N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

MATIERE A REFLEXION

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

MATIERE A REFLEXION

 

1. Dans cette étude nous avons une vaste matière à réflexion. Les sujets traités sont profonds, difficiles à comprendre. Cependant, une lecture attentive, une calme réflexion et une application pratique de la vérité que l'on pressent et de l'idée indiquée par l'intuition apporteront graduellement un éclairement et conduiront à l'acquiescement aux techniques de l'âme et à l'appropriation de l'enseignement (15-274).

 2. Peu importe donc que le lecteur accueille le message contenu dans ces pages comme un appel spirituel présenté sous une forme idéaliste, comme une exposition de faits ou comme une théorie élaborée par un étudiant et offerte à la considération d'autres étudiants. Il est offert à chacun, pour la réponse intérieure qu'il pourra évoquer, pour l'inspiration qu'il pourra donner, pour la lumière qu'il pourra apporter.

 Dans cette période, où les formes anciennes se désagrègent et où les nouvelles s'édifient, il faut savoir s'adapter. Il faut éviter le danger de la cristallisation en restant plus souples et ouverts. "L'ancien ordre des choses change" mais il s'agit surtout d'un changement de dimension et d'aspect, et non de substance ou de fond. Ce qui est fondamental a toujours été vrai. Il incombe à chaque génération de conserver les caractéristiques essentielles de la forme ancienne à laquelle on est attaché, mais aussi de les développer et de les enrichir avec sagesse. Chaque cycle doit ajouter le fruit de ses propres recherches et son effort en matière scientifique, et éliminer ce qui est périmé et sans valeur. Chaque âge doit construire pour son enrichissement et sa gloire propres et éliminer le superflu du passé qui pourrait en assourdir et brouiller les grandes lignes. Par-dessus tout, à chaque génération est donnée la joie de prouver la solidité des anciennes fondations, et l'occasion d'édifier sur celles-ci une structure nouvelle répondant aux besoins de la vie intérieure en perpétuelle évolution (1-15/6).

 3. Chaque croyance religieuse a toujours promis à tous ceux qui cherchent avec sincérité, qu'ils trouveront ce qu'ils cherchent ; ainsi donc, cherchons. Si par notre recherche nous découvrons que toutes ces affirmations ne sont que des rêves de visionnaire, qui ne riment à rien, et nous conduisent dans les ténèbres, nous n'aurons pourtant pas perdu notre temps, car nous saurons au moins où ne pas chercher. Si d'autre part, notre recherche nous apporte des confirmations successives, si la lumière luit de plus en plus clairement, persévérons jusqu'au jour où la lumière, qui luit dans les ténèbres, illuminera notre cœur et notre esprit ; le chercheur découvrira alors que toute la marche de l'évolution a été pour l'amener à cette expansion de conscience et à cette illumination, et que l'initiation et l'entrée dans le cinquième règne ne sont pas des chimères extravagantes ni des phantasmes, mais des réalités établies dans la conscience. Ceci, chacun doit le vérifier par lui-même. Ceux qui savent, peuvent dire qu'un fait est tel ou tel, mais les affirmations d'une autre personne et l'énoncé d'une théorie, ne peuvent rien nous donner de plus qu'une indication confirmative. Chaque âme doit conquérir sa propre certitude, se rappelant toujours que le Royaume de Dieu est intérieur, et que seules les vérités qui ont été éprouvées à l'intérieur de la conscience individuelle sont d'une réelle valeur. En attendant, ce que beaucoup déjà savent et ont vérifié en eux-mêmes comme des vérités incontestables, peut être exposé ici ; cela donnera au lecteur intelligent l'occasion et la responsabilité d'en établir pour lui-même la fausseté ou la vérité (1-35).

 4. La bonté et l'altruisme résultent des réalisations et du service, et la sainteté du caractère est le résultat de ces expansions de conscience qu'un homme réalise en lui-même au prix d'un grand effort (1-90).

 5. A partir du moment où un homme devient consciemment puissant sur le plan mental, son pouvoir pour le bien est centuplé (1-153).

