N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

Deuxième Initiation Le Baptême dans le Jourdain

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Deuxième Initiation 

Le Baptême dans le Jourdain

L'initiation que nous allons étudier maintenant est peut-être l'une des plus importantes, car elle concerne l'aspect de la personnalité qui donne le plus de mal à tout le monde ; le corps émotionnel ou astral. Aujourd'hui, les masses sont emportées par les émotions et par une sensibilité réceptive aux circonstances ; habituellement, elles ne sont pas emportées par une réaction intelligente à la vie, telle qu'elle est. La réaction normale et généralement violente ne fait qu'accroître la confusion et les difficultés concomitantes, en produisant des tourbillons d'énergie incontrôlée, de mirage et d'erreur. Même si, dans le même temps, il se peut qu'elle produise un aspect salutaire, dans certains cas, la violence de l'épreuve astrale et la puissance de la tentation astrale (on pourrait la nommer ainsi) conduisent à une sphère bien plus grande de souffrance. A cela il faut ajouter la tendance matérialiste de beaucoup des solutions proposées, ce qui fait intervenir la force de maya du monde, et complique beaucoup le problème.

Si angoissant que soit tout ceci, et bien que cela signifie la fin de l'ère, et la cessation de la vibration et des caractéristiques atlantéennes qui se sont maintenues si puissamment dans notre cycle aryen, c'est néanmoins l'indication qu'une possibilité véritablement raciale est atteinte. L'humanité – sur une échelle relativement importante – se trouve face à la deuxième initiation, ou Initiation du Baptême.

Le concept de baptême est toujours associé à celui de purification. L'eau a toujours été le symbole de ce qui purifie. C'est aussi le symbole du plan astral, avec son instabilité, ses tempêtes, sa tranquillité, ses réactions émotionnelles incontrôlables et sa souplesse, ce qui fait pour l'homme peu évolué un si bon agent de ses facultés trompeuses de création de formes-pensées. Ce plan réagit à toutes les impulsions, tous les désirs et à toutes les "attractions" magnétiques possibles, venant du côté matériel ou substantiel de la nature. Dans ses cycles de tranquillité, il reflète également le bon et le mauvais ; il est donc l'agent de la tromperie lorsqu'il est manipulé par la Loge Noire, ou de la réaction à l'aspiration lorsqu'il est influencé par la grande Loge Blanche, la Hiérarchie spirituelle de notre planète.

C'est le champ de bataille entre les paires d'opposés ; le problème est compliqué du fait que les hommes doivent apprendre à reconnaître ces opposés, avant de faire un choix juste qui les conduira à la victoire spirituelle.

Aujourd'hui, le désir de paix à tout prix, de nourriture adéquate, de chaleur et d'habitation, de retour à la stabilité et à la sécurité, de la cessation de l'anxiété, gouverne toutes les réactions humaines et fait que le plan astral tient tant de place dans les affaires des hommes et dans les décisions mondiales. Cet état de choses domine à tel point que la réalisation qui pourrait être révélée par le mental, et dont l'intelligentsia est la gardienne, est perdue de vue et n'a que peu d'influence.

A la troisième initiation, l'ascendant du mental illuminé par l'âme est finalement établi ; l'âme elle-même occupe la position dominante, et non la forme phénoménale. Toutes les limites de la nature de la forme sont alors transcendées.

C'est la vision de cette transcendance qui est communiquée au moment de la deuxième initiation, par le symbolisme d'une purification appliquée de façon positive.

Je n'insiste pas ici sur ce que dit la Bible de ce processus de purification. Elle résume symboliquement la nature aqueuse du plan astral, et la "purification de l'initié par l'eau" Cela exprime la forme purement atlantéenne du processus initiatique, et nous donne le concept d'une descente dans l'eau et d'une ascension hors de l'eau en réponse à un Mot de Pouvoir venu du ciel. La manière aryenne d'aborder cette même initiation n'a pas encore été pleinement comprise.

Cette deuxième initiation – telle qu'elle est subie maintenant – est, dans une certaine mesure, l'une des plus difficiles. Elle implique la purification par le feu, pris symboliquement. "L'application occulte du feu à l'eau" produit certains résultats très graves et dévastateurs. L'eau, sous l'action du feu, "se transforme en vapeur, et l'initié est immergé dans les brouillards et les miasmes, dans les mirages et les brumes" ainsi produits. L'initié doit se dégager de ce brouillard et de ces mirages ; l'humanité se dégagera aussi finalement de l'actuel brouillard des affaires humaines. La réussite de l'initié est la garantie de la destinée de l'humanité. Les complications, produites par l'eau conjointe au feu en ces temps aryens, sont beaucoup plus graves que celles produites entièrement par l'eau aux temps atlantéens ; notre ère est kama-manasique et non simplement kamique ou strictement astrale. Rappelez-vous donc, alors que vous lisez ces lignes, que je parle symboliquement. A l'heure actuelle, il faut tenir compte du feu du mental en conjonction avec l'eau du désir, et c'est à cause de cela que surgit une grande partie du problème de l'humanité. C'est à cause de cela que la deuxième initiation est devenue l'une des plus difficiles que le disciple moderne doive prendre.

Néanmoins, le résultat du processus initiatique moderne est d'un ordre beaucoup plus élevé. Cette affirmation est liée au fait qui est en train d'apparaître, à savoir que la Hiérarchie et le personnel qui s'y associe actuellement seront d'un ordre beaucoup plus élevé que celui de ceux qui avaient précédemment la responsabilité de diriger l'humanité. Une humanité plus avancée demande une Hiérarchie et une direction hiérarchique plus avancées. Le processus initiatique couvre tout ce qui  existe. Même Sanat Kumara apprend et, à partir d'une relative imperfection, avance vers la perfection.Le baptême du feu (que mentionnent les Ecritures occidentales) entraîne inévitablement l'implication de la  douleur, et ce, à un degré jusque là inconnu. Un coup d'oeil, même superficiel, sur les affaires mondiales révèle la vérité de cette affirmation.

Que se passe-t-il donc en réalité, et quels sont les facteurs majeurs impliqués ?

Beaucoup de choses dépendront de ma réponse et de l'interprétation que vous en ferez. Je vous demande, en conséquence, de réfléchir sérieusement à ma réponse à ces deux questions.

Sous l'influence du cycle des Poissons qui est en train de se terminer, l'activité du sixième Rayon, Idéalisme ou Dévotion, était prédominante. Ce rayon est celui de la détermination à objectif unique et – sous un certain angle –  le rayon de la façon d'agir aveugle . L'individu, le groupe ou l'humanité ne voient qu'un aspect de la réalité à un moment donné, et, vu le niveau actuel de l'homme dans le processus de l'évolution, habituellement l'aspect le moins désirable. Tout le reste leur est scellé ; leur vision se réduit à une seule image ; leur horizon est limité à une seule direction (au sens ésotérique). L'aspect de la réalité que les hommes voyaient, et pour lequel ils vivaient et mouraient, était  le monde matériel, le confort matériel, les possessions matérielles et les entreprises matérielles. Aujourd'hui, le parti travailliste et les tendances déjà apparentes au sein des Nations Unies apportent à cela un témoignage indiscutable. Pour un groupe beaucoup moins important d'êtres humains, le monde de l'intelligence semble prééminent, et le mental concret est le gouverneur désiré, ou facteur de direction. Tout reste donc dans le domaine de la domination matérielle.

