N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

1. Intention

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

1. Intention

Ce terme ne signifie pas décision mentale, souhait ou détermination. Plus exactement, l'idée est la focalisation de l'énergie sur le plan mental au point de la plus grande tension possible. Cela signifie que la conscience du disciple doit parvenir à un état analogue à celui du Logos, lorsque – à son échelle beaucoup plus vaste – Il concentra dans un cercle infranchissable (délimitant la sphère d'influence qu'Il désirait), la substance-énergie nécessaire à l'exécution de son dessein de manifestation. Le disciple doit aussi le faire, rassemblant ses forces au point le plus élevé de sa conscience mentale et les y maintenant dans un état de tension absolue. Vous voyez à présent le dessein qui sous-tend certaines méthodes et techniques de méditation, incarnées par les mots si souvent utilisés dans les schémas de méditation : "élevez la conscience jusqu'au centre de la tête" ; "maintenez la conscience au point le plus élevé possible" ; "essayez de maintenir le mental stable dans la lumière" ; et beaucoup d'autres expressions semblables. Elles concernent toutes la tâche consistant à amener le disciple au point où il peut parvenir au degré de tension et à la focalisation d'énergie désirés. Cela lui permettra de commencer la tâche consciente de construction de l'antahkarana. En réalité, c'est cette pensée qui gît, sans être reconnue, dans le mot "intention", tel que l'utilisent si souvent les catholiques romains et les anglicans lorsqu'ils préparent des candidats à la communion. Ils indiquent une direction différente, car l'orientation qu'ils désirent n'est pas celle allant vers la Monade ou l'esprit, mais vers l'âme, dans un effort pour obtenir de meilleurs traits de caractère dans la personnalité, et une intensification de l'approche mystique.

Dans l' "intention" du disciple qui s'occupe consciemment du pont arc-en-ciel, les premiers pas nécessaires sont :

a. L'obtention d'une orientation juste ; ceci doit se faire en deux stades : d'abord envers l'âme en tant que l'un des aspects de l'énergie constructive, et ensuite vers la Triade.

b. La compréhension mentale de la tâche à accomplir. Ceci implique l'emploi du mental de deux manières : la réceptivité à l'impression bouddhique ou intuitionnelle, et un acte de l'imagination créatrice.

c. Le processus de rassemblement d'énergie ou d'absorption de force, afin de circonscrire les énergies nécessaires dans un cercle infranchissable mental, avant de passer au processus plus tardif de visualisation et de projection.

d. La période de pensée claire concernant le processus et l'intention, afin que le constructeur de pont consacré puisse percevoir clairement ce qu'il fait.

e. Le ferme maintien de la tension sans effort trop grand des cellules du cerveau.

Quand ceci aura été accompli, on s'apercevra qu'il existe un point focal d'énergie mentale qui n'existait pas auparavant ; le mental sera maintenu stable dans la lumière ; de plus, seront alignées une personnalité attentive et réceptive et une âme orientée vers la personnalité et en état constant de perception dirigée. Je voudrais vous rappeler que l'âme (vivant sa propre vie sur son niveau de conscience) n'est pas en permanence consciente de son ombre, la personnalité dans les trois mondes. Lors de la construction de l'antahkarana cette conscience doit exister, parallèlement à l'intention de la personnalité.

Vous êtes ici : Accueil LA SCIENCE DE L'ANTAHKARANA 1. Intention