 6. L'emploi des mots limite la portée et obscurcit l'idée ; littéralement, les mots voilent ou cachent les pensées, nuisent à leur clarté et les rendent confuses (3-126).

 7. La Terre est un organisme, au sein d'un organisme plus grand, et ce fait devrait être plus largement reconnu. Les fils des hommes, sur cette planète, regardent si souvent le système tout entier, comme si la terre occupait la position du Soleil, le centre de l'organisation solaire (3-149).

 8. La plupart des hommes ne distinguent pas encore exactement le PENSEUR qui survit dans le temps et dans l'espace, du véhicule éphémère et temporaire, au moyen duquel ils pensent (3-355/6).

 9. Le problème du travail et du capital a ses racines dans la distinction subjective entre Egos "équipés et non équipés", entre les unités de la famille humaine sur terre qui sont sorties de la Salle d'Ignorance, et celles qui continuent de tâtonner dans ses sombres et tristes corridors (3-696/7).

 10. Si un homme peut être amené à comprendre la nature de sa propre existence et de sa constitution, ainsi que la raison profonde de ce qu'il voit arriver, et si on peut montrer aux penseurs de la race les risques afférents aux événements actuels pour l'évolution des dévas, beaucoup de dangers seront évités. D'où la décision d'élargir les questions traitées dans ce livre pour y inclure des renseignements détaillés concernant l'évolution des dévas (3-766).

 11. Néanmoins, aucun homme n'est jamais placé dans des circonstances insurmontables quand il a atteint le point où il s'est mis intelligemment du côté de l'évolution, du côté de Dieu. Avant cela, il se peut qu'il soit ballotté dans les bourrasques des circonstances et c'est ce qui arrive ; la pression du karma racial et de groupe l'obligera à se trouver dans des situations nécessaires au processus d'éveil à ses possibilités innées.

Quand il est lui-même devenu un constructeur conscient, cherchant à maîtriser les forces et les constructeurs de sa nature inférieure et à construire le Temple de Salomon, alors il n'est plus soumis aux conditions précédentes. Il domine, il construit, il transmet, jusqu'à ce qu'il ne fasse plus qu'un avec les Anges solaires et le travail de l'évolution humaine est accompli (3-797/8).

 12. Il faut un voyant de grande expérience et sagesse pour dire exactement le stade où se trouve un membre particulier de la famille humaine. Celui qui est sage se garde de rien affirmer avant de savoir (3-816).

 13. Seul celui qui est libre peut maîtriser et utiliser ceux qui sont prisonniers (3-862).

 14. De même qu'il n'est pas possible pour l'homme dans une incarnation de début, de concevoir les effets qu'aura sur lui l'évolution, ou de comprendre la nature de l'homme sur le Sentier, de même il n'est pas possible, même pour les grandes existences systémiques, de concevoir (excepté dans les termes les plus larges et les plus généraux) la nature du Logos solaire et l'effet que, l'évolution aura sur Lui (3-973).

 15. Ceux qui perçoivent une vision, cachée encore aux gens privés de l'équipement nécessaire sont considérés comme des fantaisistes peu sûrs.

Si la vision est perçue par beaucoup de gens, sa possibilité est admise.

Quand l'humanité sera éveillée, la vision deviendra un fait certain et une loi sera formulée. Ainsi en allait-il dans le passé et pareil processus se répétera à l'avenir (4-11).

 16. Chaque pas sur le sentier doit être franchi par l'individu lui-même et nul raccourci, nul accès aisé n'existent pour passer de l'obscurité à la lumière (4-44).

 17. Le succès du progrès sur le sentier occulte dépend de l'attitude intérieure. Le matérialisme, la concentration sur la forme et le désir du moment présent ne font guère avancer dans la compréhension des hautes vérités ésotériques (4-62).