En conséquence, le plexus solaire est le facteur dominant, car – même dans le cas de l'intelligentsia – c'est le désir de bien-être matériel, de possessions territoriales et d'un plan gouvernemental en vue de décisions matérielles économiques, qui gouverne et motive l'individu, le groupe ou la nation. Cela n'est pas nécessairement mauvais, mais (sous l'influence de l'actuel concept désirémotion) ces tendances sont placées en première position et considérées comme de nature causale ; elles sont cependant de nature fondamentalement secondaire ; insistons sur le mot "effet". L'humanité, même dans ses couches avancées, n'est pas encore capable de penser sur les niveaux causals.

Quel est le but fondamental de l'initié qui a pris la deuxième initiation ? Je vous demande de faire passer votre conscience du concept envisageant le processus d'initiation comme la consommation de l'effort au concept supérieur et plus juste d'effets initiatiques, et marquant un commencement et non une consommation. Que voyons-nous donc devant l'initié qui est entré dans l'eau purificatrice, ou plutôt dans le feu ? A quoi s'est-il engagé ? Que va-t-il arriver dans cette "zone de vie" (je souhaite que vous vous familiarisiez avec cette expression) et quels résultats vontils produire dans le mécanisme avec lequel il aborde le lieu de l'initiation ? Voilà les facteurs importants et les aspects du processus de vie qui devraient le conditionner. A la fin du processus initiatique il devrait reconnaître que certaines énergies et certains aspects divins jouent un rôle dans sa pensée et dans ses desseins, énergies qui jusque là (même si elles existaient) étaient latentes et non dominantes.

Devant lui, se trouve la troisième Initiation, la Transfiguration. Il est face à une grande transition allant d'un pôle d'aspiration émotionnelle à un pôle de pensée. Il a, du moins théoriquement, rejeté la domination du corps astral et de la nature astrale ; mais il reste beaucoup à faire. D'anciens désirs, d'anciennes réactions astrales et habitudes d'émotion sont encore puissants, mais il a acquis vis-à-vis d'eux une attitude nouvelle, ainsi qu'une perspective nouvelle concernant le corps astral.

L'eau, le feu, la vapeur, le mirage, l'erreur, l'interprétation fausse et la continuité émotionnelle signifient encore pour lui quelque chose de spécifique et d'indésirable.

Il est maintenant négatif à leur attraction et positif à la focalisation supérieure qui le sollicite. Ce que, maintenant, il aime et désire ardemment, ce pour quoi il fait des plans, se situe dans une dimension autre et plus élevée. Par sa résolution de passer par la deuxième initiation, il a porté le premier coup à son égoïsme inné et a prouvé sa détermination de penser en termes plus vastes et plus inclusifs. Le groupe commence à être plus important pour lui que lui-même.

Qu'est-il arrivé, du point de vue technique ? Les énergies du plexus solaire sont en cours de transfert entre l'échangeur principal situé au-dessous du diaphragme et le centre du coeur, l'un des trois centres majeurs dans lesquels toutes les énergies inférieures doivent être transférées. A la première initiation, il fut accordé à l'initié la vision d'une créativité plus élevée, et l'énergie du centre sacré commença sa lente ascension vers le centre de la gorge. A la deuxième initiation, il lui est accordé la vision d'une polarisation supérieure, et sa place dans le plus grand tout commença à se révéler lentement. Une créativité et une polarisation nouvelles deviennent ses buts immédiats, et pour lui la vie ne pourra plus jamais être la même. Les anciennes attitudes et les désirs physiques peuvent encore, par moments, prendre le dessus ; l'égoïsme peut continuer à jouer un rôle puissant dans sa vie, mais – sous-jacent à ces facteurs et les dominant – il existera un profond mécontentement face aux choses telles qu'elles sont et un sens angoissant d'échec. C'est à ce stade que le disciple commence à apprendre l'utilité de l'échec et à savoir certaines distinctions fondamentales entre ce qui est naturel et objectif et ce qui est surnaturel et subjectif.

Est-ce que ces idées vous rendent le concept de l'initiation plus utile et plus pratique ? Toute initiation qui ne trouve pas son interprétation dans les réactions journalières rend peu de service, et fondamentalement, elle est sans réalité. C'est le manque de réalité de sa présentation qui a conduit au rejet de la Société Théosophique en tant qu'agent de la Hiérarchie à l'heure actuelle. Autrefois, avant qu'elle n'ait mis l'accent sur l'initiation et les initiés et avant qu'elle ne considère les disciples en probation comme de véritables initiés, la Société faisait du bon travail.

Cependant, elle n'a pas réussi à reconnaître la médiocrité, et à comprendre que personne ne "prend" l'initiation ou ne passe par ces crises, avant de s'être montré d'une vaste utilité et d'une capacité intellectuelle entraînée. Ce n'est peut-être pas le cas lorsqu'il s'agit de la première initiation, mais lorsqu'il s'agit de la deuxième initiation, il faut toujours qu'il y ait un arrière-plan de vie utile et consacrée, ainsi qu'une détermination exprimée d'entrer dans le domaine du service mondial . Il doit aussi y avoir humilité et réalisation de la divinité de tous les hommes. Le prétendu initié de la Société Théosophique (à l'exception de Mme Besant), ne se conformait pas à ces exigences. Je n'attirerais pas l'attention sur leurs orgueilleuses manifestations, si les mêmes prétentions et les mêmes tromperies n'étaient présentées au public.

Le problème de la libération des limites de la matière devrait maintenant être examiné et tout ce thème rendu pratique.

Il existe peut-être une dernière opinion selon laquelle c'est le domaine des émotions, et la susceptibilité aux réactions émotionnelles, qui constituent la principale limitation humaine, sous l'angle individuel et sous l'angle national. Par exemple, on se rend compte partout que le démagogue qui influence l'opinion publique joue avec insistance sur les émotions ainsi que sur l'égoïsme des hommes.

A mesure que l'humanité progressera vers l'expression mentale, cette influence qui fausse l'opinion deviendra de moins en moins importante, et lorsque les masses (composées de millions d' "hommes de la rue") commenceront à penser véritablement, le pouvoir de l'approche démagogique aura disparu. La principale bataille qui se livre aujourd'hui dans le monde est celle de la liberté du citoyen ordinaire de penser par lui-même, et de parvenir à ses propres décisions et conclusions. C'est là que se situe la discorde majeure entre le Grande Loge Blanche et la Loge Noire. C'est une bataille où l'humanité elle-même est un facteur décisif, et c'est pour cette raison que la Loge Noire agit par l'intermédiaire du groupe dirigeant la destinée de la Russie, et aussi par le mouvement sioniste. Les dirigeants de l'U.R.S.S. travaillent intelligemment et puissamment contre la liberté humaine, et en particulier contre la liberté de pensée. Le communisme en soi n'a nullement cet objectif ; c'est la politique totalitaire des gouvernants qui est tellement désastreuse, de même que leur ambition et leur haine de la vraie liberté. Le sionisme aujourd'hui préconise l'agression et l'emploi de la force ; sa note-clé est la permission de prendre ce que l'on veut, sans s'occuper des autres et de leurs droits inaliénables. Ces points de vue sont contraires à la position des chefs spirituels de l'humanité ; donc, les chefs du mouvement sioniste, et le groupe d'hommes qui gouverne la politique de la Russie, sont opposés à la politique de la Hiérarchie spirituelle et à l'intérêt à long terme de l'humanité.

