N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

Introduction Stances d’Atman 3ème (dernière) partie

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Introduction Stances d’Atman

 

3ème (dernière) partie

Messages pour la Terre

Le destin d’une humanité liée à l’universalité est sans équivoque.
 Accompagné par la conscience, ce processus entre en vigueur et atteint l’épanouissement de l’esprit qui alimente une activité dharmique révélant la nature du service.
 Alors entreprenant de religarer l’ensemble, la clarté apparait et la vision symbolise l’unicité du tout.
 À compter de ce jour, l’humanité universelle se tourne vers cet ensemble devenu son cercle d’activité. Elle n’exerce plus dans un monde restreint, mais a repris consciemment sa place dans celui de l’UN.
 Accréditer la Vie permet la Synthèse. Synthétiser la Vie permet l’abondance. 
Plus le silence est, plus il réfléchit la richesse de l’esprit.
 L’évolution de cette humanité naissante est soutenue par la compréhension des êtres qui bâtissent les fondations de la nouvelle civilisation universelle, celle qui rayonne les valeurs de la Vie et qui crée ainsi une société conforme aux lois de l’UN.
 Une obédience intérieure s’installe et l’humanité de son plein gré révèle extérieurement ses observances car elle a intégré dans sa fleur de vie sa véritable nature. Son vrai visage apparaissant, elle peut entreprendre son dessein.
 La béatitude est l’état inné de la Création.
 La civilisation universelle doit en être le reflet en laissant au rebut ses illusions, et en entamant la voie de la sagesse où la conscience de groupe a son importance pour aborder l’ensemble.
 L’articulation universelle ne laisse aucune place au vide ; tout espace est occupé par la Divinité représentée par la multitude. Chaque espace est impliqué dans l’autre et ainsi l’élévation se fait. Notre vie dans celle de l’autre.

La marche en avant est libre de spéculation, compétition et jugement. Le regard à l’autre reflète celui du haut.
 L’accord de la Vie donne Samadhi qui resplendit dans toutes directions devenant Une.

Comment retracer la synthèse de ce que l’homme a vécu dans ses différentes civilisations, et comment aborder le sujet d’une humanité universelle au regard de son histoire ?

A chaque opportunité, des êtres guidés par leur destin et leurs idées ont permis un pas de plus vers l’éveil.
 En allant de l’intérieur vers l’extérieur, l’homme apprend à retourner d’où il vient en expérimentant la Vie dont il polit au fur et à mesure certaines de ses facettes.

S’il a guerroyé avec les autres, c’était pour s’appréhender lui-même et pour comprendre que les territoires ou trésors convoités étaient une fausse représentation de sa réalité.
 Si l’on regarde l’histoire de l’humanité à travers ses conquêtes, les uns et les autres ont rêvé de détenir des empires, quels qu’ils soient. L’illusion d’une personnalité très présente a alors fonctionné en titre usurpé à la Vie, car ne satisfaisant pas les lois de l’UN.

Il aura fallu ces étapes nécessaires à la conscience pour transformer ces convoitises égoïstes en union de nations travaillant les unes avec les autres.
 Ce sont celles-ci qui porteront un regard universel pour rayonner en tant que réflecteur du haut.

La poussée en avant de ces conquêtes personnelles a toujours amené les hommes à s’allier, à s’unir. L’alliance d’aujourd’hui a une définition plus vaste sur le monde, car n’étant plus restrictive, elle évolue vers l’union, vers l’unité dont nous transformons actuellement la vision pour découvrir les paramètres encore plus grands de cette expression.

La vulgarisation du langage a perdu sa signification du sacré et c’est en retournant vers l’intérieur que l’homme en retrouve l’usage.
 L’alliance des peuples, des nations comprise dans d’autres termes que profits individuels, mènera à ce qu’on appelle l’Alliance nouvelle qui fusionnera avec des réalités bien moins conventionnelles et bien plus réelles, car synthétisant la couleur de l’Âme universelle. C’est ce regard évoluant de vie en vie, qui est arrivé au bas de la manifestation et qui doit remonter dans l’intégralité de sa définition.

L’entité humanité s’est forgée étape par étape pour mieux considérer ce qu’elle représente au sein d’un univers dont elle n’est pas la finalité.
 Elle doit nettoyer ses marécages pour visualiser son dessein qui est celui de l’universalité. Synchronisant sa destinée, elle peut s’émerveiller du fait de son rayonnement semé en elle depuis longtemps.

