N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

La Construction de l'Antahkarana dans la race aryenne... dans le Présent

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La Construction de l'Antahkarana dans la race aryenne... dans le Présent

J'aimerais observer ici une pause et faire quelques remarques concernant ce processus relativement nouveau de construction de l'antahkarana. Il était connu et utilisé par ceux qui s'entraînaient afin de s'affilier à la Hiérarchie, mais il n'a pas encore été communiqué au grand public. Il y a deux choses qu'il est essentiel que l'étudiant note : l'une est qu'à moins de se souvenir que nous nous occupons d'énergie, d'une énergie qu'il faut utiliser scientifiquement, tout cet enseignement sera vain. Deuxièmement, il faut se souvenir que nous traitons d'une technique et d'un processus qui dépendent de l'utilisation de  l'imagination créatrice. Quand ces deux facteurs sont réunis (consciemment et délibérément) – le facteur de substanceénergie et le facteur d'impulsion prévue – vous avez instauré un processus créateur qui produira des résultats majeurs.

L'être humain vit dans un monde d'énergies diverses qui tantôt s'expriment en énergies positives dynamiques, tantôt en énergies négatives réceptives, tantôt en forces d'attraction magnétiques. La compréhension de cette affirmation justifiera celle de H.P.B. selon laquelle "la matière est de l'esprit à son point le plus bas", l'inverse étant également vrai. Le processus tout entier consiste à établir des relations constructives entre les énergies négatives et positives, et la production subséquente de force magnétique. C'est le processus créateur. Il est vrai d'un Logos solaire, d'un Logos planétaire et d'un être humain – seuls créateurs conscients de l'univers. Cela doit se révéler exact du disciple qui s'efforce d'établir une relation constructive entre la Monade et l'expression humaine dans les trois mondes de l'évolution humaine.

Traité sur les Sept Rayons, Vol. III (Astrologie Esotérique), chapitre VI.

On a beaucoup insisté sur la vie de l'âme et sur son expression sur le plan physique ; cela était nécessaire et faisait partie de l'évolution de la conscience humaine. Le royaume des âmes doit finalement céder la place au règne de l'esprit ; l'énergie de la Hiérarchie doit devenir une force réceptive à l'énergie de Shamballa, de même que la force de l'humanité doit devenir réceptive à l'énergie du royaume des âmes. Aujourd'hui, les trois processus se poursuivent simultanément bien que la réceptivité de la Hiérarchie au second aspect de l'énergie de Shamballa ne fait que commencer à être perceptible. La Hiérarchie a été depuis longtemps réceptive au troisième aspect ou aspect créateur de l'énergie de Shamballa et – à une époque très lointaine – elle répondra au premier aspect de cette même énergie. La nature triple de la manifestation divine doit aussi s'exprimer en dualité. Ceci peut être faiblement compris quand le disciple s'aperçoit (après la troisième initiation) que lui aussi doit apprendre à fonctionner en tant que dualité – Monade (esprit) et forme (matière) – en rapport direct avec l'aspect conscience, l'âme médiatrice étant absorbée dans ces deux aspects de l'expression divine, mais ne fonctionnant pas elle-même en tant que facteur médian. Lorsqu'on en arrivera là, on comprendra la vraie nature du nirvana, commencement de cette Voie sans fin qui conduit à l'Un. C'est la Voie où la dualité est résolue en unité, la Voie que les membres de la Hiérarchie s'efforcent d'emprunter et à laquelle ils se préparent.