 18. Cherchez à enrichir votre instrument, apprenez à agir dans le calme, à remplir vos obligations, à faire votre devoir, à acquérir la maîtrise de vos paroles et à maintenir le calme équilibre qui résulte d'un motif de vie sans égoïsme, et oubliez la satisfaction personnelle égoïste dont votre cœur serait inondé si votre fidélité était connue de la Hiérarchie (4-97).

 19. Rien sur terre, ni dans le ciel ou en enfer, ne peut empêcher le progrès de l'homme qui est sorti de l'illusion et a entrevu la réalité au-delà du mirage du plan astral, et qui a entendu, ne serait-ce qu'une seule fois, la voix claironnante de sa propre âme (4-167).

 20. Un bon résultat est inévitable. C'est une question de réalisation plus ou moins rapide et de la libération de la grande illusion mondiale ; chaque aspirant doit y travailler. Tout homme qui se libère lui-même, qui voit clairement et qui cherche à se délivrer du mirage de l'illusion, collabore au Grand Œuvre (4-168).

 21. Que la vision intérieure soit nôtre ; que l'œil voie clairement la gloire du Seigneur ; que la voix ne parle que pour bénir et que les mains ne soient employées que pour aider et servir !

 Telle doit être la prière de chacun de nous (4-190).

 22. Au sens ésotérique, tout dans l'avenir deviendra plus léger, plus raréfié et plus éthéré (4-293).

 23. Ceux qui savent et qui voient partout la main de la Hiérarchie qui guide, sont conscients que le cœur de l'humanité est sain et que, du chaos présent et peut-être grâce à lui, apparaîtront ceux qui sont capables de prendre la situation en main et qui sauront conduire l'humanité à l'unification et à la synthèse (4-307).

 24. Il n'y a rien de statique dans le processus créateur. L'énergie qui coule de la pulsation de l'unique Vie et son activité rythmique et cyclique sans fin doit être canalisée dans une autre direction quand l'homme faillit à son devoir, avec des résultats catastrophiques (4-345).

 25. Les informations que je vous donne, qui vous intriguent et que vous trouvez parfois très importantes, le sont moins que l'injonction de vivre avec bonté, de parler avec bienveillance et sagesse et de pratiquer l'oubli de soi (4-349).

 26. Chaque champ de conscience à l'intérieur de ses limites constitue une prison ; l'objectif de toute action libératrice est de délivrer la conscience et d'étendre sa sphère de contacts. Là où il y a des limites, de quelque sorte que ce soit, où le champ d'influence est circonscrit "et où le rayon de contact est limité, il y a une prison. Réfléchissez à ces mots, car ils contiennent une profonde vérité (4-400).

 27. L'échec n'a jamais empêché le succès ; les difficultés développent la force d'âme. Le secret du succès est de demeurer ferme et impersonnel (4-420).

 28. Toute prétention à la liberté ou au contrôle n'est que la réaction temporaire de l'humanité entraînée par les idées, contrôlée par les idéaux ; obéissant à des impulsions égoïstes ou imprégnées de haine. Et pourtant elle ne cesse de lutter pour exprimer des qualités plus élevées et meilleures, pour se libérer de la malédiction du mal ancien, de l'asservissement des vieux codes et de l'esclavage des habitudes périmées de vivre et de penser. C'est ce qui arrive derrière la scène, à l'humanité dans sa totalité, qui compte ; c'est l'épanouissement de la conscience humaine qui importe à la Hiérarchie (9-28).

 29. Le problème mondial est essentiellement un problème religieux, et dans chaque domaine de la pensée mondiale aujourd'hui, on peut trouver l'élément religieux derrière tous les conflits (9-35/6).

 30. La grande loi fondamentale selon laquelle "l'énergie suit la pensée" garde toute sa valeur, et l'un des facteurs de la pression et de la tension actuelle est le fait que tant de millions d'individus commencent à penser (9-36).

 31. La paix sera le résultat de la compréhension et du partage et non leur origine, ainsi que le croient si souvent les pacifistes (9-95).