De vie en vie, elle a su développer la beauté à travers différentes formes d’Art.
 Elle a su intégrer la Connaissance à sa vision du monde, l’exprimer et en laisser traces.
 Ces semences ont donc porté leurs fruits et leurs reliances au fil du temps. L’Amour universel a toujours existé. Il s’est révélé à certains, s’est tu à d’autres, mais la règle étant que les uns faisant partie des autres, Il forge les cœurs pour arriver à un rayonnement que l’esprit synthétise, étant donné qu’il est temps pour lui de s’exprimer au travers de l’humanité.
 Les évidences nécessitent l’expérience. Les êtres d’hier sont ceux d’aujourd’hui qui portent en eux la Sagesse de ces vies. Ils ont déjà parcouru un chemin de synthèse et ils l’élèvent sur l’autel de l’universel, seule voie de Libération pour transcender la Vie dans une unité plus grande.

Cet accès ne peut se faire qu’en passant par l’intégration de l’individuel.
 Ces siècles d’histoire étaient donc nécessaires à cette compréhension, qui loin d’être terminée ne peut qu’évoluer vers un état d’esprit plus sage allant vers des états d’Eternité prouvant à l’homme qu’il est un point de passage ouvrant sur des configurations élaborées et qui tendent à l’amener à découvrir qui il est.
 L’homme est élixir divin rattaché à une spirale ordonnée qui procède par étapes successives pour qu’il poursuive son chemin à travers réflexions, positions et créations qui l’amèneront à le rétablir en tant que tel.
 L’humanité doit évoluer vers son sens le plus haut, et obtenir de sa personnalité d’être la représentation chevaleresque de son état d’Âme pour que celle-ci, en tant que Pèlerin, puisse accéder à son état d’Esprit.

Le chevalier est l’homme qui accomplit la croisade de sa propre vie et qui abolit toutes distinctions par sa nature sage, aimante et volontaire.
 Celui-ci trouvera le Graal qui l’amènera à boire l’Eau de Vie et à la verser aux autres. 
Il aura atteint le Palais de Sarraz par sa propre édification, ayant eu le temps de réfléchir à toute son histoire marquée par la synthèse de ses expériences. Il deviendra le Sceau de Salomon qui lui ouvrira la Voie de l’Universel et de l’Union Sacrée.
 Il rejoindra ses propres symboles, les étudiera et découvrira que plus un symbole est simple dans son apparence, plus il les contient tous (le symbole amenant la synthèse).

L’humanité en tant qu’Âme est à même de poursuivre la croisade de son histoire et de l’amener à rayonner les qualités de l’Esprit en tant que nouvelle civilisation.
 La croisade de l’humanité unie à l’universalité est celle du Fils allant vers le Père.
 Quittant ses oripeaux, il retrouve ses oriflammes, et les élèvent à la Gloire de la Vie. 
La chevalerie d’aujourd’hui poursuit sa quête en oeuvrant ouvertement avec le Père. 
Elle a rejoint ceux qui bien plus haut portent Son Emblème, Sa Couleur et servent la Pensée universelle. La chevalerie dharmique s’affaire aux affaires de Ses Pères.

De tous temps, en tous lieux, des hommes ont ainsi agi, de pair avec leurs Pères, en transmettant des messages à travers l’Art, la philosophie, la politique, ou en bâtissant intérieurement des équivalences subtiles prêtes à éclore, donnant naissance à une vision plus adaptée de la réalité de vie en vie.

Peu importe qu’on soit d’ici ou d’ailleurs, car l’homme travaille pour la globalité.
 Ce qu’il met en place dans une partie des mondes se répercute mathématiquement dans l’autre. Les migrations de population, loin d’être un brassage ethnique, sont avant tout, considérées par le haut, comme des courants alternatifs d’idées nouvelles permettant d’être intégrés par une grande majorité.
 Ainsi des parties du monde vont développer certains aspects de la triplicité qui seront ensuite véhiculés dans une autre situation d’adaptation adéquate à la compréhension.
 Tous les courants subjectifs ont permis à l’homme de grandir et d’installer en lui des résolutions dynamiques l’amenant à voir au-delà de lui-même et à examiner ses possibilités à travers ses pensées.

