N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

NC 10 CULTURE - ARTS

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

NC 10 CULTURE  -  ARTS

 

• Retrouver le SACRÉ

• Cultiver le VRAI, le BEAU et le BIEN : L’HARMONIE

• Épanouissement supérieur des SENS par les des différentscorps

• Transmettre et témoigner la Connaissance

• Révélation graduelle (livre XVTII p. 81 )

• Aspect magique

• Expression harmonieuse dans chaque discipline des ARTS

• Progression vers des horizons de puissance, de révélation

• (Livre XVII p.50)

• Art du Pays : hymne - symbole

• Moyen de communication par les Dévas

• Juste place - notion d'IDÉAL

• L'art de la synthèse

• Le travail inspiré des artistes du SACRÉ

  • • Communication de l'indicible : expression par l'artiste de ce qui n'est  pas perceptible : il cueille là où il a pu s'élever

-------------------------

MÉDITATION
Donner à l'œuvre sa  juste place, la sanctifier

Le do est l'alpha présent et l’oméga en potentialité

Le ré est révélateur de l'Amour pénétrant le tout

Le mi fait ressentir le poids de Mère Nature

Le fa (demi-ton) est entre terre et ciel et y cherche sa place

Le sol respire la joie d'avoir dépassé un stade difficile

Le la confirme la certitude d'être dans le juste chemin

Le si met à l'épreuve tous les acquis et demande un dernier effort

Le do dans l'unité nous conduit vers un autre chemin encore.

Ainsi, la création d'une œuvre  passe par 7 stades pour exprimer ou devenir une œuvre d'art.

(A= symbole sonore du soi dans l'homme, R = le mouvement... Ark en ciel N° 20)

A chaque étape, l'œuvre mérite de la considération, du respect, de l'encouragement. Mais admiration, élévation et joie sont possible au do. Une œuvre devient pérenne quand elle présente différentes couches, donne différentes lectures, en fait quand elle a synthétisé les 7 plans de la création. Sa vibration étant en harmonie avec la Vie, sa vibration est VIE.

--------------------

ART SACRÉ 

L'être du cinquième règne monte en niveau de conscience :

            1 : il sème dans le mental humain

                        a) il redonne un idéal là où il n'y a plus que des idéaux

                        b) il aide à la dissolution des carcans mentaux

            2 : au-delà de cela, il entre en action suite à la pénétration des champs de conscience

Ceci pour lui, et par-delà, pour autrui. Ainsi, il grandit lui-même en étant œuvrier au service du bien de l'ensemble.

La nouvelle civilisation : déterminer les valeurs, pas les solutions.

L'être est un récepteur et un émetteur.

Selon son évolution de conscience, il se met sous telle ou telle fréquence. Sur le plan mental (qui est le plan le plus vaste des sept plans), il peut capter ce qui court dans le mental humain.

Il est émetteur au niveau planétaire, car relié à sa racine de vie.

Les pensées vont courir le mental humain et les pensées mènent le monde et sur le plan éthérique terrestre, il y a aussi diffusion de rayonnements.

Le principal travail d'un disciple est de rayonner dans le mental humain. Là est l'importance de l'instant, peu importe ce que humainement vous faites.

Rayonnement et joie permettent la poussée énergétique, ce qui implique de ne plus s'opposer au rayonnement.

 

 

 

Les deux pôles : esprit / matière.

Plan physique cosmique : sept plans, bandes de conscience

 

 

 

Les 7 Plans 

 

 

adique :                      1                      7

monadique :               2                      6

atmique :                    3                      5              Volonté Divine

bouddhique :              4                      4

mental :                      5                      3              volontés personnelles

astral :                        6                       2

physique éthérique : 7                      1

 

                                                                              

(sens de la poussée énergétique venant de l’aspect Mère en montée ou Père en descente)

 

Semer dans le mental humain

On a dans la science de l'art sacré les concordances numériques.

Quand un être est relié à sa racine de vie (plan monadique), il permet à l'aspect atmique de rayonner sur le plan mental et, comme ce plan est lié à l'aspect volonté divine, et le plan mental est lié à l'aspect volonté de l'individu, alors il y a impression de la pensée divine sur la pensée humaine.

L'art sacré prend sa source sur le plan de la pensée divine avec impression de l'âme divine de l'Homme Céleste qui est sur le plan monadique.

« Sacré » (déf.) : c'est ce qui est conforme à la réalité de la vie (différent du « religieux » qui en a souvent fait du vulgaire).

« Semer dans le mental humain ». Dans son aspect forme, c’est participer à la sacralisation de la planète. C'est donc lié à toute expression, toute manifestation à partir du moment où elle est le reflet du divin (le plus pur écho) au niveau de la forme.

L'être en tant que Fils doit épouser l'aspect Mère, donc élever ses vies mineures en sagesse et devenir le Père.

Époux : fusion entre le non-soi de la personnalité et l'âme. Là, il devient le Père.

L'art est l'expression de la pensée dans les robes de la mère

 

Dans l'évolution de la vie,  plus les vagues de vies progressent dans l'infini, plus leur évolution de conscience en tant que Fils implique l'évolution de corps physique en corps mental, etc. Il faut mesurer que certaines vies ont des corps d'une telle évolution que tous les corps dont on parle ne sont qu'une partie cellulaire... Pour certaines vies, ce qui est pour nous esprit est pour elles matière. Le dépassement qui a été fait par elles est relégué à leur nature instinctive.

Exemple : pour les règnes inférieurs, l'humanité représente la partie esprit. Dieu est représenté par l'homme. D'où le respect de notre part en tant que dieu imparfait.

 

L'art sacré est ce qui est l'expression de la pensée supérieure à quelque niveau que ce soit, pensée projetée dans les robes de la Mère et cueillie par le Fils.

Quant un être est devenu ce qu'il est, c'est-à-dire christique, il est l'expression de l'art sacré.

 

Dans ce deuxième système solaire, le logos solaire et les logoïs planétaires, ont comme dessein la manifestation du Fils en expression sacrée, donc représentant du Père. Les lignes d'expression vont être pour le Fils son œuvre sacrée.

Le Fils doit être Mercure, le messager des dieux marchant sur la terre parmi les vies mineures et les règnes de la nature.

Cet art sacré s'exprime dans le rayonnement au quotidien puisque le Fils est l'aboutissement de l'art sacré dans ce cycle du deuxième système solaire. Ainsi, il devient artisan et œuvrier de lui-même dans le sens de sa réalisation de destinée. Il doit être l'expression de l'union du Père et de la Mère, car la vie évoluée projette dans les robes de la mère sa pensée qui va donner la dimension de conscience. Ce processus de conscience est le Fils qui doit unir en lui les deux pôles.

 

 

D'un coté on a le processus départ de densité et ensuite de rareté, puisque l'union est lumière.

En matière d'art sacré, le symbole est le langage de l'énergie. L'art sacré s'exprime par le symbole qui déclenche la lumière.

Les êtres énergies répondent automatiquement au symbole. Ils déclenchent l'énergie. Le déclencheur du symbole est le champ de conscience. Qui n'a pas le champ de conscience n'accède pas au plan énergétique. Pour lui, le subtil est voilé.

 

Question : « Quand en méditation on perçoit une forme, qu'en est-il ? »

Réponse : le fait de l'animer intérieurement, on la rayonne et la diffuse sur le plan mental.

Les êtres énergies construisent les formes, c'est-à-dire qu’il il y a l'idée qui vient du Père, et la pensée qui est la réponse de la Mère, donc une forme pensée exprimée en passant par le cerveau sous la forme langage. On capte une idée : c'est une pensée semence qui devient une forme-pensée. Il y a toujours l'échange entre les deux pôles de la vie : esprit  et matière. L'esprit est de la matière à son plan vibratoire le plus haut. La matière est de l'esprit à son plan vibratoire le plus bas. Ce qui signifie qu'il s'agit de vibrations plus ou moins hautes.