La première chose à faire en vue de parvenir à ce dualisme est la construction de l'antahkarana, et ceci n'est entrepris  consciemment que lorsque le disciple prépare la deuxième initiation. Comme je l'ai déjà dit, il y a littéralement des milliers de personnes qui se préparent ainsi, car on peut admettre que tous les véritables aspirants et disciples sérieux, travaillant sans jamais dévier au progrès spirituel, avec un motif pur, et qui sont orientés inébranlablement vers l'âme, ont pris la première initiation. Cela indique simplement la naissance du Christ enfant dans le coeur, en termes symboliques. Nombreux devraient être ceux qui se préparent à entreprendre la tâche de construction du pont arc-en-ciel et qui, sous l'influence de la Sagesse Immémoriale, saisissent la nécessité et l'importance de la révélation que ce processus communique. Ce que j'écris a donc un but précis et utile. Pendant longtemps, j'ai eu pour tâche de donner, sous forme livresque, des renseignements concernant le prochain stade humain de reconnaissance intelligente et spirituelle. Je répète donc que la compréhension de la méthode de construction de l'antahkarana est essentielle si l'humanité veut avancer comme prévu ; dans ce mouvement en avant, les disciples et les aspirants doivent former, et forment en effet, le peloton de tête. L'humanité va s'éveiller dans son ensemble à la poussée spirituelle affluente ; une impulsion irrésistible vers la lumière spirituelle et vers une orientation majeure va survenir. De même que le disciple en tant qu'individu doit se retourner sur la roue de la vie et fouler la Voie dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, de même l'humanité le fera. Les deux tiers qui atteindront le but de l'évolution dans ce cycle mondial commencent déjà ce renversement.

Au cours de ce processus, le troisième aspect divin – celui de l'Acteur qui crée – entre en activité. Il en était ainsi du processus créateur lorsqu'il s'agissait de l'univers tangible. Il doit aussi en être ainsi lorsque le disciple devient l'agent créateur. Pendant des siècles, il a construit et utilisé ses véhicules de manifestation dans les trois mondes. Vint un temps où les personnes évoluées commencèrent à créer sur le plan mental ; elles rêvaient, avaient des visions, entraient en contact avec la beauté intangible ; elles touchaient le mental de Dieu et revenaient sur terre avec une idée. Elles donnaient forme à cette idée et devenaient créatrices sur le plan mental ; elles devenaient artistes sous quelque forme d'effort créateur.

Dans la tâche de construction de l'antahkarana, le disciple doit travailler sur les niveaux du mental, et ce qu'il y construit est fait de substance si subtile qu'il n'est ni permis ni possible que cela apparaisse sur les niveaux physiques. A cause de son orientation constante, ce qu'il construit "montera vers le centre de la vie" et ne "descendra pas vers le centre de conscience ou vers l'apparition de la lumière".

C'est là que réside la difficulté pour le débutant. Il doit, pour ainsi dire, travailler dans le noir ; il n'est pas en mesure de vérifier l'existence de ce qu'il s'efforce de construire. Son cerveau physique est incapable d'enregistrer sa création comme fait accompli. Il doit s'en remettre entièrement à la technique éprouvée du travail décrit, et poursuivre celui-ci grâce à la foi. La seule preuve de réussite sera peut-être lente à venir, car la sensibilité du cerveau est impliquée et fréquemment, en cas de réussite véritable, les cellules du cerveau ne sont pas en mesure de l'enregistrer. Les preuves possibles à ce stade peuvent consister en un éclair d'intuition spirituelle ou en une compréhension soudaine de la volonté-de-bien, sous forme dynamique ou de groupe. Ce peut être aussi simplement une aptitude à comprendre et à faire comprendre aux autres certains principes spirituels et occultes fondamentaux ; ce peut être une "facilité de révélation" à la fois réceptive, conditionnante ou distributive et donc d'efficacité mondiale.

J'essaie de rendre clair un sujet très abstrus et les mots se révèlent être inadéquats. Je ne peux que vous indiquer les grandes lignes du processus et de la méthode, et l'espoir subséquent pour l'avenir. De votre côté, vous pouvez seulement expérimenter, obéir, avoir confiance dans l'expérience de ceux qui enseignent et attendre patiemment les résultats.

Vous êtes ici : Accueil LA SCIENCE DE L'ANTAHKARANA La Construction de l'Antahkarana dans la race aryenne... dans le Présent