La liberté de l'esprit humain, la liberté de penser, de gouverner, et d'adorer selon ce que, sous l'influence du processus de l'évolution, le désir humain instinctif et inné pourra dicter, la liberté de décider la forme nécessaire de gouvernement ou de religion – voilà les prérogatives légitimes de l'humanité. Tout groupe d'hommes, ou toute forme de gouvernement qui ne reconnaît pas ce droit va à l'encontre des principes qui gouvernent la grande Loge Blanche. La menace pesant aujourd'hui sur la liberté du monde réside dans la politique des maîtres de l'U.R.S.S., et dans les machinations tortueuses et mensongères des sionistes. Dans aucun de ces deux groupes, il n'y a de véritable puissance spirituelle ; tous deux sont condamnés à l'échec même s'ils peuvent réussir du point de vue matériel ; du point de vue spirituel ils sont condamnés. Les dirigeants de l'entreprise russe contre la liberté de l'individu sont condamnés car l'homme est essentiellement libre et fondamentalement divin. Il est certain qu'à long terme, en Russie et dans les Etats satellites enclins au communisme, les masses réagiront inévitablement de manière divine et puissante. Le véritable programme communiste est sain ; c'est la fraternité en action qui – dans ses principes originels – ne va pas à l'encontre de l'esprit christique. C'est le fait qu'un groupe d'hommes, ambitieux et quelquefois pervers, impose un communisme formel et intellectuel qui  n'est pas sain ; il s'écarte des vrais principes communistes et repose sur l'ambition personnelle, l'amour du pouvoir, et une interprétation des oeuvres de Lénine et de Marx qui est, elle aussi, personnelle et va à l'encontre de ce qu'ont voulu dire leurs auteurs, exactement comme les théologiens interprètent les paroles du Christ d'une manière qui n'a aucun rapport avec son intention originelle. Les dirigeants de la Russie  ne travaillent pas  vraiment dans l'intérêt du peuple, pas plus que le sionisme académique ne travaille ou ne réalise ses projets pour des raisons humanitaires. Mais le  peuple détient le triomphe ultime, car le coeur du peuple, dans toutes les nations, est sain et bon fondamentalement, et incliné divinement. C'est ce qu'oublient les maîtres du régime communiste.

Les chefs du mouvement sioniste d'agression constituent un réel danger pour la paix mondiale et le développement de l'humanité ; leurs activités ont été approuvées par la politique opportuniste des Etats-Unis et, au second degré, par la Grande-Bretagne, sous l'influence des Etats-Unis. Ce sont les sionistes qui ont nargué les Nations Unies, abaissé leur prestige, et qui ont rendu leur position dans le monde à la fois négative et négligeable. Ce sont les sionistes qui ont perpétré l'acte majeur d'agression depuis la formation des Nations Unies, et qui ont été assez habiles pour obtenir le soutien des Etats-Unis, et faire transformer la "recommandation" originale des Nations Unies en un ordre. La loi de la force, de l'agression et de la conquête territoriale par les armes, est actuellement mise en pratique par les sionistes en Palestine ; ils ont prouvé aussi le pouvoir de l'argent pour acheter les gouvernements. Ces activités vont à l'encontre de tous les plans de la Hiérarchie spirituelle et marquent un point de triomphe des forces du mal.

J'insiste sur les activités de ces deux pays car, par l'intermédiaire des chefs de ces groupes d'hommes agressifs, les forces du mal – repoussées temporairement par la défaite du groupe pervers qu'Hitler avait réuni autour de lui – ont de nouveau organisé leur attaque du développement spirituel de l'humanité.

Aujourd'hui, le monde est encore divisé en personnes très puissantes et d'intentions mauvaises, et leurs victimes ; à quoi s'ajoutent les réactions négatives des autres nations. Il n'y a pas, aux Nations Unies, de nation qui ait tenté de renverser la marée du mal en se rangeant, ainsi que d'autres nations, du côté de la liberté. Il n'y a que des groupes d'hommes non-éclairés qui cherchent à se rendre maîtres de la destinée des nations. Il existe encore des réactions émotionnelles aux situations, et une exploitation émotionnelle d'individus et de nations par certains qui ne sont nullement émotionnels, mais convaincus mentalement qu'il faut suivre certaines lignes d'activité conduisant à leur intérêt propre, lignes qui – à la longue – ne sont pas dans l'intérêt des peuples impliqués.

Nous en revenons donc au problème du plan astral, du niveau émotionnel de conscience, et à la deuxième initiation ; cette initiation libère les hommes de la domination de l'émotion et leur permet de faire passer leur conscience sur les niveaux du mental et, à partir de cette focalisation plus élevée, de gouverner leurs attitudes émotionnelles normales et développées.

Si vous voulez bien remonter à la page anglaise 340, vous verrez qu'y sont données les trois notes-clé de cette deuxième initiation et sa technique. Je souhaite attirer votre attention sur ces notes-clé qui nous donnent la solution des problèmes mondiaux et la manière de sortir de l'impasse actuelle. Ces trois mots sont : Consécration, Mirage, Dévotion.

C'est la consécration de l'aspirant qui invoque le feu. Voici une déclaration d'importance majeure. L'aspirant qui est sur les niveaux supérieurs du plan astral est emporté par le "feu de la consécration". Ceci focalise immédiatement sa volonté, telle qu'elle se manifeste, sur le plan mental, et cette focalisation, en temps voulu, entreprend le travail sérieux de déplacer sa conscience sur les niveaux du mental.

Alors, immédiatement, le "feu" entre en action, et la première réaction (comme je l'ai signalé plus haut) est la "rencontre du feu et de l'eau" ; en conséquence, il se produit du brouillard, de la brume, du mirage et de l'illusion. Ces quatre mots doivent être pris symboliquement. Les mirages ainsi provoqués dépendent du rayon et du point d'évolution de l'individu et de la nation. Il est essentiel que vous appreniez à penser en termes aussi larges que possible. Je ne vais pas traiter de cette question. Les individus découvrent rapidement la nature de leurs mirages, dès que leur "intention spirituelle" est déterminée ; le mirage national est bien reconnu aussi des observateurs, quoique rarement encore des nations impliquées. Le facteur qui conduit à la dissipation du mirage est la dévotion – dévotion à un individu, à un Maître (comme l'enseigne la Société Théosophique) ou à quelque projet idéal. C'est finalement une dévotion illimitée à la Voie, au parcours du Sentier à n'importe quel prix, et à l'attachement indéfectible au service – en ce que celui-ci constitue la technique majeure du Sentier.

La consécration, ayant pour conséquence le mirage dissipé par la dévotion – voilà les notes-clé de la deuxième initiation. N'oubliez pas que le nationalisme est le résultat de la consécration à un ensemble particulier de conditions nationales, et qu'il engendre les mirages conduisant aux difficultés mondiales.

Ces trois aspects de l'évolution doivent être reconnus par tout aspirant ; leur existence détermine sa place sur le Sentier, l'initiation à laquelle il est préparé, et la nature de son service pour l'humanité.

Quel sera le résultat, dans la vie de chacun, de la combinaison de ces trois facteurs ? Tout d'abord deux choses :

1. Les centre du plexus solaire sera tout d'abord amené à un état d'activité presque violente et contraignante. Cette activité est suscitée par la consécration et elle produit inévitablement le mirage.