 

Le symbole, dès l'instant où il est conforme à la réalité de la vie, de la pensée de hautes vibrations, est sacré. Il est un message pour le centre d'énergie conscient et pour l'être énergie qui y répond.

 

Symbole qui représente l'énergie de l'aspect mère : le carré

 

Symbole qui représente l'énergie de l'aspect père : le cercle, (disque).

 

 

 

 

Quand on amène à une certaine distance les deux pôles ou aspects, on déclenche l'énergie du premier éther.

 

 

Quand on fait le signe de croix, on a l'énergie qui vient d'en haut et qui pénètre les robes de la Mère :

 

 

On ainsi déclenche l'onde de vie, c'est-à-dire la manifestation de l'union des deux pôles.

 

Sur le plan matière, le Père, quand il est le Fils, utilise la géométrie et le nombre. Tout est le nombre, géométrie, et musique. La Mère répond en musique, en vibrations. De là, on a le triangle de l'esprit et le carré de la mère.

 

Le carré : le 4 de la Mère et union, esprit du Père. Fusion esprit / matière : la quadrature du cercle.

D'un cube on  sort six pyramides.

 

 

                      Carré : base montée en pyramide                                                                            

 

 

                                                                                                                           Pointe d’en-haut, pointe de l'esprit

 

 

 

 

 

Trois aspects de la Mère, en triple triplicité avec présence du père : triplicité du Fils.

Il faut que la sphère descende jusqu'à la Mère-matière et occupe la quadrature du cercle, et inversement, il faut que la matière monte au ciel et se « sphérise ».

Là sont les figures fondamentales de l'art sacré, de l'énergie.

 

Dans les temps anciens, il y avait comme défini l'art libéral et l'art mécanique. L'art libéral dit l'art noble, était pour les seigneurs, les aristocrates, etc. Cet art comptait les mathématiques, l'arithmétique, la géométrie, l'astronomie, la musique.

L'art sacré « sont » des méta-matiques.

L’Architecture n'est plus à appréhender comme uniquement de la matière dense, mais comme des normes énergétiques.

Quand on aborde l'aspect énergétique, les clés du subtil sont nécessaires.

 

Dans les temps anciens, le suprême art était la musique, car il enseigne le rapport harmonique entre les nombres, art avec lequel est conçue la musique des sphères célestes.

 

Il faut tenir compte aussi de la couleur et de la lumière qui est la réponse de la Mère.

L'unité de vie, la source, émet  son souffle qui génère un son, qui génère une vibration, la réponse de la mère : la matière se colore.

La finalité étant l'aspect translucide, donc rareté de la matière, car tant qu’il y a coloration, il y a insuffisance de réponse de la Mère.

Quand le Fils a uni les deux pôles, il se retire, il a fait son œuvre en tant que fontaine de vie.

 

Dans sa dimension supérieure, au-delà du règne humain, quand l'être rentre dans le sixième règne, il a devant lui l'un des sept sentiers cosmiques. Le Deuxième Sentier porte sur le travail magnétique :          « être une fontaine d'énergie de la Vie sur terre pour la réalisation de son dessein ».

ORIGINE

Depuis les sept univers, depuis cette grande Vie qui donne la vie aux sept univers, les myriades d'échelles de vies qui répondent en manifestation dans ces sept univers depuis l'infiniment petit jusqu'à l'infiniment grand, c'est la même Vie.

Quand l'être, époux de la Mère, est devenu le Père, il va s'identifier successivement à l'aspect Père. Il va donc dire : « je suis en manifestation pour accomplir le dessein de la Vie ».

 

(la pyramide : une pyramide est un capteur cosmique. Elle monte symboliquement sur les plans. Elle remonte (conforme) jusqu'au plan adique).

DEUXIEME SENTIER

C'est la distribution de l'afflux d'énergie pure d'amour dans L'Humanité et dans la hiérarchie. La fonction fondamentale de cette ligne d'énergie cosmique est l'épuration du plan astral en liaison avec la Balance.

L'art sacré sur le plan planétaire est d'épurer ce qui n'est pas conforme.

Le sacré ne pourra pas s'exprimer tant qu'il y aura pollution ; par définition il se réserve. Il s'agit d'une ligne d'énergie qui vient de la Grande Ourse et des Pléiades en triangle avec notre système solaire.

 

GRANDE OURSE

Pôle Père

Mérak : maison de notre Père terrestre

 

 

 

Notre système solaire                                                           les  Pléiades          

Centre du cœur de notre univers à la ligne                         pôle Mère           

(L’énergie d'amour vient des Gémeaux                           Alcyone : maison de notre Mère

dans notre système solaire)                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

                                                                                                                                                                        

 

Ligne d'amour : guérison.

Ce deuxième sentier lié à l'amour pur mènera au septième sentier.

 

Dans l'ère du Verseau, il y a deux régents :

  • l’un exotérique : Jupiter, deuxième rayon d’Amour-Sagesse
  • l'autre ésotérique : Uranus ; septième rayon, l’énergie de l’Ordre Cérémoniel

L'amour est lié à la beauté, au Fils, à l'expression de l’art. L'art sacré est en fait de faire que la maison soit belle, que sa population soit saine. L’expression : guérison de l'être, car il est un atome impur.

 

KARMA

C’est la loi de justice divine. On a d'autre ennemi que soi-même, puisque l'ennemi extérieur n'est que celui qui vient aider à solder des épreuves passées.

Le karma, c'est quand le Fils, l'unité de conscience, crée des  dissonances. Veiller à ne pas déverser de pollution dans le bocal planétaire.

Pour changer le monde il faut se changer nous-mêmes, ce qui est pollution et lourdeur. Il faut de la rareté : pour l'être qui rayonne, c'est l'absence de karma : la transparence.

 

L'ART ET LA CULTURE

La culture est la beauté d'expression d'une civilisation, les aspects lumière d'une civilisation, d'où la différence de compréhension avec le 4ème règne sur la signification du mot culture.

Processus de la rareté : compréhension en mathématique. La beauté d'expression d'une solution s'appelle l'élégance, c'est-à-dire la simplification de la résolution du problème :

  • les lignes d'expression de l'art sacré dans leurs aspects élégance ;
  • traduire la pensée d'en-haut dans sa plus belle authenticité ;
  • l’Art sacré : le beau, l’expression du Fils. Tout devrait pouvoir se référencer en art sacré.

 

Question : Hilarion, cinquième rayon. Aspect cristal de la Mère (le Père est diamant, le Fils est cristal / diamant.)

 

L'être doit être dieu sur terre et l'homme dans les cieux. Il doit être le 8 sur terre et le cinq, l'étoile à cinq branches dans l'Homme Céleste dans les cieux (Manifestation du logos planétaire : Saïna)

 

Dans le zodiaque :

Dans le sens de l'aller : le lion est le 8ème signe.

Dans le sens retour : le lion est le 5ème signe.

L'être doit être l'Homme Céleste, ou l'homme solaire, ou l'homme cosmique dans les cieux, mais restera l'homme, donc le carré étoilé, l’époux de la Mère. Par contre, il doit être le Père sur terre.

Le rendez-vous du temps de l'aspect Père : du 5 au 8/8 : portes ouvertes.

Quand le négatif est neutralisé en l’être, il se retire mais laisse un germe en l'être humain. La réponse à l'élimination de ce germe implique le pardon pour soi-même et vis-à-vis de celui qui a donné l'épreuve.

 

Notre Père est un champ d'harmonie : « art-monie ».