 32. Les peuples entrent dans l'expérience "du désert" ; ils y découvriront le peu de choses requises pour une vie pleine, une véritable expérience et un vrai bonheur. Le désir vorace de posséder n'est plus considéré comme respectable : la libération des choses matérielles apporte avec elle sa propre beauté, sa propre récompense, sa propre joie et sa propre gloire. Il devient ainsi libre de vivre la vie mentale.

 L'égoïsme de ceux qui désirent être désintéressés est considérable (10-52/3).

 33. "Tous les hommes sont égaux"

C'est en réalité l'énoncé d'un fait, mais lorsqu'on n'admet pas également les idées tout aussi importantes de l'évolution, des attributs raciaux, des caractéristiques nationales et religieuses, l'idée fondamentale ne reçoit qu'une application limitée (10-92).

 34. "Nul ne peut vivre pour lui-même", ni aucune nation non plus. Ils doivent apprendre que le but de tout effort humain est une compréhension aimante, animée par l'amour pour l'ensemble (10-116).

 35. Ainsi qu'il nous a été indiqué, il y a soixante milliards d'unités de conscience ou d'esprits dans la hiérarchie humaine en évolution (2-52).

 36. Il faut qu'un disciple sage pense toujours à discriminer entre la voix de son réel Instructeur et les fausses paroles (les chuchotements) d'un être de mascarade (2-141).

 37. Quand l'étudiant reconnaît pratiquement en toutes circonstances, qu'il n'est pas ses véhicules, mais qu'il est en vérité l'Habitant divin au-dedans d'eux, certaines choses lui seront alors communiquées (2-163).

 38. Deux tiers de l'humanité qui se trouveront sur le sentier à la fin de cette période, et avec ce troisième tiers qui sera retenu pour une prochaine période de développement (14-16).

 39. La majorité des ésotéristes véritables se trouve en dehors et non à l'intérieur de la plupart des écoles qui s'appellent, elles-mêmes, ésotériques (14-192).

 40. En Occident, l'homme n'a légalement qu'une seule femme, mais par ses promiscuités et ses aventures dites "romantiques", il en a en réalité autant qu'un chef de clan africain ; et actuellement, les femmes agissent à peine mieux (14-275).

 41. L'homme se trouve à mi-chemin entre les cieux et la terre, avec les pieds profondément enlisés dans la boue de la vie matérielle et la tête dans le ciel. Dans la majorité des cas ses yeux sont fermés, il ne voit pas la beauté de la vision céleste, ou bien ses yeux sont ouverts, mais fixés sur la boue et le limon dont ses pieds sont couverts. Mais c'est lorsque ses yeux ouverts s'élèvent un instant et voient le monde de la réalité et des valeurs spirituelles, que commencent le déchirement et la vie éperdue de l'aspirant (14-308).

 42. L'une des choses les plus difficiles que les Maîtres aient à faire aujourd'hui, est de prouver à l'homme (ou de lui faire comprendre) que les anciennes valeurs reconnues et le monde tangible des phénomènes (émotionnel et physique) doivent être relégués à leur véritable place, l'arrière-plan de la conscience humaine, et que les réalités intangibles, ainsi que le monde des idées et des causes doivent devenir pour lui, dans le futur immédiat, le centre principal de son attention. Lorsque l'homme aura compris cela et qu'il vivra selon cette connaissance, alors l'illusion qui domine actuellement le monde se dissipera (14-334).

 43. La valeur des événements varie en importance selon l'angle d'où on les considère, donc ce qui, envisagé de l'angle du développement de conscience de notre terre peut être un facteur de première importance et de valeur déterminante, considéré de l'angle de l'Univers ce ne peut être qu'un incident insignifiant. Les affaires de l'individu sont ; pour lui, d'importance majeure ; pour l'humanité, dans son ensemble, elles en ont peu. Tout dépend de l'unité qui occupe le centre de l'action vitale, et du facteur central autour duquel les événements, insignifiants ou importants, poursuivent leurs cours cyclique (14-383).

 44. Un mystère ne demeure un mystère que dans la mesure où l'ignorance et la croyance existent. Il n'y a pas de mystère là où se trouvent connaissance et foi (15-265).