2. Les énergies violentes du centre du plexus solaire seront finalement maîtrisées par la qualité de dévotion. C'est cette qualité qui transforme le centre du plexus solaire en un  grand centre de triage pour toutes les réactions émotionnelles et tous les mirages, et en fait temporairement une cause de désastre, de conflit, de douleur et de détresse.Résultant des deux points ci-dessus, un grand agent de transformation est mis en route par la qualité de dévotion, et le plexus solaire devient non seulement un centre de triage, mais le principal facteur qui fait monter les énergies actives physiques et émotionnelles situées en dessous du diaphragme jusqu'au centre du coeur. Ceci constitue un long processus auquel l'aspirant doit faire face dans l'intérim entre les initiations. Il nous est dit (et c'est effectivement vrai) que la plus longue période qui sépare les initiations se situe entre la première et la deuxième initiation. C'est une vérité qu'il faut regarder en face, mais il faut aussi se souvenir que ce n'est nullement la période la plus dure. La période la plus dure pour l'aspirant très sensible se situe entre la deuxième et la troisième initiation.

C'est une période de souffrance intense, où il faut supporter les conséquences de l'application des facteurs de mirage et d'illusion, où l'on est profondément impliqué dans des situations qui, pendant longtemps, ne sont pas clarifiées, où l'aspirant assiégé doit avancer régulièrement, du mieux qu'il peut, sous l'influence d'une direction juste, et d'une détermination spirituelle. En général, il lui faut accomplir cela dans le noir, travaillant sous l'influence du mental logique qui comprend, mais rarement sous l'influence de l'inspiration. Néanmoins, un bon travail se poursuit. Les émotions sont maîtrisées, le facteur du mental prend nécessairemen une importance de plus en plus juste. La lumière – vacillante, encore incertaine et imprévisible – émane de l'âme et pénètre de temps en temps via le mental ; elle aggrave fréquemment les complications, mais engendre finalement la maîtrise nécessaire qui conduira à la libération.

Réfléchissez à ceci. La libération est la note-clé de l'individu qui veut prendre la deuxième initiation et sa suite – la préparation à la troisième initiation. La libération est la note-clé du disciple mondial aujourd'hui ; c'est la liberté de vivre, la liberté de penser, la liberté de savoir et de faire des plans, que réclame l'humanité à l'heure actuelle.

L'initiation que nous allons étudier ensuite (celle de la Transfiguration) est l'une des plus importantes de toutes. D'un point de vue particulier, elle est curieusement liée à l'Initiation de la Révélation, la cinquième, et à l'Initiation de la Résurrection, la septième. La libération les concerne toutes trois : libération de la personnalité, libération de l'aveuglement, ou libération des sept plans de notre existence planétaire – plans que l'on nomme souvent plans de l'évolution humaine et supra-humaine. Vous aurez noté que, récemment, j'ai insisté sur un aspect de l'initiation sur lequel on a peu insisté jusqu'ici – l'aspect de libération. Le Sentier de l'Initiation a parfois été appelé le Sentier de la Libération, et c'est sur cet aspect essentiel du processus initiatique que je cherche à attirer votre attention.

J'ai constamment signalé que l'initiation n'était pas véritablement le mélange curieux d'autosatisfaction dans la réalisation, de cérémonial et de reconnaissance hiérarchique, telle que la décrivent les principaux groupes d'occultistes. C'est bien davantage un processus de travail extrêmement dur, pendant lequel l'initié devient ce qu'il est. Ceci peut comporter la reconnaissance hiérarchique, mais non sous la forme habituellement décrite. L'initié se trouve en compagnie de ceux qui l'ont précédé ; il n'est pas rejeté, on le voit, on le remarque, puis on le met au travail.

C'est aussi une série progressive de libérations, aboutissant à une plus grande liberté vis-à-vis de ce qui se situe dans le passé de son expérience ; ceci implique la permission (enjointe ou donnée par l'âme) d'avancer davantage sur la Voie. Ces libérations sont le résultat du Détachement, de l'absence de Passion, et du Discernement. En même temps la Discipline impose et rend possible le dur travail nécessaire pour franchir le pas. Ces quatre techniques (car c'est ce qu'elles sont) sont précédées d'une série de désillusions qui, lorsqu'elles sont comprises, ne laissent à l'aspirant aucune autre possibilité que d'avancer dans une plus grande lumière.

Je souhaite vous voir étudier l'initiation sous l'angle de la libération, et l'envisager comme un processus de libertés péniblement obtenues. Cet aspect fondamental de l'initiation – quand l'initié l'a compris – lie fermement son expérience à celle de l'humanité dans son ensemble, dont la lutte primordiale consiste à parvenir à cette libération "grâce à laquelle l'âme et ses pouvoirs peuvent se développer et tous les hommes être libres, car individuellement ils sont parvenus à la libération".

Si vous voulez bien étudier les neuf initiations et les envisager sous cet angle, vous verrez comment chacune d'elles indique nettement un point de réalisation ; vous verrez donc que toute la question de l'initiation prend une beauté nouvelle et semble justifier davantage la douleur et la lutte qu'implique la réalisation.

Permettez-moi de vous donner une indication (sans plus) de ce que je veux dire.

Initiation I. Naissance.

Libération de la domination du corps physique et de ses appétits.

Initiation II. Baptême.

 Libération de la domination de la nature émotionnelle et de la sensibilité égoïste du soi inférieur.

Initiation III. Transfiguration.

 Libération de l'ancienne autorité de la personnalité triple, marquant un point culminant dans l'histoire de tous les initiés.

Initiation IV. Renonciation.

Libération de tout intérêt concernant le soi, et renoncement à la vie personnelle, au bénéfice du plus grand tout. Même la conscience de l'âme perd de son importance et un état de conscience plus universel et plus proche du Mental divin prend sa place.

Initiation V. Révélation.

Libération de l'aveuglement, libération qui permet à l'initié d'avoir une vision nouvelle. Cette vision concerne la Réalité, située audelà de tout ce qui a été ressenti et connu jusque là.

Initiation VI. Décision.

Liberté de choix. J'ai parlé de ces choix dans une partie antérieure de cet ouvrage.

Initiation VII. Résurrection.

 Libération de l'emprise de la vie phénoménale des sept plans de notre vie planétaire ; c'est en réalité "quitter" le plan cosmique physique et "s'élever" au-dessus de lui.

Initiation VIII. Transition.

Libération de la réaction de conscience (tel que vous entendez ce mot) et libération introduisant un état de perception, une forme de reconnaissance consciente, qui n'a rien voir avec la conscience (tel que vous entendez ce terme). On pourra considérer qu'il s'agit d'une libération complète de la sensibilité accompagnée cependant d'un épanouissement complet de cette qualité que nous nommons "compassion", de manière inadéquate. Je ne peux pas en dire plus.

Initiation IX. Refus.

Libération de tout entraînement possible par n'importe quelle forme d'attrait, particulièrement en ce qui concerne les plans supérieurs.

Il faut se souvenir constamment (d'où ma réitération) que nos sept plans sont les sept sous-plans du plan cosmique physique.

Ce but qu'est la libération est, en fait, le principal encouragement à suivre le Sentier du Retour. L'un des facteurs les plus stimulant spirituellement du monde actuel, est l'emploi dans tous les pays du mot LIBERTE. C'est le grand disciple F.D. Roosevelt qui a "ancré" ce mot dans un sens nouveau et plus universel. Il a maintenant, pour l'humanité, un sens plus complet et plus profond.