Le Fils qui est le 4, entre les trois aspects de la Mère et du Père, unit les deux. Il a une énergie du quatrième rayon liée à l'harmonie par le conflit. Quand il sera en aspect lunaire il sera en conflit, en personnalité. Quand il sera en aspect solaire, il passe en harmonie.

Le quatrième rayon étant de la ligne paire des énergies, l'énergie principale d'aspect est le deuxième rayon qui est le premier paire, ce qui implique de faire descendre l'énergie d'amour dans « l'art-monie ». Or, l'amour est l'union parfaite des deux pôles de la vie. Tout ceci correspond à notre système solaire, (deuxième système solaire) lié à l'amour.

 

La guérison est l'expression de l'énergie d'amour pour épurer les dissonances, les blocages, les pollutions que la vie humaine a déversées sur les vagues de vies plus jeunes au sein de la Mère.

Avant que l'être n'entre en art sacré, donc en rayonnement de lumière, il faut qu'il nettoie les maisons.

À ce stade, l'artiste n'arrivera pas à exprimer son art sacré, car il ne recevra pas l'inspiration, puisqu'elle sera limitée à la source qu'il peut atteindre.

Constat : beaucoup d'artistes sont « astraliens » (pris dans l’astral –le mirage)

 

LES CYCLES

Le quatrième rayon est le rayon de l'humanité. Il est actuellement dans un cycle mineur, ce qui signifie que seuls les êtres du cinquième règne peuvent exprimer le quatrième rayon.

Le quatrième rayon étant moins fort en rayonnement, il tente de diminuer l'aspect conflit pour l'humanité. En contrepartie, le 5ème règne peut rayonner l'aspect d'harmonie.

 

 

 

À l'époque de Léonard de Vinci, Botticelli, etc. le quatrième rayon était en action.

Aujourd'hui, on est dans un autre domaine de l'expression liée au cinquième rayon, la science, dans lequel il y a l'art lié au cinquième règne.

 

Correspondances numériques du 4 et 5 qui donnent le 9 : la perfection.

 

 

VÉNUS

Vénus représente le cinquième rayon : Mère dévique.

En tant que centre d'énergie Vénus est une planète sacrée c'est-à-dire que le dessein, la volonté de son créateur, l'homme cosmique (qui a comme corps la planète Vénus) est assumée sur la planète.

Dans le système solaire, Vénus représente le centre du cœur. Si on suit la ligne expliquée avec les Gémeaux dans notre système solaire, l'énergie de vie va entrer par Vénus. La terre (en tant que planète non sacrée), est une glande dans le système éthérique et correspond (par rapport à Vénus) à la glande thymus.

Là est le rendez-vous de la Mère et du Père, puisque c'est dans le centre du cœur que la vie se manifeste.

 

L'artiste répond à un niveau d'expression : apparence, forme, représentation...

Quand l’être progresse de plan en plan, il va s'écarter de la forme pour atteindre une ligne d'expression beaucoup plus subtile : l'étoile à cinq branches.

 

Vénus fait descendre l'amour, mais c'est l'habitat de la hiérarchie dévique du cinquième rayon :

  • en tant que centre d'énergie, Vénus est le centre cardiaque du système solaire.
  • en tant qu'énergie, vénus émet l'énergie du cinquième rayon

 

L’être a à devenir « hermaphrodite »

  • Hermès : quatrième rayon, Mercure.
  • Aphrodite : Vénus, cinquième rayon. Quand l'être unit le mental.

Comme l'énergie venant de Vénus est encore trop forte pour l'humanité, les interrègnes que sont les oiseaux et les poissons filtrent cela.

 

Toute manifestation a ses cycles, tout centre d'énergie effectue une course solaire : elle a son lever, son zénith, son coucher.

Il y a la période ascensionnelle, donc montée en puissance de l'aspect matière vis-à-vis du pôle esprit.

Puis il y a le déclin... C'est sinusoïdal.

À un moment donné, les Atlantes sont arrivés à un niveau d'expression (architecture, art, etc.) extrêmement haut, niveau qu'on ne connaît pas aujourd'hui dans la quatrième race, quatrième rayon (harmonie par le conflit).

Quand il y a eu le déclin, les Atlantes sont tombés en conflit donc en séparativité. Ils ont pensé à accumuler biens et richesses, illusionnés par la profusion d'art et de beauté. Ils sont tombés en séparativité.

Comme ils avaient été très loin dans la science de l'art sacré, ils avaient bien compris la puissance de la vie jeune qui se cache dans les règnes, car, paradoxe de l'occulte, les vies minérales sont les vies les plus jeunes par rapport au règne humain. La vie au règne humain est déjà passée par les différents règnes.

Ils ont saisi la puissance potentielle de la vie dans les règnes de la nature. Au lieu de devenir des guides divins, ils sont devenus des manipulateurs, d'où manipulation des cristaux...

Car le summum de l'art sacré, c'est l’art magique blanc.

Du temps des atlantes, les guides ont dit « Attention ! Vous êtes en train d'utiliser la connaissance de l'art sacré, l’art  magique dans sa phase négative, vous allez attirer le mal cosmique qui n'existe pas. » Les hommes n'ont pas écouté. Les guides se sont retirés de la manifestation étant maitres de la matière, et le déluge a généré la destruction de l'Atlantide.

Les atlantes avaient à développer le corps de sensibilité qui malheureusement a donné le corps astral. Le mental naissant dans sa phase inférieure a généré l'astral.

Au même titre qu'aujourd'hui, ceux qui partent en hyper-mental sont en train de développer une barrière entre l’âme et le mental concret, une barrière au mental supérieur.

Ceux qui dépassent ce niveau de conscience (kama-manas, le mental-émotionnel) l’épurent, pour que l'humanité fusionne avec son âme –d’où les notions de valeurs de la nouvelle civilisation pour ne pas qu'elle retombe dans ce piège passé.

 

ŒUVRE DE L’ÊTRE DU 5ème RÈGNE

  • Saisir et recevoir les énergies du plan supérieur ;
  • échange : ce qui permet aux énergies supérieures de descendre de plan et de nettoyer le plan d’en dessous ;
  • ce qui implique une excitation des lunaires du plan inférieur (d'où aussi le cycle de déclin)

D'où, parallèlement à cela :

  • la nécessité de protéger les êtres qui viennent pour ne pas qu'ils se brûlent 
  • s'ils ne sont pas prêts à supporter l'intensification et la mise en puissance, sinon les lunaires vont chauffer.

 

La culture représente tout le concept qui permet à l'humanité de faire le pas en avant.

La Culture : au niveau du plan divin, c’est le stade de réalisation par rapport au dessein du Père,  l’expression relative de la sagesse.

Exprimer le Livre de la Vie, Livre de la Sagesse et le Livre de la Connaissance.

 

Finalité de l'art sacré : c'est rendre sacré, sacralisation de la planète.

 

L'humanité est arrivée au rendez-vous où son créateur a exprimé son intention. Le Fils va œuvrer avec le Père et la Mère :

  • avec la parole pour soigner l'esprit,
  • avec ses mains pour soigner la matière.

 

La sacralisation de la planète vient du fait qu'elle acquière son corps de substance lumière qui est Vénus.

Vénus est donc arrivée sur les hauts plans du plan physique cosmique.

Aujourd'hui la terre devrait avoir dépassé le corps dense planétaire, donc le plan physique, le plan astral, le plan mental et devrait être (les planètes sacrées sont) sur le plan bouddhique. On est dans cette phase. Pour la vie, dans ses grandes dimensions, la planète est sacrée.

Le Père, le logos planétaire est arrivé à un tel stade de maîtrise qu'il y est en indifférence divine.

 

Le regard, l'impression qu'il porte sur son corps de manifestation, donc la planète, fera qu'elle (la Terre) ne pourra que se « soumettre » à cette volonté.