 45. Le pouvoir utilisé d'une façon égoïste use celui qui l'emploie et évoque une démonstration de pouvoir qui lui est antagoniste ; l'homme est par là détruit parce qu'il a détruit (15-329).

 46. Chaque pas en avant dans l'évolution, donc vers le but spirituel, doit toujours être payé, et se fait en abandonnant ce qui, jusqu'alors, avait été aimé (15-535).

 47. Les êtres humains sont naturellement bons lorsque leur esprit n'est pas faussé et que leur vision n'est pas altérée par les enseignements erronés fondés sur quelque intérêt égoïste, sur la propagande politique ou les difficultés religieuses (15-603).

 48. La maladie et la mort sont essentiellement des conditions inhérentes à la substance. Tant que l'homme s'identifiera avec l'aspect forme, il sera conditionné par la Loi de Dissolution qui est une loi fondamentale et naturelle régissant la vie des formes dans tous les règnes de la nature.

 Lorsque le disciple ou l'initié s'identifie avec l'âme, et qu'il a construit l'antahkarana à l'aide du principe de vie, il cesse d'être soumis à cette loi naturelle et universelle. Il utilise ou rejette son corps à volonté, selon les exigences de la volonté spirituelle ou la reconnaissance des nécessités de la Hiérarchie, ou les desseins de Shamballa (17-393).

 49. L'homme spirituel considère toujours la libération de la triple forme comme le plus grand bien possible, pourvu qu'elle advienne selon la loi, comme résultant de sa destinée spirituelle et d'une décision karmique.

Il faut qu'elle ne se produise ni comme un acte arbitraire, ni comme une échappatoire à la vie et à ses conséquences sur le plan physique, ni comme imposée par la personnalité (17-516).

 50. L'habitude de la bonté, ou juste réaction et compréhension instinctive, caractérise l'initié entraîné. Il n'a pas besoin de se souvenir des règles, des théories, des plans ou des activités. Tout cela est une partie établie de sa nature, de même que l'instinct de conservation fait partie inhérente des caractères de l'être humain normal. Réfléchissez-y et essayez d'établir des habitudes spirituelles correctes. De cette manière, le Maître ne perd pas de temps en plans de l'âme ou plans personnels. Il a l'habitude – basée sur une mémoire divine instinctive – de l'activité juste, de la compréhension juste et du dessein juste. Il n'a pas besoin de se souvenir (18-54).

 51. Mais peut-on détruire la vie ? Je ne le pense pas. La vie EST. Rien dans le ciel ni sur la terre ne peut y porter atteinte ou l'affecter.

 On ne peut pas détruire la vie, au sens spirituel.

 La vie est imprenable ; qu'on ne peut pas s'en saisir ou la détruire mais qu'elle "passe" de forme en forme, d'expérience en expérience, jusqu'à ce que la volonté parfaite de Dieu soit exprimée par elle (18-101/2).

 52. La majorité des hommes est encore trop affamée, trop ébranlée psychiquement, trop désorientée et angoissée, trop inquiète de son avenir, de sa liberté et de sa sécurité, pour être en état de L'écouter (8-91).

 53. Nous traversons actuellement l'une des grandes périodes naturelles transitoires. Nous posons les bases en vue de l'apparition d'une nouvelle espèce d'être humain – un être plus hautement évolué au sein de la famille humaine – d'où une grande partie de notre problème, et une grande partie de notre échec à satisfaire les demandes de la race et à être à la hauteur du besoin humain de développement (12-13).

 54. Votre vision est souvent faussée par la souffrance que subit la forme (votre propre forme, ou celle des autres, individuellement ou en masse), de sorte que vous ne percevez pas clairement le dessein et l'urgence de la vie dans la forme"(12-95).

 55. Les accidents qui arrivent aux individus sont habituellement le résultat d'une explosion de force, et que ces explosions sont causées par la haine, les pensées mauvaises et les paroles de critique de ceux qui sont impliqués dans l'accident (13-54).