Deuxième Initiation – Le Baptême dans le Jourdain

L'initiation que nous allons étudier maintenant est peut-être l'une des plus importantes, car elle concerne l'aspect de la personnalité qui donne le plus de mal à tout le monde ; le corps émotionnel ou astral. Aujourd'hui, les masses sont emportées par les émotions et par une sensibilité réceptive aux circonstances ; habituellement, elles ne sont pas emportées par une réaction intelligente à la vie, telle qu'elle est. La réaction normale et généralement violente ne fait qu'accroître la confusion et les difficultés concomitantes, en produisant des tourbillons d'énergie incontrôlée, de mirage et d'erreur. Même si, dans le même temps, il se peut qu'elle produise un aspect salutaire, dans certains cas, la violence de l'épreuve astrale et la puissance de la tentation astrale (on pourrait la nommer ainsi) conduisent à une sphère bien plus grande de souffrance. A cela il faut ajouter la tendance matérialiste de beaucoup des solutions proposées, ce qui fait intervenir la force de maya du monde, et complique beaucoup le problème.

Si angoissant que soit tout ceci, et bien que cela signifie la fin de l'ère, et la cessation de la vibration et des caractéristiques atlantéennes qui se sont maintenues si puissamment dans notre cycle aryen, c'est néanmoins l'indication qu'une possibilité véritablement raciale est atteinte. L'humanité – sur une échelle relativement importante – se trouve face à la deuxième initiation, ou Initiation du Baptême.

Le concept de baptême est toujours associé à celui de purification. L'eau a toujours été le symbole de ce qui purifie. C'est aussi le symbole du plan astral, avec son instabilité, ses tempêtes, sa tranquillité, ses réactions émotionnelles incontrôlables et sa souplesse, ce qui fait pour l'homme peu évolué un si bon agent de ses facultés trompeuses de création de formes-pensées. Ce plan réagit à toutes les impulsions, tous les désirs et à toutes les "attractions" magnétiques possibles, venant du côté matériel ou substantiel de la nature. Dans ses cycles de tranquillité, il reflète également le bon et le mauvais ; il est donc l'agent de la tromperie lorsqu'il est manipulé par la Loge Noire, ou de la réaction à l'aspiration lorsqu'il est influencé par la grande Loge Blanche, la Hiérarchie spirituelle de notre planète.

C'est le champ de bataille entre les paires d'opposés ; le problème est compliqué du fait que les hommes doivent apprendre à reconnaître ces opposés, avant de faire un choix juste qui les conduira à la victoire spirituelle.

Aujourd'hui, le désir de paix à tout prix, de nourriture adéquate, de chaleur et d'habitation, de retour à la stabilité et à la sécurité, de la cessation de l'anxiété, gouverne toutes les réactions humaines et fait que le plan astral tient tant de place dans les affaires des hommes et dans les décisions mondiales. Cet état de choses domine à tel point que la réalisation qui pourrait être révélée par le mental, et dont l'intelligentsia est la gardienne, est perdue de vue et n'a que peu d'influence.

A la troisième initiation, l'ascendant du mental illuminé par l'âme est finalement établi ; l'âme elle-même occupe la position dominante, et non la forme phénoménale. Toutes les limites de la nature de la forme sont alors transcendées.

C'est la vision de cette transcendance qui est communiquée au moment de la deuxième initiation, par le symbolisme d'une purification appliquée de façon positive.

Je n'insiste pas ici sur ce que dit la Bible de ce processus de purification. Elle résume symboliquement la nature aqueuse du plan astral, et la "purification de l'initié par l'eau" Cela exprime la forme purement atlantéenne du processus initiatique, et nous donne le concept d'une descente dans l'eau et d'une ascension hors de l'eau en réponse à un Mot de Pouvoir venu du ciel. La manière aryenne d'aborder cette même initiation n'a pas encore été pleinement comprise.

Cette deuxième initiation – telle qu'elle est subie maintenant – est, dans une certaine mesure, l'une des plus difficiles. Elle implique la purification par le feu, pris symboliquement. "L'application occulte du feu à l'eau" produit certains résultats très graves et dévastateurs. L'eau, sous l'action du feu, "se transforme en vapeur, et l'initié est immergé dans les brouillards et les miasmes, dans les mirages et les brumes" ainsi produits. L'initié doit se dégager de ce brouillard et de ces mirages ; l'humanité se dégagera aussi finalement de l'actuel brouillard des affaires humaines. La réussite de l'initié est la garantie de la destinée de l'humanité. Les complications, produites par l'eau conjointe au feu en ces temps aryens, sont beaucoup plus graves que celles produites entièrement par l'eau aux temps atlantéens ; notre ère est kama-manasique et non simplement kamique ou strictement astrale. Rappelez-vous donc, alors que vous lisez ces lignes, que je parle symboliquement. A l'heure actuelle, il faut tenir compte du feu du mental en conjonction avec l'eau du désir, et c'est à cause de cela que surgit une grande partie du problème de l'humanité. C'est à cause de cela que la deuxième initiation est devenue l'une des plus difficiles que le disciple moderne doive prendre.

Néanmoins, le résultat du processus initiatique moderne est d'un ordre beaucoup plus élevé. Cette affirmation est liée au fait qui est en train d'apparaître, à savoir que la Hiérarchie et le personnel qui s'y associe actuellement seront d'un ordre beaucoup plus élevé que celui de ceux qui avaient précédemment la responsabilité de diriger l'humanité. Une humanité plus avancée demande une Hiérarchie et une direction hiérarchique plus avancées. Le processus initiatique couvre tout ce qui  existe. Même Sanat Kumara apprend et, à partir d'une relative imperfection, avance vers la perfection.

Le baptême du feu (que mentionnent les Ecritures occidentales) entraîne inévitablement l'implication de la  douleur, et ce, à un degré jusque là inconnu. Un coup d'oeil, même superficiel, sur les affaires mondiales révèle la vérité de cette affirmation.

Que se passe-t-il donc en réalité, et quels sont les facteurs majeurs impliqués ?

Beaucoup de choses dépendront de ma réponse et de l'interprétation que vous en ferez. Je vous demande, en conséquence, de réfléchir sérieusement à ma réponse à ces deux questions.

Sous l'influence du cycle des Poissons qui est en train de se terminer, l'activité du sixième Rayon, Idéalisme ou Dévotion, était prédominante. Ce rayon est celui de la détermination à objectif unique et – sous un certain angle –  le rayon de la façon d'agir aveugle . L'individu, le groupe ou l'humanité ne voient qu'un aspect de la réalité à un moment donné, et, vu le niveau actuel de l'homme dans le processus de l'évolution, habituellement l'aspect le moins désirable. Tout le reste leur est scellé ; leur vision se réduit à une seule image ; leur horizon est limité à une seule direction (au sens ésotérique). L'aspect de la réalité que les hommes voyaient, et pour lequel ils vivaient et mouraient, était  le monde matériel, le confort matériel, les possessions matérielles et les entreprises matérielles . Aujourd'hui, le parti travailliste et les tendances déjà apparentes au sein des Nations Unies apportent à cela un témoignage indiscutable. Pour un groupe beaucoup moins important d'êtres humains, le monde de l'intelligence semble prééminent, et le mental concret est le gouverneur désiré, ou facteur de direction. Tout reste donc dans le domaine de la domination matérielle.