Pourquoi cette planète de souffrances ?  L'humanité est au désert.

 

243, 272, 471, Livre VII Thème : artiste sacré (commence par l'atelier de guérison)

427. 605. Livre III

 

« L'initié est capable de répondre aux influences planétaires systémiques et à certaines influences cosmiques. Il devient une lentille à travers laquelle les nombreuses lumières qui sont elles-mêmes des énergies doivent s'écouler et de cette manière être focalisées sur notre planète. L'initié accorde sa conscience à ces énergies devenant ainsi un serviteur sur le plan planétaire »

 

« Les couleurs. Le taux vibratoire. »

 

87. 29. 39. 243. Livre VII

427. 605. Livre III

 

Rechercher sur le rapport des centres planétaires avec les centres systémiques (qui fut évoqué entre Vénus et la terre, les planètes sacrées et les énergies qui s'épanchent par elles à partir des constellations qu'elles gouvernent dans leur sens ésotérique)

(ce qui fait que Vénus est liée à l'afflux de l'amour)

Cela parce que les centres du corps éthérique du disciple gouvernent la planète dans la mesure où ils sont réceptifs ou non des influences émanant de la planète via les centres planétaires.

Le plan est le même. L'homme doit marcher comme un être divin sur la terre.

Si la vie qui est au centre quitte le mental divin, il y a les cornes du diable : le mental humain.

 

  • Le centre de la tête planétaire : Shamballa
  • Le centre du cœur planétaire : la hiérarchie des êtres
  • le centre de la gorge planétaire : l'humanité, mais elle devrait être au centre ajna. Le centre de la gorge appartient au règne animal. Ce qui signifie que si l'humanité est au centre de la gorge, c'est qu'elle a encore des comportements liés à ce stade.

 

  • Le plexus solaire planétaire est le règne végétal
  • le centre basal planétaire est le règne minéral
  • le centre sacré sont les dévas

 

Si l'humanité était au centre ajna, elle synthétiserait les trois centres supérieurs et agirait sur les centres inférieurs.

Les centres, le taux vibratoire mathématique des énergies supérieures émanant des centres individuels (donc de l'initié), planétaire, et systémiques et la qualité ésotériquement comprise des énergies, doivent être étudiés et découverts (Agir en connaissance de cause).

 

427. Livre VII

« Saisir les combinaisons ésotériques d'énergies une fois reconnues permet à l'humanité de faire des progrès plus rapides et de fusionner les énergies des trois centres planétaires et transformer par le truchement de la pensée humaine réagissant aux influences Zodiacales en une planète sacrée ». Finalité de l'art sacré.

 

Énergies supérieures :

  • Intelligence divine
  • Amour divin
  • Puissance divine : volonté du bien de l'ensemble
  • énergie d'Élégance, qui est la synthèse du deuxième et quatrième rayon.

 

Les sept rayons sont la diversification d'une unité, de la lumière blanche. Au même titre que toute manifestation s'exprime, se développe, elle doit se synthétiser.

Les énergies de la mère s’expriment par les rayons d'attributs :

  • 4 Harmonie
  • 5 Science
  • 6 Élévation spirituelle : dévotion
  • 7 Ordre Cérémoniel

Devenir un cristal, c'est synthétiser les 12 aspects de la manifestation de la vie.

 

  • 8 : un Christ maîtrise 8 énergies et doit devenir le Père ;
  • 12 : le bouddha doit détenir 12 énergies ;

 

Étant lié aux 10 énergies du zodiaque supérieur : Grande Ourse, Sirius, Pléiades, Dragon…

 

Plan atmique : énergie de l'intention divine : la volonté

Plan bouddhique : amour. Aider l'autre à devenir meilleur

Plan manasique (mental supérieur) : justes relations.

 

181. 183. Livre VII 

La nécessité divine de parfaire l’alignement

… de saisir les liaisons d'énergie dans le symbolisme des cieux, chaque fois que les liaisons sont établies en conscience dans le cerveau du disciple, lorsque cela est accompli il y a alors un afflux direct d'énergie divine, tel un fil supplémentaire au sein d'un faisceau élargi, et établi. Le disciple est relié, lui, d'une manière nouvelle et créatrice aux sources de la dispensation divine. Il y a une liaison pour le disciple et un développement de la liaison pour les centres planétaires depuis le plan terrestre.

Des énergies et des forces se déversent dans nos vies planétaires et sur notre système incessamment, puissamment et cycliquement. Ces forces proviennent de toutes sortes d'énergies à notre système solaire et à notre schéma planétaire et jusqu'à ce que l'homme y réponde et les enregistre, c'est comme si elles n'existaient pas.

 

307. Livre III 

 Mettre de l'ordre dans la pensée des hommes.

Lorsqu'on aura provoqué une mise en ordre et une pensée unifiée sur le plan mental, l'ordre surviendra finalement sur le plan physique.

 

NOUVELLE CIVILISATION

 

1)      Retrouver le sacré : comprendre que l'horizon de l'art sacré est la planète sacrée.

 

2)      Cultiver le beau, le vrai, le bien en vue de l'harmonie.

 

Art sacré : nous avons des vies au Ciel, et l'évolution des vies sur Terre.

Les dieux devinrent hommes pour que l'homme devienne Dieu.

Sur Terre sont des êtres qui sont des deux côtés de la manifestation de la vie.

C'est monter de plan vibratoire. Épurer les corps et avoir aussi les qualités liées au corps subtil ; facultés qui donnent accès à l'art dans son essence.

 

Harmonie : l’être devient une unité dans le tout et vit en osmose l'aspect universel et harmonique de l'univers tout en étant incarné sur Terre. Il est transmetteur dans tous les domaines et tous les plans.

L'art sacré descend jusque dans tous les plans, même l'astral : dans chaque plan il y a les plans supérieurs.

L'homme va à dieu et Dieu va à l'homme.

Dans le processus de sacralisation, il y a l'épuration de la matière. La mer doit disparaître. Faire descendre la vie jusqu'au cœur de la matière.

 

  • Quelle est l'intervention des Dieux vis-à-vis de l'astral ? Par le principe de liberté, les vies mènent leur trajectoire.

Exemple : l'humanité : les guides ne savent pas les choix de l'humanité.

  • Quelle a été la réponse divine à la création de l'astral, hyper développement de la sensibilité sous forme d'agitation émotionnelle ?

La réponse qui devra être donnée en positive est l'imagination créatrice, d'où l'implication de l'art.

 

Quand la matière exprime pleinement la pensée, la Mère a joué son rôle car elle est la pure expression de l'esprit.

Le Fils aura accompli son cycle puisqu'il aura harmonisé les deux pôles.

Faire descendre la lumière au cœur de la substance ; la matière disparaît.

 

Aboutissement de l'art sacré : rendre la planète sacrée.

 

L’être sème dans le mental humain pour que la planète devienne sacrée.

 

Il y a trois lignes d'expression :

1) le principe même de l'existence : le penseur projette sa pensée qui devient création, qui devient créature, qui retourne au créateur ;

2) ce qui implique que le créateur exprime pureté et perfection

3) l'autre étant une partie de lui-même, il aide l'autre à devenir ce qu'il est.

 

Là, nous avons l'artiste divin.

 

Cette démarche implique le processus d'accomplissement d'hermaphrodisme. L’être cherche sa sœur vénusienne. Le penseur projette sa pensée : c'est cette qualité de pensée qui est Vénus.

Ceci donne l'état de joie, de plénitude, de sérénité car il n'y a plus de nuages qui obscurcissent la lumière. Il y a l'harmonie dans tous les domaines.

 

L'art sacré introduit la notion que la Vie est créatrice, donc que l'être est créateur.

 

L’être est créateur dès l'instant où il y a la soi-conscience. Il crée et doit comprendre les règles qui prévalent à cet art de création.