 56. En retenant, l'homme perd ; en renonçant, il gagne ; en s'accrochant à ce qu'il a, il le fait inévitablement disparaître (13-74).

 57. Contentez-vous de votre devoir et du service immédiat qui vous fera faire un pas de plus sur le chemin qui vous est destiné ; vous pouvez parcourir ce chemin rapidement d'un pied vif, ou lentement d'un pas traînant (13-83).

 58. Une brève période d'effort organisé, puis, au bout, la mort, est d'utilité plus vitale aujourd'hui que l'accomplissement de choses futiles, que l'homme est enclin à faire en prenant tout son temps, suivi, au cours des années, d'un glissement faible et sans but (13-342).

 59. Le Bien doit finalement triompher, mais la Hiérarchie ne sait pas ce que l'avenir immédiat réserve à l'humanité, car les hommes déterminent leur propre destin (5-102).

 60. Une des premières leçons que doit apprendre un disciple est que très fréquemment c'est ce en quoi il pense être le plus fort et là où il éprouve le plus de satisfaction que se trouve son point le plus dangereux et le plus faible (5-105).

 61. Je vous rappelle aussi que la vie du disciple est toujours une vie de risques et de dangers, acceptée volontairement et délibérément pour la cause du développement spirituel et le service de l'humanité (5-118).

 62. Ce qui semble être n'est pas toujours ce qui est vraiment ; ce qui déchire et disloque la vie de la personnalité est fréquemment un agent de libération, si on sait le comprendre ; ce qui émergera lorsque les Forces de Lumières auront pénétré dans les ténèbres du monde démontrera la nature immortelle de l'esprit humain (5-130).

 63. Marchez avec force et silence le long de votre propre chemin et faites ce que vous demande votre âme. Ne laissez pas la voix plus petite des proches et des êtres aimés vous détourner de votre progression sur le sentier du service. Vous appartenez maintenant au monde et non plus à une poignée de vos camarades (5-174).

 64. Les réactions des autres ne sont pas votre responsabilité. Votre responsabilité est de leur donner force et détachement. N'assumez donc pas des responsabilités qui ne sont pas les vôtres (5-471).

 65. Combien rarement ceux qui en ont le temps et le loisir servent comme le font ceux qui n'ont ni ce temps ni ce loisir ! (5-624).

 66. Ne soyez en aucune façon découragé, frère de longue date, si le chemin qui monte vous paraît raide et difficile. Vous vous trouverez en bonne compagnie ; vous n'êtes pas seul (5-685).

 67. Vous avez beaucoup à donner, mon frère, et je vous exhorte à le donner ; je vous exhorte également à ne pas devenir exagérément conscient de la faculté que vous avez de donner (5-733).

 68. Apprenez à garder pour vous les choses qui ne concernent que vous (5-757).

 69. C'est l'effort qui compte. Les résultats sont inévitables et proportionnés à l'effort (5-828).

 70. Le cri du néophyte est : "Dites-moi ! Dites-moi ! Et alors je changerai. J'accepterai tout ce qu'on me dira, mais qu'on me le dise." Le cri du disciple est : "Apportez votre aide au travail. Oubliez-vous. Le monde a besoin de vous" (5-838).

 71. Que votre horizon soit large, mon frère, et votre humilité grande (6-1).

 72. Pour être vraiment efficace de la manière désirée, vous devez cultiver l'attitude consistant à n'être qu'un canal, libre et sans obstacle, que vous ne devez pas obstruer par vos idées, vos plans et vos activités du plan physique (6-423).

 73. Coopérez-vous au Plan ou, en réalité, à vos plans ? (6-428).

 74. Au centre d'une grande tornade il y a un point de paix. C'est ce que dit l'histoire. On peut le trouver. Il en va de même pour toutes les tempêtes de la vie. Elles conduisent à la paix, si vous n'êtes pas une feuille (6-594).

 75. N'ayez pas peur de la solitude. L'âme qui ne peut pas demeurer seule n'a rien à donner (6-712).