Aussi est-il normal qu’après avoir tourné dans tous les sens, il en arrive à concevoir qu’il est lui-même entrepreneur de la Vie.
 L’histoire fut donc de conquérir le monde au regard de toutes les grandes découvertes, mais la plus grande Victoire de l’humanité n’est elle pas de se découvrir elle-même pour établir son unité de Chevalerie Céleste au sein même de la Matière, puisqu’au regard de son histoire et donc de son devenir, elle aura brisé ses chaînes et réuni ses deux pôles en un ? La Voie de l’Ascension est la sienne pour naviguer pleinement au cœur de cet océan de Vie.

Le regard de l’humanité doit changer et se mirer dans la lumière de son Âme pour amorcer une nouvelle compréhension, une nouvelle civilisation basée sur de justes relations. La nature humaine doit se dépasser dans l’intégration de ses erreurs passées pour s’élever dans sa réalité divine.

 …

Comprendre son karma pour accéder à son dharma. Cette nouvelle civilisation est dharmique et élabore sa constitution avec l’œil bienveillant de ses Pères Universels. Elle choisit en tout état de cause de servir la Vie et de rayonner ses Observances. Vivre la Vie en plénitude de conscience est être en état méditatif.

Samadhi, c’est être au cœur de la Vie.
 C’est particulièrement dans ce regard que l’humanité travaille avec les Univers, essentiellement en rayonnant ce qu’ils sont dans l’unité de l’UNtranscendanté. 
Les Esprits devant le Trône qui sont Seigneurs de Volonté, agissent de pair avec l’humanité quand celle-ci, éveillée à son chemin dharmique, les invoque jusqu’à les unir à elle et en elle. L’alchimie est là. Agir avec les Dons et Grâces que la Vie nous a donnés à tous. Par leurs résonances, nous mettons en place une réverbération alchimique qui nous entraîne vers des vibrations de plus en plus pures. Alors, tel l’écho, nous résonnons, simplement et humblement à tout instant.
 Il est alors heureux de penser que chaque instant est un flux de cadeaux qui se déverse sur l’humanité et sur tous les règnes de la nature.
 ODONGRACIA est là.

La puissance des Seigneurs de Volonté est telle qu’il est important pour nous d’en comprendre la réalité, car s’épanouissant de plus en plus à l’universalité, nous en sommes l’attraction. Ainsi la Voie ne s’arrête jamais, car étant Samadhi, la découverte des mondes supérieurs nous laisse apercevoir, entendre et comprendre, pour les intégrer jusqu’à les rayonner et les devenir. 
La réalisation d’une humanité qui coopère et co-créactrice suivant les traces de ses Pères pour qu’eux aussi puissent aller vers une Allégorie encore plus perceptible.
 Évoluer en tant que tel et recevoir à nouveau Dons et Grâces qui ouvrent le sens de la Vie à une définition toujours plus juste. L’instant parcourt les Éternités et devient l’UN-Stance lorsqu’il se définit au-delà du temps et du raisonnement. Il parcourt l’Infinité entraînant avec lui des mondes où la Pensée est Verbe. L’Extase se réalise à travers des paraboles qui transforment le plus petit comme le plus grand.
C’est en touchant le cœur de l’humanité que l’on rejoint le cœur de ce qui Est. 
La Vision est juste lorsqu’elle amène l’humanité au cœur de sa conscience.
 Alors elle sait qu’elle est à même d’infuser la Vie, étant le trait d’union qui relie. 
C’est un cap qu’elle doit prendre, c’est une initiation qu’elle s’apprête à passer, le regard dharmique permettant cette évolution.
 Ainsi, après avoir navigué sur toutes les mers des continents, elle doit voguer dans l’océan de Vie en étant maître de sa destination.
 La Vie est parabole. 
La recevoir, l’accueillir pour mieux en saisir l’enseignement et la diffuser ouvertement.

L‘émission de nouvelles données interpelle. 
Aujourd’hui, il est un langage universel qui se tourne vers l’Âme de tout ce qui est.
 Un langage de floraisons, de semences qui est au-delà des mots, du geste, du regard et qui transcende tous les plans de la Nature.
 La Vie se rétablit à travers lui, car il est de nature dharmique et permet à la vibration qu’il déclenche de circuler librement et d’adapter celle-ci à des règles lumineuses.
 Empruntant au départ des mots, il dévoile sur son passage toute la beauté de la Vie.