Le penseur a généré sa pensée qui a généré la création, et il est projeté dans sa création. Donc, en fait, il vit son futur, et par conséquent tant qu'il ne fait pas du sacré, il vit dans sa tourmente. Et il écrit son futur.

 

3)      épanouissement des sens et des différents corps 

 Livre III : Le feu cosmique

Aspects supérieurs des centres liés aux corps subtils qui aboutissent à l'omniscience, l'omnipotence, l'omniprésence.

Pourquoi ces éléments sont-ils cachés ? Il y a trois démarches possibles :

  1. la démarche de l'être humain qui cherche et qui cueille au fur et à mesure et qui transmet.
  2. Il y a ce qui peut être donné d’en-haut sous forme de télépathie supérieure ; mais on sait que cela est très limité Bailey, Blavatsky... dans leur authenticité ;
  3. après, il y a ce que peut communiquer un être qui est ce que l'on appelle « initié aux choses» et qui lui a la tête au ciel et les pieds sur terre.

Il faut faire attention a ce qui fut la faute du Père, la faute du Bouddha : avoir voulu aller trop vite. Si on veut aller trop vite, on a l'effet inverse. 

Quelle est la faute du Bouddha ? Ayant été initié à l'enseignement des brahmanes, étant éveillé, il a voulu solliciter les brahmanes pour qu'ils cessent leurs erreurs qui étaient notamment de retenir la connaissance en faisant un petit cercle de privilégiés. Le principe est que la connaissance appartient à tout le monde. Il a fait cela trop vite par rapport à la responsivité des brahmanes. À partir de là, les brahmanes ont opté pour l'effet inverse : ils ont verrouillé encore plus leur connaissance. Le Bouddha dans sa grande sagesse a dit : « Je ne quitterai pas cette terre tant que ces êtres ne seront pas revenus au stade du chemin où je voulais les mener. »

 

L'art sacré consiste à diffuser la sagesse

 

Quelle différence par rapport à la connaissance ? La sagesse est le bon équilibre de l'énergie d'intelligence et d'amour.

Mais nous devons être des cuisiniers, des chefs gastronomiques. Au même titre que si nous allons trop vite en tant que chef de cuisine nous brûlons, il y a une analogie avec l'étudiant : on ne peut pas le forcer, car il a de toute façon sa racine de vie dans l'absolu.

Cet absolu à trois pédales, dont une est de réguler la progression. Donc si la racine de vie de l’être estime qu'il ne peut pas, il sera freiné car il ne pourra pas supporter des énergies qui seraient pour lui trop fortes, mal gérées.

 

SAGESSE, CONNAISSANCE ET VIE.

Dans le premier système solaire a été développé principalement l'énergie d'intelligence, donc la connaissance. L'aboutissement de réalisation de la vie humaine était d'atteindre le mental. Par conséquent, il y a eu des rebuts, des résidus du premier système solaire et par conséquent des myriades de vies mineures polluées en retour. Le Père dans son travail cosmique a créé la terre en tant que station d'épuration. Mais en son temps, avec tout le respect qu'on lui doit, Il a voulu faire avancer trop vite les vies mineures. Il a ouvert la boîte de pandore. Résultat : déferlement des cavales, des vies mineures. Au lieu d'être retenues à émerger progressivement, ce fut un flot déchaîné de cavales,  résidus du premier système solaire. Car une des lois de l'absolu est que celui qui a pollué doit nettoyer. Or, le Père dans le premier système solaire était un être cosmique impétueux, passionné. Il y a une image qui est une réalité et qui illustre bien cette libération dans la dimension cosmique. Quand une vie rentre dans l'évolution cosmique supérieure, elle commence par avoir comme corps de manifestation une comète, avant de trouver sa place... Avant d'être toléré dans le concert des grandes villes cosmiques, c'est l'enfant qui se balade...

 

4)      quatrième aspect : celui de transmettre et de témoigner. C'est révéler les valeurs supérieures et donc aider les autres à devenir meilleur

  • en tant que niveau de conscience : c'est l'artiste qui construit, élabore, crée selon son niveau de vibrations ;
  • il s'efface derrière son œuvre ;
  • et son œuvre porte la résonance du divin. C'est ce son du divin, qu'il soit visuel ou audible ou de ressentis énergétiques, ce son qui se met en liaison avec son être et lui permet une progression de niveau de conscience. Donc on agit positivement sur l'autre au niveau du divin par l'objet que l'on a exprimé, créé.

De la même manière, en exprimant le divin, on met en place « une concrétion de dévas » comme si on composait une symphonie, un tableau, une sculpture. Si elles respectent les qualités sacrées divines, on fait appel aux être-énergies émanant de ce cinquième rayon, Vénus. À ce titre, quand elles sont en présence sur terre selon ces qualités supérieures (ondes de forme, énergies...) on permet à de grands êtres de la hiérarchie aspect Père, aspect Mère, ou aspect Fils, d'être présents en rayonnement –d’où un influx au niveau des êtres (personnes sur le plan physique) qui passent dans ces champs vibratoires (dans ces champs de conscience) qui les aident en tant qu'accès au niveau de conscience. On fait appel aux dévas qui permettent aux grands êtres ou guides d'avoir des points d'ancrage énergétique sur le plan physique et éthérique planétaire.

L'artiste sacré cueille sur le plan subtil, mais crée sur le plan terrestre.

 

Nous avons vu tout à l'heure dans les textes de A.A.Bailey les influences planétaire, solaire et cosmique. Il faut donc repositionner les corps de manifestation et se dire que le plan physique cosmique n'est que le corps physique cosmique avec le corps éthérique cosmique (les quatre éthers cosmiques) et le corps dense. Par conséquent, lorsqu'un être atteint les champs de conscience du plan éthérique cosmique, le plan éthérique cosmique est en lui-même une liaison avec chaque éther, avec chaque plan éthérique cosmique. Vous comprenez qu'à un moment donné, il est donné la possibilité à l'unique  Vie d'impressionner jusqu'à son corps physique. C’est un aspect logique et vertigineux à la fois !

 

L’être est véritablement créateur lorsqu’il a rejoint sa racine de vie et qu'il connaît les épousailles avec les deux pôles Père / Mère. En d'autres termes,  il a sa racine de vie propre en tant qu’unité, centre de vie et il fusionne avec l'aspect monadique énergétique, c'est-à-dire être énergie et il devient hermaphrodite. Le drame de l‘être est qu'il est amputé, il lui manque l'autre partie qui est lui-même. C'est pourquoi dans le long cycle de la traversée du règne humain, l’être est ou père ou mère.

C'est un créateur divin à partir du moment où il a fusionné les deux pôles de la vie. À ce niveau de conscience, cela peut être une « création liée à la méditation », une création spontanée suite à un geste ; ce sera l'expression du divin qui pourra s'exprimer sous deux formes différentes : la concentration ou la spontanéité.

Le terme expression est important. Ex : existe, l’existence. La pulsion qui est sortie de sa source. L'expulsion.

 

Extrait des livres Bailey… 

 

Aspect de la révélation graduelle :

Pour les vies cosmiques que sont le logos planétaire et le logos solaire, il leur faut 311 millions de millions d'années pour aboutir à un temps imparti pour devenir ce qu'ils sont, et donc amener leurs manifestations à être représentatives de ce qu'ils sont. Cela laisse de la marge. 311 millions de millions d'années soient 311 billions d'années en années humaines…

 

Progression vers des horizons de puissance de révélation :

En exemple on peut évoquer le drame de l'artiste.

On comprend que la richesse, la puissance venant du pôle esprit va trouver lentement son expression dans les robes de la Mère.