En conséquence, le plexus solaire est le facteur dominant, car – même dans le cas de l'intelligentsia – c'est le désir de bien-être matériel, de possessions territoriales et d'un plan gouvernemental en vue de décisions matérielles économiques, qui gouverne et motive l'individu, le groupe ou la nation. Cela n'est pas nécessairement mauvais, mais (sous l'influence de l'actuel concept désirémotion) ces tendances sont placées en première position et considérées comme de nature causale ; elles sont cependant de nature fondamentalement secondaire ; insistons sur le mot "effet". L'humanité, même dans ses couches avancées, n'est pas encore capable de penser sur les niveaux causals.

Quel est le but fondamental de l'initié qui a pris la deuxième initiation ? Je vous demande de faire passer votre conscience du concept envisageant le processus d'initiation comme la consommation de l'effort au concept supérieur et plus juste d'effets initiatiques, et marquant un commencement et non une consommation. Que voyons-nous donc devant l'initié qui est entré dans l'eau purificatrice, ou plutôt dans le feu ? A quoi s'est-il engagé ? Que va-t-il arriver dans cette "zone de vie" (je souhaite que vous vous familiarisiez avec cette expression) et quels résultats vontils produire dans le mécanisme avec lequel il aborde le lieu de l'initiation ? Voilà les facteurs importants et les aspects du processus de vie qui devraient le conditionner. A la fin du processus initiatique il devrait reconnaître que certaines énergies et certains aspects divins jouent un rôle dans sa pensée et dans ses desseins, énergies qui jusque là (même si elles existaient) étaient latentes et non dominantes.

Devant lui, se trouve la troisième Initiation, la Transfiguration. Il est face à une grande transition allant d'un pôle d'aspiration émotionnelle à un pôle de pensée. Il a, du moins théoriquement, rejeté la domination du corps astral et de la nature astrale ; mais il reste beaucoup à faire. D'anciens désirs, d'anciennes réactions astrales et habitudes d'émotion sont encore puissants, mais il a acquis vis-à-vis d'eux une attitude nouvelle, ainsi qu'une perspective nouvelle concernant le corps astral.

L'eau, le feu, la vapeur, le mirage, l'erreur, l'interprétation fausse et la continuité émotionnelle signifient encore pour lui quelque chose de spécifique et d'indésirable.

Il est maintenant négatif à leur attraction et positif à la focalisation supérieure qui le sollicite. Ce que, maintenant, il aime et désire ardemment, ce pour quoi il fait des plans, se situe dans une dimension autre et plus élevée. Par sa résolution de passer par la deuxième initiation, il a porté le premier coup à son égoïsme inné et a prouvé sa détermination de penser en termes plus vastes et plus inclusifs. Le groupe commence à être plus important pour lui que lui-même.

Qu'est-il arrivé, du point de vue technique ? Les énergies du plexus solaire sont en cours de transfert entre l'échangeur principal situé au-dessous du diaphragme et le centre du coeur, l'un des trois centres majeurs dans lesquels toutes les énergies inférieures doivent être transférées. A la première initiation, il fut accordé à l'initié la vision d'une créativité plus élevée, et l'énergie du centre sacré commença sa lente ascension vers le centre de la gorge. A la deuxième initiation, il lui est accordé la vision d'une polarisation supérieure, et sa place dans le plus grand tout commença à se révéler lentement. Une créativité et une polarisation nouvelles deviennent ses buts immédiats, et pour lui la vie ne pourra plus jamais être la même. Les anciennes attitudes et les désirs physiques peuvent encore, par moments, prendre le dessus ; l'égoïsme peut continuer à jouer un rôle puissant dans sa vie, mais – sous-jacent à ces facteurs et les dominant – il existera un profond mécontentement face aux choses telles qu'elles sont et un sens angoissant d'échec. C'est à ce stade que le disciple commence à apprendre l'utilité de l'échec et à savoir certaines distinctions fondamentales entre ce qui est naturel et objectif et ce qui est surnaturel et subjectif.

Est-ce que ces idées vous rendent le concept de l'initiation plus utile et plus pratique ? Toute initiation qui ne trouve pas son interprétation dans les réactions journalières rend peu de service, et fondamentalement, elle est sans réalité. C'est le manque de réalité de sa présentation qui a conduit au rejet de la Société Théosophique en tant qu'agent de la Hiérarchie à l'heure actuelle. Autrefois, avant qu'elle n'ait mis l'accent sur l'initiation et les initiés et avant qu'elle ne considère les disciples en probation comme de véritables initiés, la Société faisait du bon travail.

Cependant, elle n'a pas réussi à reconnaître la médiocrité, et à comprendre que personne ne "prend" l'initiation ou ne passe par ces crises, avant de s'être montré d'une vaste utilité et d'une capacité intellectuelle entraînée. Ce n'est peut-être pas le cas lorsqu'il s'agit de la première initiation, mais lorsqu'il s'agit de la deuxième initiation, il faut toujours qu'il y ait un arrière-plan de vie utile et consacrée, ainsi qu'une détermination exprimée d'entrer dans le domaine du service mondial. Il doit aussi y avoir humilité et réalisation de la divinité de tous les hommes. Le prétendu initié de la Société Théosophique (à l'exception de Mme Besant), ne se conformait pas à ces exigences. Je n'attirerais pas l'attention sur leurs orgueilleuses manifestations, si les mêmes prétentions et les mêmes tromperies n'étaient présentées au public.

Le problème de la libération des limites de la matière devrait maintenant être examiné et tout ce thème rendu pratique.

Il existe peut-être une dernière opinion selon laquelle c'est le domaine des émotions, et la susceptibilité aux réactions émotionnelles, qui constituent la principale limitation humaine, sous l'angle individuel et sous l'angle national. Par exemple, on se rend compte partout que le démagogue qui influence l'opinion publique joue avec insistance sur les émotions ainsi que sur l'égoïsme des hommes.

A mesure que l'humanité progressera vers l'expression mentale, cette influence qui fausse l'opinion deviendra de moins en moins importante, et lorsque les masses (composées de millions d' "hommes de la rue") commenceront à penser véritablement, le pouvoir de l'approche démagogique aura disparu. La principale bataille qui se livre aujourd'hui dans le monde est celle de la liberté du citoyen ordinaire de penser par lui-même, et de parvenir à ses propres décisions et conclusions. C'est là que se situe la discorde majeure entre le Grande Loge Blanche et la Loge Noire. C'est une bataille où l'humanité elle-même est un facteur décisif, et c'est pour cette raison que la Loge Noire agit par l'intermédiaire du groupe dirigeant la destinée de la Russie, et aussi par le mouvement sioniste. Les dirigeants de l'U.R.S.S. travaillent intelligemment et puissamment contre la liberté humaine, et en particulier contre la liberté de pensée. Le communisme en soi n'a nullement cet objectif ; c'est la politique totalitaire des gouvernants qui est tellement désastreuse, de même que leur ambition et leur haine de la vraie liberté. Le sionisme aujourd'hui préconise l'agression et l'emploi de la force ; sa note-clé est la permission de prendre ce que l'on veut, sans s'occuper des autres et de leurs droits inaliénables. Ces points de vue sont contraires à la position des chefs spirituels de l'humanité ; donc, les chefs du mouvement sioniste, et le groupe d'hommes qui gouverne la politique de la Russie, sont opposés à la politique de la Hiérarchie spirituelle et à l'intérêt à long terme de l'humanité.