Ces mots (car il faut bien une représentation terrestre) sont en réalité ces Seigneurs de Volonté qui rétablissent la Vie dans ses vêtements somptueux, ceux qu’elle a toujours portés, mais qui doivent être reconnus par le Fils qui se désignera alors comme fidèle héritier de ce qu’il a reçu en entamant son service et en travaillant en tant qu’ambassadeur des Seigneurs de Volonté.
 La récolte des fruits nourris par ces expressions impressionne l’intégralité, car bien plus que des mots, ils sont une représentation allégorique dans tous les domaines.
 Ainsi, tenant compte de cela, rien ne peut exister en pensée qui ne soit pas tourné vers l’éblouissante beauté du grand Tout.
 La véritable royauté inclut le Tout et perfectionne sa destinée en embellissant l’ensemble par une claire compréhension.

L’embellie est Vie. 
Les protocoles ne sont autres que les lois des Pères, d’un Absolu qui nous amène de vision en vision, de but en but, de révélations en élévation.
 Ils ont pour parchemin l’édit des Seigneurs de Volonté qui, lorsque nous les exprimons consciemment, nous traversent en unissant la suprématie Divine qui est en chacun et en tout. Un langage dharmique, une civilisation dharmique, une représentation du Sacré. Ceci s’impose à tous, chacun se tournant vers cette grande élaboration devenant collaboration, co-créaction, sacré-action, faisant apparaître la Vision du Père, celle de Son Dessein mêlé à celui de l’Universalité.
 L’Unflux du Sacré dans toutes les disciplines de nos vies pour que nous fleurissions la civilisation en tant que magiciens blancs et que nous honorions celle-ci en réhabilitant nos vêtements de Sacré-fils.

L’histoire n’a pas toujours intégré la juste définition qu’il fut donné au Sacre, au Sacré, au Sacrifice et aux usages des différentes compréhensions de royauté ou aux autres formes de gouvernance. Ainsi, dans cette nouvelle civilisation, il est temps en toute subjectivité, de rétablir le fil de l’expression et de la pousser au-delà de sa nature physique.
 En héritier de la Vie, la liaison avec les concordances supérieures permettra de libérer d’anciens dogmes pour leur redonner de plus belles dimensions.

Marcher sur la Lune, envoyer des satellites pour étudier notre système solaire, équiper des sondes pour découvrir toutes formes de vie est d’un point de vue technologique une grande avancée.
 Observer le système solaire par la vision du bas implique des éléments erronés. C’est en nous incluant dans ce grand mécanisme et en comprenant que notre vie est reliée à celui-ci que nous utilisons les données d’un mental uni à cet ensemble, lui-même évoluant dans un plus grand.

Chaque constitution, qu’elle soit cosmique, solaire, planétaire, humaine doit refléter consciemment cette formation parfaite. Notre cadre de vie, de travail, d’épanouissement, d’intériorité doit respecter cette cohésion, où chacun avance à sa place rythmiquement et à l’écoute d’une atmosphère harmonieuse. Du plus haut au plus bas et vice et versa, chacun fait partie de cette structure rayonnante. En l’admettant, en le comprenant, en ouvrant son canal de Vie, il est alors possible de capter un son et de réaliser qu’il correspond à une énergie vibrante et entraînante.
 L’exactitude astrologique et astronomique est régie par un pendule cosmique qui balance au rythme du son d’une grande Vie, inclus aussi dans une autre.

Un mouvement délicat qui, lorsqu’on l’observe en méditation, bat la cadence à l’écoute du plus petit cœur manifesté. C’est un Souffle cosmique qui génère le yoga de synthèse de toute la constitution Divine.
 Cette respiration systémique est liée à un mental universel qui rejoint le principe de relativité d’un ensemble unifié dans sa diversité. Lorsqu’elle est pratiquée jour après jour, elle permet l’évolution en elle, par elle et avec elle. Elle anéantie toute notion de séparativité, d’orgueil, de sexe, de races, de nations et ensemence les fondations d’une civilisation basée sur le son cosmique.