Quel est le drame de l'artiste, du créateur ? Sur les plans subtils, quand il œuvre à sa création, la création vit et s'anime, elle est en quatre dimensions minimum. Imaginez la perception qui lui manque lors de sa reproduction. Reproduire ses multiples dimensions. Alors que sur le plan mental supérieur, la pensée vit !

C'est pour cela que sur le plan astral, les êtres vont se présenter dans leurs tenues terrestres qui leur conviennent.

 

Il ne faut pas limiter l'art au domaine artistique.

L'évolution de la volonté divine se traduit par un plan, qui est le stade relatif d'accomplissement du dessein divin, et l'art sacré est le processus qui fait avancer le plan.

 

Qu'est-ce qui relie le plan au dessein ? C'est l'art sacré dans son application.

Hilarion : « Vous avez saisi que la science est l'application même de l'art sacré. L'art dans le cinquième rayon est la technique de l'art, donc la science ».

 

Deux aspects sont liés : aspects magiques et aspect de communication avec les dévas.

Septième rayon : communication au niveau de l'aspect art création. Le septième rayon est celui qui unit l'esprit à la matière. C'est la communication entre les deux pôles.

La matière doit être exprimée dans son degré d'expression le plus haut

 

Dans quelle énergie trempons-nous nos pinceaux ? Faire usage de ces belles lumières que sont le vrai, le beau, le pur, l'élégance. Bien évidemment, la partie de soi-même qui est l'être-énergie, donc l'aspect Aphrodite, attend l'épousailles car elle est vêtue des tuniques de ces qualités.

 

Si toute manifestation est réalisée en tant qu’art sacré, ces expressions deviendront symbole, donc moyen de communication entre les dévas et l'homme. Pour l'instant, dans cet usage des énergies, l'homme est un mauvais artiste qui aurait dans sa palette des couleurs tristes et ternes dans un mélange chaotique.

L’aspect magique est lié au pouvoir subtil que cela enclenche, le fait d'intervenir en liaison harmonique avec les dévas. Il vaut mieux dire «  sacré » que magique, c'est-à-dire conforme à la qualité de la pensée originelle.  Quand l’être pense, il crée. Simplement il ne sait pas qu'il fait de la magie.

 

Celui qui agit avec sagesse. L'art magique est l'art d'usage de la sagesse.

 

EXPRESSION HARMONIEUSE DANS CHAQUE DISCIPLINE DES ARTS

À ce sujet, le quatrième rayon, l'homme, donc l'harmonie, est plus désignée comme étant le rayon de l'art, parce que c’est la synthèse de l'art magique, c'est-à-dire ne rien créer qui ne génère de la dissonance dans l'ensemble. Toute vie ne doit pas générer de déséquilibre de l'ensemble. En d'autres termes nous nous devons tous d’être de beaux instruments de musique et ne pas faire de cacophonie.

 

260. Livre XII

L'art du pays : l'hymne, le symbole etc. Les devises, l'idée-force du pays qu'il doit rayonner sous les différentes facettes

Exemple pour la France : « Je dispense la lumière ».

 

 Le ciel est bleu, nous sommes dans un système solaire lié à l'amour. Nous sommes encore sous la pression de ce signe d'amour cosmique. Le rouge de la volonté divine. Le blanc de la pureté. Qui est aussi le blanc de la synthèse. La France a tendance à se séparer des autres et ceci est lié au troisième et cinquième rayon

 Il s'agit de l'union-jack. Nous retrouvons ces trois rayons. Ce qui est intéressant, c'est qu'en fait dans la tête de l'être humain, il y a énergétiquement ces trois croix qui se croisent et qui expriment les trois croix Zodiacale (en réalité d'énergie). La croix de la Mère, la croix du Fils et la croix du Père, ou encore la croix mutable, la croix fixe, la croix cardinale. Cela détermine la lumière dans la tête. Quand un être est réalisé en tant qu’être, ces trois croix, ces trois lignes d'énergie de la Mère, du Père, du Fils le traversent au niveau « tête éthérique ».

 

Les symboles sont très révélateurs d'un horizon. Si vous prenez l'ancien drapeau de la France : les fleurs de lys sur un champ blanc. Le drame de la royauté est de mettre une barre sur la fleur de lys. Or, la fleur de lys signifie les trois aspects de la Trinité divine sur les trois aspects de la personnalité. Le fait de mettre une barre entre les deux implique que le système va rester en lunaire.

 

Le symbole de la royauté britannique : ils ont un lion d'un côté symbole de la personnalité, et la licorne de l'autre symbole de l'esprit. La couronne enchaînée est mise à la licorne alors qu'il fallait la mettre au lion. La royauté britannique était condamnée, c'est pour cela qu'elle est en décadence.

 

Juste place et notion d'idéal

Comprendre qu'un centre d'énergie est dans un océan d'énergie et qu'il doit avoir sa juste place dans l'ensemble. Il est important de redonner à l'homme un idéal pour qu'il chasse les divers idéaux inférieurs.

 

Le travail inspiré les artistes du sacré

-----------------------

 

Qu'est-ce que l'art sacré ?

C’est l'expression la plus haute, la plus divine de la réalité de la vie, conforme à cette Réalité et aux lois de la nature. L'art sacré est l'expression du divin et peut se traduire sur tous les plans de manifestations, et dans toutes les différences de représentation.

Le développement de l'art nouveau

Cet art sera l'expression d'une réaction sensible aux idées. L'art du passé a exprimé surtout la compréhension, par l'homme, de la beauté du monde créé par Dieu, soit l'extraordinaire merveille de la nature, soit la beauté de la forme humaine. L'art d'aujourd'hui est encore une tentative presque enfantine d'exprimer le monde du sentiment et les manières intérieures de sentir, ainsi que les réactions psychologiques et émotionnelles qui gouvernent la masse de la race. Elles sont, cependant, au regard du monde de l'expression du sentiment ce que les dessins des hommes des cavernes sont au regard de l'art de Léonard de Vinci. Aujourd'hui, c'est dans le domaine des mots que ce nouvel art s'exprime de la façon la plus [15@708] adéquate. L'art de la musique sera celui qui, ensuite, s'approchera le plus de la vérité et de la révélation de la beauté qui apparaîtra. Les arts de la peinture et de la sculpture suivront plus tard. Aucun d'eux ne constitue l'art d'exprimer la création des idées, et ce sera là la gloire de l'Age du Verseau.

P651  Psychologie ésotérique II. Alice A Bailey. Ed.Lucis

Les écoles de l’antiquité nous ont appris qu’il existait les arts libéraux, les arts serviles et les beaux arts. Qu’en est-il ?

  • LE VRAI

Les arts libéraux ont été à l’origine de notre type d’enseignement. Ils correspondaient, dans leur approche, à l’état d’esprit de l’humanité d’alors, selon son niveau de conscience. À un certain niveau d’interprétation, il pourrait être possible de dire qu’ils représentent l’aspect du Vrai, lié au plan mental supérieur, bien que chacun d’eux, vu sous un autre angle d’inclusivité,  représente les énergies principales des sept rayons sources. Pourtant, ils expriment chacun ce qui est manifesté, à quelque degré de réalisation que ce soit, et n’est donc pas encore la plus pure expression divine, en toute relativité. Mais est-t-elle vraiment accessible ?

Comme on le sait les arts libéraux se divisent en deux degrés : le Trivium et le Quadrivium. Le Trivium, qui signifie les trois chemins en latin, concerne le pouvoir de la langue et se réfère à l'étude de la grammaire, la dialectique et la rhétorique. Il s’agit là des trois aspects du Verbe. Le Quadrivium, les quatre chemins du second degré, se rapporte au pouvoir des nombres et se réfère à l'arithmétique, la musique, la géométrie et l’astronomie.

