centre. Ces trois cercles sont appelés respectivement les pétales du Sacrifice, de l'Amour et de la Connaissance. Lors de l'initiation, le Sceptre est appliqué sur ces pétales d'une manière scientifique, et réglée selon le rayon et les tendances de l'initié. Ceci provoque l'éclosion du bouton central, la révélation du joyau, sa libération de l'enveloppe qui l'a si longtemps protégé et son transfert à la "couronne" comme on l'appelle occultement, signifiant ainsi son retour à sa source, la Monade. Il faut bien se rendre compte que tout ce qui précède n'est qu'une tentative de décrire, avec des mots limités, la méthode et les rites par lesquels la libération spirituelle est enfin atteinte dans ce cycle, d'abord par la méthode du développement évolutif ou développement graduel, et ensuite aux étapes finales, par le Sceptre de l'Initiation.

Vous êtes ici : Accueil INITIATION SOLAIRE B. Sur le corps causal ou corps égoïque