L’Espace Solaire est en pleine révolution et entraîne une palpitation cardiaque perceptible à chaque horizon. Une montée en avant, un rythme que nous devons suivre en l’intégrant en nous. Une Obédience systémique, une Volonté Divine qui nous entraîne dans une évolution certaine où même la notion de groupe se réfère à une définition universelle, ou le NGSM (ou Étoile planétaire) est partout dans l’Espace de la Vie pour des concordances extra-planétaires et solaires, des reliances dimensionnelles où la Vie infuse dans cet Accord infini.

Cette échelle cosmo-dynamique relève les manches et assiste celui qui en comprend le sens, car chacun à sa place se doit de rejouer la symphonie orchestrée pour aider l’autre à gravir la montagne.
 La Nouvelle Civilisation ne peut s’activer sans ce regard du haut vers le bas, sans cet idéal qui révèle à l’homme son appartenance à l’Espace, sa non limitation dans le temps, ses grands voyages qu’il effectue en lui pour réinventer son monde en intégrant la grande réalité qui le traverse.

Il est Vie Universelle. Il est de nature dimensionnelle et doit expérimenter cette vérité par la conscience ouverte et ébahie par toutes ces possibilités.
 Avec son Âme il atteindra les rivages de l’Esprit pour découvrir la Vie vibratoire répondant aux lois des Pères. Il comprendra qu’il peut venir chercher des vérités qu’il pourra appliquer à son Espace Matière et se rendra compte des miracles réalisés.

Marcher sur la Lune, envoyer des satellites, équiper des sondes en conscience pour découvrir le multiple en la Vie.
 Du point de vue de l’Un, ce serait une grande Avancée Universelle, une belle fête spirituelle. Car qu’est donc la spiritualité sans cette évidence que nous sommes Unité dans la diversité et reliés à la Vibration qui maintient le tout ? 
Vivre en conscience élabore systématiquement un réseau qui s’affine par la réception de la Vie en chacun.
 La Victoire est progression mentale. Elle n’est pas déterminée ni définie par un événement et se présente infinie devant chaque pas-sage qui synthétise une étape, une évolution, une révolution.
 Calquons notre Vie sur celle de l’Universel pour être en plein essor d’informations célestes qui descendront pour établir ici-bas en ici-haut une conjonction, ou des conjonctions relatives à l’ensemble.

 Considérons la relativité d’un point de vue systémique et nous entendrons la répercussion de tout acte dans l’univers. Alors accordons la relativité au monde des causes et nous aurons une régénérescence et une intensité vibratoire dans chaque espace dimensionnel.
 Chaque théorie ou théorème doit être pensé universellement et devenir un principe des lois des Pères qui s’assemblent tous dans une cadence réciproque pour nous amener un jour à écouter ce grand pendule cosmique. Car tel un mécanisme de haute précision, l’Universalité est un fonctionnement réglé pour une unité parfaite, oeuvrant conjointement par la force du mental régi par la Sagesse, la Volonté et L’intelligence active. 
Nul ne peut arriver devant les Portes de l’Universalité sans avoir préalablement travaillé ses corps à cette grande synthèse. Lorsqu’Elles s’ouvrent, il est évident que doit être mis en place cette cohérence mentale relative à l’Ensemble.

Alors nous devons repenser les codes de notre société pour les réinventer en allant chercher les semences dans ce grand Royaume Universel.
 Nous les revisitons pour qu’ils offrent un meilleur outil de fonctionnement à tous. Par cette élaboration, nous fleurissons l’Espace de la Terre en l’arrosant de l’Eau de Vie Une, sans dissonance, ni distance.

Les Êtres du système universel nous aident à repeupler notre canal immensément Unfini.

MAITREYA.

*L’Undividuniversel : Être du 5ème règne au service de la Vie, prenant conscience de sa réalité universelle.

*Parabrahman : Littéralement « Au-delà de Brahmâ ». Le Suprême et infini Brahma, l’«Absolu», la réalité sans attribut, sans second. Le Principe universel impersonnel et sans nom.

* Palais de Sarraz : En rapport avec le mythe graalien où dans la cité de Sarraz, figure de la Jérusalem céleste, se trouve le Palais Spirituel destiné à abriter le Graal.

*Esprits devant le trône : Seigneurs de Rayons.

*L’As : Le Fils

(Source: Glossaire théosophique d’Héléna Blavatsky)

Vous êtes ici : Accueil MESSAGES POUR LA TERRE Introduction Stances d’Atman 3ème (dernière) partie