  • LE BIEN

Les arts serviles traduisent la catégorie des compagnons œuvriers : potiers, charpentiers… Rien que le mot  « servile »  traduit l’aspect inférieur. Pourtant  ces arts évoquent avant tout l’aspect  « Serviteur » de l’être pour l’Homme, et le Divin s’il est exprimé en art sacré. Ces arts sont d’égale importance aux deux autres. Le fruit de cet art produit un bien matériel au sens noble, bien qui sert au Bien de l’ensemble. Ils s’expriment également en sept notes ou classifications majeures, ou corps de métier, contenant en eux de multitudes de variantes et spécificités.

  • LE BEAU

Les Beaux-arts traduisent comme leur nom l’indique la recherche, l’épanouissement  et le déploiement du Beau. Ils se déclinent en de nombreuses activités qu’il est également possible de classifier en sept catégories majeures.

 

Ces trois formes d’art sont de même importance et sont interdépendantes. L’un ne peut se réaliser sans l’autre (la beauté d’une équation mathématique ne s’appelle-t-elle pas « élégance » ?)

Ils représentent chacun l’un des trois rayons majeurs de la trinité :

-          1er rayon : Le Bien, La Volonté divine ; l’aspect Père ou Vie ou Esprit.

-          2ème rayon : Le Beau, l’Amour divin; l’aspect Fils ou Conscience

-          3ème rayon : Le Vrai, l’intelligence divine; l’aspect Mère ou la Forme.

 

Dans leur manifestation, ils représentent les 3 X 7 aspects expressions de l’aspect  Père, soit 21 facettes représentatives, mais aussi les 7 x 7 x 7, soit 343 notes et sous-notes manifestées ou aspect Mère.

C’est dans ce champ d’expression que le Fils que nous sommes, l’homme, peut trouver sa réalisation en tant qu’être (3+4+3=10, soit le point dans le cercle) et, découvrant les lois de la vie, peut appliquer  les bases de cette connaissance sur l’aspect pratique. Il se réalise en élevant la substance. Par lui, le matériel se transmue en spirituel. Il élève le taux vibratoire de la planète. Le Fils devient un « œuvrier »,  un participant spirituel actif et dynamique au Grand Œuvre.

 

Par cette réalisation liée à la Mère et sous l’action de poussée en avant du Père qui l’incite à synthétiser les énergies, il intégrera la trinité. Des quatre plans inférieurs liés la nature, il passera, en tant que niveau de conscience sur les trois plans supérieurs liés au Père. Le 4 sera transcendé en 3 (manifestation et essence). Les quatre facettes de manifestation de chacun des trois aspects de la trinité sont parfaitement épanouies : 3x4 =12.

L’homme réalisé dans sa parfaite expression de la Mère (12) fusionne à l’expression du Père (21) pour donner symboliquement la fusion Lune Soleil (33), soit 3 x 11. Il incorpore alors la trinité solaire, les énergies supérieures liées au champ de conscience du logos solaire.

 

Pour simplifier les rayons 

Vu sous un autre angle, si l'on considère qu'au-delà des trois rayons majeurs (la Volonté divine, l'Amour-sagesse, l'Intelligence divine), il y a les quatre rayons qui émanent de ce dernier, encore appelés rayons d'attributs (l’Harmonie par le conflit (rayon de l'humanité), la Science, l'Idéalisme et la dévotion, et l'Ordre cérémonial), on peut dire que chacun de ces rayons contient en lui l'expression des six autres. À ce titre il est facile de concevoir qu'il y a 7 x 7 soit  quarante-neuf champs d'expressions majeures et différents liées à chacune de ces émanations.

Ainsi,  dans ces classifications majeures se déclinent les 49 expressions dans la manifestation. Tout ce que l'homme produit, (émanation de l’intelligence par les « mains », car nous serons toujours dans la partie manifestée, à quelque niveau que ce soit), et qui va de l'idée à la réalisation physique, entre dans l'une de ces catégories : la musique, la médecine, l'art culinaire, la peinture, la sculpture, l'architecture, l’astronomie , la taille de pierre, le vitrail , l’art de la guerre, l’art de l’éloquence, la danse, la joaillerie, etc.

 

 

 

Toute la manifestation se traduit :

  • soit de façon vulgaire et à ce titre « flirte» plus ou moins avec le négatif et côtoie le monde astral ou mental-désir (kama-manas)
  • soit dans le cadre de l'art sacré, si l'homme, le Fils, a conscience de ce qu'il est en tant qu'intermédiaire entre le divin et le terrestre.

Plus il répond et exprime la loi des harmonies universelles plus il tend vers l'art sacré. Plus il s'élève en conscience pour capter " les idées intuitives" des plans supérieurs à l'âme, plus il pourra faire descendre sur terre une réalité divine. C'est ainsi que s'élève le monde. L'homme doit redevenir un « œuvrier », comme l’exprima le courant de pensée du Moyen Âge avec ses Alchimistes (qui déployèrent tant la théologie de la science, se servant de cette dernière pour pénétrer en compréhension la première), Architectes et Compagnons bâtisseurs de cathédrales.

L’art sacré permet à l’être du 5ème règne qui l’exprime de devenir Créateur. Tout en cueillant à un niveau supérieur les idées divines conformes à la Réalité de la Vie, il les sème dans le Mental humain et participe en tant que Serviteur de la Vie à leur application sur terre.

Ainsi, l'Art Sacré est le moyen et la technique de mise en application du plan divin, conforme au dessein de Celui qui donne la vie à la planète.

L'homme du cinquième règne est également à ce titre constructeur. Il édifie par son art le monde de demain. Il se transforme lui-même pour transformer le monde. Il est le maillon indispensable à cette réalisation ; par sa réalisation et son art, en tant qu’être il transmue, transforme et transfigure la substance. Comme il y a le concepteur, le maître d'œuvre, et les ouvriers. L’un ne peut rien faire sans les autres, et vice versa.

Quand l’homme quittera le vulgaire, c'est-à-dire ne sera plus dépendant des mirages liés au plan émotionnel ou astral, et des illusions liées au plan mental concret, il accédera aux énergies supérieures, expression du Père, et rayonnera le Beau , le Bien, le Vrai dans toutes ses facettes de manifestation. Il participera alors au Grand Œuvre de l’Architecte de l’Univers et sa vie de tous les jours s'exprimera en tant qu'Art Sacré, car conforme à la Réalité dans son essence ; tout ce qui est manifesté en sera l’expression.

Enfin, tout élément énergétique émet une intensité de rayonnement. Par ailleurs, il est calé sur une fréquence vibratoire.

 

 

LA CULTURE

La culture est la beauté d'expression d'une civilisation. Ce sont les aspects lumière d'une civilisation, d'où la différence de compréhension avec le quatrième règne sur la signification du mot culture.

La culture :

Elle représente tout le concept qui permet à l'humanité de faire le pas en avant.

Culture : au niveau du plan divin, le stade de réalisation par rapport au dessein du Père : expression relative de la sagesse. Exprimer le Livre de la Vie, Livre de la Sagesse, et le Livre de la Connaissance.

Finalité de l'art sacré : c'est rendre sacré, sacralisation de la planète.

L'humanité est arrivée au rendez-vous où son créateur a exprimé son intention.

Le Fils va œuvrer avec le Père et la Mère :

  • avec la parole pour soigner l'esprit,
  • avec ses mains pour soigner la matière.