La liberté de l'esprit humain, la liberté de penser, de gouverner, et d'adorer selon ce que, sous l'influence du processus de l'évolution, le désir humain instinctif et inné pourra dicter, la liberté de décider la forme nécessaire de gouvernement ou de religion – voilà les prérogatives légitimes de l'humanité. Tout groupe d'hommes, ou toute forme de gouvernement qui ne reconnaît pas ce droit va à l'encontre des principes qui gouvernent la grande Loge Blanche. La menace pesant aujourd'hui sur la liberté du monde réside dans la politique des maîtres de l'U.R.S.S., et dans les machinations tortueuses et mensongères des sionistes. Dans aucun de ces deux groupes, il n'y a de véritable puissance spirituelle ; tous deux sont condamnés à l'échec même s'ils peuvent réussir du point de vue matériel ; du point de vue spirituel ils sont condamnés. Les dirigeants de l'entreprise russe contre la liberté de l'individu sont condamnés car l'homme est essentiellement libre et fondamentalement divin. Il est certain qu'à long terme, en Russie et dans les Etats satellites enclins au communisme, les masses réagiront inévitablement de manière divine et puissante. Le véritable programme communiste est sain ; c'est la fraternité en action qui – dans ses principes originels – ne va pas à l'encontre de l'esprit christique. C'est le fait qu'un groupe d'hommes, ambitieux et quelquefois pervers, impose un communisme formel et intellectuel qui  n'est pas sain ; il s'écarte des vrais principes communistes et repose sur l'ambition personnelle, l'amour du pouvoir, et une interprétation des oeuvres de Lénine et de Marx qui est, elle aussi, personnelle et va à l'encontre de ce qu'ont voulu dire leurs auteurs, exactement comme les théologiens interprètent les paroles du Christ d'une manière qui n'a aucun rapport avec son intention originelle. Les dirigeants de la Russie ne travaillent pas vraiment dans l'intérêt du [18@681] peuple, pas plus que le sionisme académique ne travaille ou ne réalise ses projets pour des raisons humanitaires. Mais le peuple détient le triomphe ultime, car le coeur du peuple, dans toutes les nations, est sain et bon fondamentalement, et incliné divinement. C'est ce qu'oublient les maîtres du régime communiste.

Les chefs du mouvement sioniste d'agression constituent un réel danger pour la paix mondiale et le développement de l'humanité ; leurs activités ont été approuvées par la politique opportuniste des Etats-Unis et, au second degré, par la Grande-Bretagne, sous l'influence des Etats-Unis. Ce sont les sionistes qui ont nargué les Nations Unies, abaissé leur prestige, et qui ont rendu leur position dans le monde à la fois négative et négligeable. Ce sont les sionistes qui ont perpétré l'acte majeur d'agression depuis la formation des Nations Unies, et qui ont été assez habiles pour obtenir le soutien des Etats-Unis, et faire transformer la "recommandation" originale des Nations Unies en un ordre. La loi de la force, de l'agression et de la conquête territoriale par les armes, est actuellement mise en pratique par les sionistes en Palestine ; ils ont prouvé aussi le pouvoir de l'argent pour acheter les gouvernements. Ces activités vont à l'encontre de tous les plans de la Hiérarchie spirituelle et marquent un point de triomphe des forces du mal.

J'insiste sur les activités de ces deux pays car, par l'intermédiaire des chefs de ces groupes d'hommes agressifs, les forces du mal – repoussées temporairement par la défaite du groupe pervers qu'Hitler avait réuni autour de lui – ont de nouveau organisé leur attaque du développement spirituel de l'humanité.

Aujourd'hui, le monde est encore divisé en personnes très puissantes et d'intentions mauvaises, et leurs victimes ; à quoi s'ajoutent les réactions négatives des autres nations. Il n'y a pas, aux Nations Unies, de nation qui ait tenté de renverser la marée du mal en se rangeant, ainsi que d'autres nations, du côté de la liberté. Il n'y a que des groupes d'hommes non-éclairés qui cherchent à se rendre maîtres de la destinée des nations. Il existe encore des réactions émotionnelles aux situations, et une exploitation émotionnelle d'individus et de nations par certains qui ne sont nullement émotionnels, mais convaincus mentalement qu'il faut suivre certaines lignes d'activité conduisant à leur intérêt propre, lignes qui – à la longue – ne sont pas dans l'intérêt des peuples impliqués.

Nous en revenons donc au problème du plan astral, du niveau émotionnel de conscience, et à la deuxième initiation ; cette initiation libère les hommes de la domination de l'émotion et leur permet de faire passer leur conscience sur les niveaux du mental et, à partir de cette focalisation plus élevée, de gouverner leurs attitudes émotionnelles normales et développées.

Si vous voulez bien remonter à la page anglaise 340, vous verrez qu'y sont données les trois notes-clé de cette deuxième initiation et sa technique. Je souhaite attirer votre attention sur ces notes-clé qui nous donnent la solution des problèmes mondiaux et la manière de sortir de l'impasse actuelle. Ces trois mots sont :

Consécration, Mirage, Dévotion.

C'est la consécration de l'aspirant qui invoque le feu. Voici une déclaration d'importance majeure. L'aspirant qui est sur les niveaux supérieurs du plan astral est emporté par le "feu de la consécration". Ceci focalise immédiatement sa volonté, telle qu'elle se manifeste, sur le plan mental, et cette focalisation, en temps voulu, entreprend le travail sérieux de déplacer sa conscience sur les niveaux du mental.

Alors, immédiatement, le "feu" entre en action, et la première réaction (comme je l'ai signalé plus haut) est la "rencontre du feu et de l'eau" ; en conséquence, il se produit du brouillard, de la brume, du mirage et de l'illusion. Ces quatre mots doivent être pris symboliquement. Les mirages ainsi provoqués dépendent du rayon et du point d'évolution de l'individu et de la nation. Il est essentiel que vous appreniez à penser en termes aussi larges que possible. Je ne vais pas traiter de cette question. Les individus découvrent rapidement la nature de leurs mirages, dès que leur "intention spirituelle" est déterminée ; le mirage national est bien reconnu aussi des observateurs, quoique rarement encore des nations impliquées. Le facteur qui conduit à la dissipation du mirage est la dévotion – dévotion à un individu, à un Maître (comme l'enseigne la Société Théosophique) ou à quelque projet idéal. C'est finalement une dévotion illimitée à la Voie, au parcours du Sentier à n'importe quel prix, et à l'attachement indéfectible au service – en ce que celui-ci constitue la technique majeure du Sentier.

La consécration, ayant pour conséquence le mirage dissipé par la dévotion – voilà les notes-clé de la deuxième initiation. N'oubliez pas que le nationalisme est le résultat de la consécration à un ensemble particulier de conditions nationales, et qu'il engendre les mirages conduisant aux difficultés mondiales.

Ces trois aspects de l'évolution doivent être reconnus par tout aspirant ; leur existence détermine sa place sur le Sentier, l'initiation à laquelle il est préparé, et la nature de son service pour l'humanité.

Quel sera le résultat, dans la vie de chacun, de la combinaison de ces trois facteurs ? Tout d'abord deux choses :

1. Les centre du plexus solaire sera tout d'abord amené à un état d'activité presque violente et contraignante. Cette activité est suscitée par la consécration et elle produit inévitablement le mirage.