 

Culture : culte /foi

(ce qui suit envoie directement au contenu des pages Internet Wikipedia)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Culture

Le mot culture tend à désigner la totalité des pratiques succédant à la nature. Chez l'humain, la culture évolue dans le temps et dans les formules d'échanges. Elle se constitue en manières distinctes d'être, de penser, d'agir et de communiquer. Ainsi, pour une institution internationale comme l'UNESCO : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »[1]

La notion de culture est au cœur d'un enjeu humain essentiel : celui de dire ce qu'est l'espèce (homo sapiens sapiens) à travers ce qu'il fait. C'est pourquoi l'on observe à la fois une tendance à couvrir (en tache d'huile) des activités de plus en plus diverses et éloignées les unes des autres (culture générale, culture religieuse, culture traditionnelle, culture technique, culture d'entreprise, industries culturelles, ministère de la culture, cultures animales, etc.) et une propension à perdre toute signification philosophique globale, précise ou tranchée.

On observe aussi que le sens du mot « culture » dépend étroitement de la stratégie de l'institution ou de l'acteur social qui l'utilise, en opposition (plus ou moins explicite) avec d'autres. Par exemple, pour ceux qui souhaitent défendre le domaine des arts et des lettres, le mot « culture » pourrait être opposé au néologisme « techno science », un peu comme autrefois on pouvait opposer « l'âme » et « la raison ». Au contraire, pour ceux qui veulent défendre le côté créateur de la recherche ou de l'innovation, le titre de culture doit pouvoir leur être appliqué sans discrimination. Dans le milieu éducatif institutionnel, la « culture » peut désigner un ensemble de connaissances acquises, de savoirs et de savoir-faire développés.

Pour les personnes qui, par profession ou intérêt, mettent l'accent sur les caractéristiques d'une communauté (linguistique, nationale, etc.), la culture représente l’ensemble de ses structures territoriales, de ses pratiques sociales, religieuses, politiques, commerciales, etc.

Pour ne pas trop trahir ces différences entre conceptions de la culture, on peut dessiner un « champ culturel » où elles se rencontrent et se confrontent par grands types d'activités :

  • les pratiques de l'exercice de la paroles est une réalisation permanente et universelle, bien que réalisées entre personnes concrètes chez l'humain. Associées à des pensées et à des actes, elles représentent la culture dans ses spécificités et dans l'activité humaine.
  • Les pratiques artistiques font le plus souvent émerger des points de vue singuliers qui sont ensuite partagés et échangés.
  • Les pratiques d'organisation des pensées et des sentiments (philosophiques ou religieux) cherchent au contraire à rassembler de grands groupes par la conviction et la séduction (le vrai et le beau selon Platon).
  • Les pratiques de régulation (grammaticale, juridique, économique, technique, etc.) organisent les êtres humains selon des rapports prédéterminés, mesurables et prévisibles.

Il est sans doute difficile - sinon impossible - d'empêcher que chacun de ces domaines prétende opposer sa propre conception de la culture aux autres.

Par ailleurs, chaque société humaine possède sa propre culture, cherche à la distinguer des autres et admet plus ou moins en son sein, l'existence de cultures différentes. Le multiculturalisme est une démarche qui insiste sur l'existence, dans un cadre politique souple et ouvert, d'une multitude de cultures qui se rencontrent, s'opposent, se mélangent et, finalement, se transforment et évoluent. L'une des questions de cette orientation, en phase avec le phénomène de la mondialisation, est qu'on ne saurait dire si cette évolution va vers plus de diversité, vers de nouvelles diversités, ou vers une standardisation plutôt appauvrissante.

Définitions

La culture humaine est, selon le sociologue québécois Guy Rocher, "un ensemble lié de manières de penser, de sentir et d'agir plus ou moins formalisées qui, étant apprises et partagées par une pluralité de personnes, servent, d'une manière à la fois objective et symbolique, à constituer ces personnes en une collectivité particulière et distincte." (Guy Rocher, 1969, 88).

Étymologie

L’étymologie du mot culture, du mot latin colere (« habiter », « cultiver », ou « honorer ») suggère que la culture se réfère, en général, à l’activité humaine. Ce mot prend des significations notablement différentes, voire contradictoires, selon ses utilisations.

Le terme (latin cultura) suggère l’action de cultiver, dans le domaine de l’agriculture en particulier : cultiver des fleurs… Le terme de culture est également employé en éthologie. Cicéron fut le premier à appliquer le mot cultura à l'être humain : Un champ si fertile soit-il ne peut être productif sans culture, et c'est la même chose pour l'humain sans enseignement. (Tusculanes, II, 13).

Dans l’Histoire, l’emploi du mot s’est progressivement élargi aux êtres humains. Le terme culte a une étymologie voisine (latin cultus), et qu’il est employé pour désigner l’hommage rendu à une divinité.

En langue française, le mot culture désigne tout d’abord l’ensemble des connaissances générales d’un individu. C’est la seule définition qu’en donne en 1862 le Dictionnaire national de Bescherelle. Les connaissances scientifiques y sont présentées comme élément de premier plan. C’est ce que nous appelons aujourd’hui la "culture générale".

Après le milieu du XXe siècle, le terme prend une seconde signification. Par exemple, le Petit Larousse de 1980 donne, en plus de la conception individuelle, une conception collective : ensemble des structures sociales, religieuses, etc., des manifestations intellectuelles, artistiques, etc., qui caractérisent une société. Le terme peut alors revêtir l’un ou l’autre sens, mais la proximité des domaines d’utilisation de chacun en fait une source d’ambiguïté.

Une représentation de la culture consiste à la regarder comme formée de quatre éléments qui sont « transmis de génération en génération en apprenant » [4] :

– les valeurs ;

– les normes ;

– les institutions ;

– les artefacts.

Les institutions

Les institutions sont les structures de la société dans et par lesquelles les valeurs et les normes sont transmises.

Les normes

Les normes sont constituées par les attentes sur la façon dont les personnes doivent se comporter dans diverses situations. Chaque culture a des méthodes, appelées sanctions, pour imposer ses normes. Les sanctions varient avec l’importance de la norme ; les normes qu’une société impose formellement ont le statut de lois.

Les institutions

Les institutions sont les structures de la société dans et par lesquelles les valeurs et les normes sont transmises.

Les artefacts

Les artefacts — choses ou aspects de la culture matérielle — décrivent des valeurs et des normes d’une culture.

Culture et art

La culture est aussi indissociable du patrimoine artistique, dans le sens où elle est un rattachement à des valeurs traditionnelles. Cet aspect de la culture est beaucoup plus marqué en Europe et en Asie, qu’en Amérique et surtout aux États-Unis, pour des raisons historiques évidentes.

Lorsqu’on parle de patrimoine, on pense le plus souvent à l’architecture, mais c’est aussi la sculpture, la peinture, le vitrail, la musique, la littérature, le folklore, la langue…

Culture et langage

La langue est probablement, dans les sociétés humaines, ce qui permet le mieux de véhiculer une culture, tant orale qu’écrite. C’est ainsi que la culture française s’est développée dans l’Europe des Lumières, en fait essentiellement parce qu’elle était parlée dans plusieurs cours princières.

Culture et technique

Sciences et techniques sont en interaction permanente, puisque les techniques sont les applications des sciences dans la société. Parler des manifestations techniques de la culture revient donc à aborder ses relations avec les sciences.

La diversité culturelle dans les communautés humaines

On distingue à travers le monde, les cultures écrites et les cultures orales.

La langue, écrite ou orale, joue ainsi un rôle essentiel dans l’élaboration d’une forme de connaissance sociale, qui est la pensée du sens commun, socialement élaborée et partagée par les membres d’un même ensemble social ou culturel. On appelle quelquefois cette connaissance commune une représentation sociale.

La culture par rapport au patrimoine

Article détaillé : Patrimoine (culture).

Spontanément, l'expression patrimoine culturel fait penser à un patrimoine matériel (sites, monuments historiques, œuvres d'art, ...). L'UNESCO a établi en 1972 une liste du patrimoine mondial, composée de plusieurs centaines de sites dans le monde.

En 1997, la notion de patrimoine oral et immatériel de l'humanité a été définie par l'UNESCO.