2. Les énergies violentes du centre du plexus solaire seront finalement maîtrisées par la qualité de dévotion. C'est cette qualité qui transforme le centre du plexus solaire en un  grand centre de triage pour toutes les réactions émotionnelles et tous les mirages, et en fait temporairement une cause de désastre, de conflit, de douleur et de détresse.Résultant des deux points ci-dessus, un grand agent de transformation est mis en route par la qualité de dévotion, et le plexus solaire devient non seulement un centre de triage, mais le principal facteur qui fait monter les énergies actives physiques et émotionnelles situées en dessous du diaphragme jusqu'au centre du coeur. Ceci constitue un long processus auquel l'aspirant doit faire face dans l'intérim entre les initiations. Il nous est dit (et c'est effectivement vrai) que la plus longue période qui sépare les initiations se situe entre la première et la deuxième initiation. C'est une vérité qu'il faut regarder en face, mais il faut aussi se souvenir que ce n'est nullement la période la plus dure. La période la plus dure pour l'aspirant très sensible se situe entre la deuxième et la troisième initiation.

C'est une période de souffrance intense, où il faut supporter les conséquences de l'application des facteurs de mirage et d'illusion, où l'on est profondément impliqué dans des situations qui, pendant longtemps, ne sont pas clarifiées, où l'aspirant assiégé doit avancer régulièrement, du mieux qu'il peut, sous l'influence d'une direction juste, et d'une détermination spirituelle. En général, il lui faut accomplir cela dans le noir, travaillant sous l'influence du mental logique qui comprend, mais rarement sous l'influence de l'inspiration. Néanmoins, un bon travail se poursuit. Les émotions sont maîtrisées, le facteur du mental prend nécessairement une importance de plus en plus juste. La lumière – vacillante, encore incertaine et imprévisible – émane de l'âme et pénètre de temps en temps via le mental ; elle aggrave fréquemment les complications, mais engendre finalement la maîtrise nécessaire qui conduira à la libération.

Réfléchissez à ceci. La libération est la note-clé de l'individu qui veut prendre la deuxième initiation et sa suite – la préparation à la troisième initiation. La libération est la note-clé du disciple mondial aujourd'hui ; c'est la liberté de vivre, la liberté de penser, la liberté de savoir et de faire des plans, que réclame l'humanité à l'heure actuelle.

L'initiation que nous allons étudier ensuite (celle de la Transfiguration) est l'une des plus importantes de toutes. D'un point de vue particulier, elle est curieusement liée à l'Initiation de la Révélation, la cinquième, et à l'Initiation de la Résurrection, la septième. La libération les concerne toutes trois : libération de la personnalité, libération de l'aveuglement, ou libération des sept plans de notre existence planétaire – plans que l'on nomme souvent plans de l'évolution humaine et supra-humaine. Vous aurez noté que, récemment, j'ai insisté sur un aspect de l'initiation sur lequel on a peu insisté jusqu'ici – l'aspect de libération. Le Sentier de l'Initiation a parfois été appelé le Sentier de la Libération, et c'est sur cet aspect essentiel du processus initiatique que je cherche à attirer votre attention.

J'ai constamment signalé que l'initiation n'était pas véritablement le mélange curieux d'autosatisfaction dans la réalisation, de cérémonial et de reconnaissance hiérarchique, telle que la décrivent les principaux groupes d'occultistes. C'est bien davantage un processus de travail extrêmement dur, pendant lequel l'initié devient ce qu'il est. Ceci peut comporter la reconnaissance hiérarchique, mais non sous la forme habituellement décrite. L'initié se trouve en compagnie de ceux qui l'ont précédé ; il n'est pas rejeté, on le voit, on le remarque, puis on le met au travail.

C'est aussi une série progressive de libérations, aboutissant à une plus grande liberté vis-à-vis de ce qui se situe dans le passé de son expérience ; ceci implique la permission (enjointe ou donnée par l'âme) d'avancer davantage sur la Voie. Ces libérations sont le résultat du Détachement, de l'absence de Passion, et du Discernement. En même temps la Discipline impose et rend possible le dur travail nécessaire pour franchir le pas. Ces quatre techniques (car c'est ce qu'elles sont) sont précédées d'une série de désillusions qui, lorsqu'elles sont comprises, ne laissent à l'aspirant aucune autre possibilité que d'avancer dans une plus grande lumière.

Je souhaite vous voir étudier l'initiation sous l'angle de la libération, et l'envisager comme un processus de libertés péniblement obtenues. Cet aspect fondamental de l'initiation – quand l'initié l'a compris – lie fermement son expérience à celle de l'humanité dans son ensemble, dont la lutte primordiale consiste à parvenir à cette libération "grâce à laquelle l'âme et ses pouvoirs peuvent se développer et tous les hommes être libres, car individuellement ils sont parvenus à la libération".

Si vous voulez bien étudier les neuf initiations et les envisager sous cet angle, vous verrez comment chacune d'elles indique nettement un point de réalisation ; vous verrez donc que toute la question de l'initiation prend une beauté nouvelle et semble justifier davantage la douleur et la lutte qu'implique la réalisation.

Permettez-moi de vous donner une indication (sans plus) de ce que je veux dire.

Initiation I. Naissance.

Libération de la domination du corps physique et de ses appétits.

Initiation II. Baptême.

Libération de la domination de la nature émotionnelle et de la sensibilité égoïste du soi inférieur.

Initiation III. Transfiguration.

Libération de l'ancienne autorité de la personnalité triple, marquant un point culminant dans l'histoire de tous les initiés.

Initiation IV. Renonciation.

Libération de tout intérêt concernant le soi, et renoncement à la vie personnelle, au bénéfice du plus grand tout. Même la conscience de l'âme perd de son importance et un état de conscience plus universel et plus proche du Mental divin prend sa place.

Initiation V. Révélation.

Libération de l'aveuglement, libération qui permet à l'initié d'avoir une vision nouvelle. Cette vision concerne la Réalité, située audelà de tout ce qui a été ressenti et connu jusque là.

Initiation VI. Décision.

Liberté de choix. J'ai parlé de ces choix dans une partie antérieure de cet ouvrage.

Initiation VII. Résurrection.

Libération de l'emprise de la vie phénoménale des sept plans de notre vie planétaire ; c'est en réalité "quitter" le plan cosmique physique et "s'élever" au-dessus de lui.

Initiation VIII. Transition.

Libération de la réaction de conscience (tel que vous entendez ce mot) et libération introduisant un état de perception, une forme de reconnaissance consciente, qui n'a rien voir avec la conscience (tel que vous entendez ce terme). On pourra considérer qu'il s'agit d'une libération complète de la sensibilité accompagnée cependant d'un épanouissement complet de cette qualité que nous nommons "compassion", de manière inadéquate. Je ne peux pas en dire plus.

Initiation IX. Refus.

Libération de tout entraînement possible par n'importe quelle forme d'attrait, particulièrement en ce qui concerne les plans supérieurs.

Il faut se souvenir constamment (d'où ma réitération) que nos sept plans sont les sept sous-plans du plan cosmique physique.

Ce but qu'est la libération est, en fait, le principal encouragement à suivre le Sentier du Retour. L'un des facteurs les plus stimulant spirituellement du monde actuel, est l'emploi dans tous les pays du mot LIBERTE. C'est le grand disciple F.D. Roosevelt qui a "ancré" ce mot dans un sens nouveau et plus universel. Il a maintenant, pour l'humanité, un sens plus complet et plus profond.

Vous êtes ici : Accueil COMPILATION LES 7 RAYONS ET LA VIE Deuxième Initiation Le Baptême dans le Jourdain