N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

CHAPITRE 27 — LA CONNAISSANCE

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

CHAPITRE 27

LA CONNAISSANCE

 

1. C'est cela la connaissance : diriger correctement les courants de force, tout d'abord dans les trois mondes de l'effort humain et ensuite dans le système solaire (3-744).

 2. La connaissance exotérique et ésotérique :

 "Pourquoi considérons-nous certains aspects de la connaissance comme ésotériques et d'autres aspects comme exotériques ?"

Pratiquement, la réponse implique que l'on comprenne qu'un certain genre de connaissance traite du côté subjectif de la vie, alors que l'autre type de connaissance traite du côté objectif ; qu'un certain genre de connaissance concerne l'énergie et la force (d'où le danger d'une révélation hâtive) tandis que l'autre concerne ce qui reçoit l'énergie. Il est donc évident que, tant que la faculté de vérifier les données subjectives ne sera pas pleinement développée, des domaines entiers de faits subjectifs resteront hors du champ de conscience de la majorité.

 Ainsi qu'on nous l'a dit, le but de l'évolution est de parvenir à la conscience sur tous les plans ; jusqu'ici, à cause du faible développement évolutionnaire de la race, seul le plan physique est, dans une certaine mesure placé sous domination consciente. La connaissance traitant de ce plan, les données concernant l'objectivité la plus dense, l'ensemble des faits relatifs aux cinq sous-plans inférieurs du plan physique sont (du point de vue occulte) considérés comme exotériques...

 Les renseignements et connaissances concernant la vie évoluant dans les formes, seront considérés comme ésotériques pendant une période de temps infiniment plus longue ; il en ira de même pour la perception et la compréhension de l'aspect matière, et des lois gouvernant l'énergie sur les plans astral et mental...

 Tout ce qui peut être acquis par l'instinct et au moyen du mental concret fonctionnant par l'intermédiaire du cerveau, peut être considéré comme appartenant à ce que nous appelons exotérique. Il est donc évident que le champ des faits connus variera selon :

 a) L'âge de l'âme.

 b) L'expérience acquise et utilisée.

 c) L'état du cerveau et du corps physique.

 d) Les circonstances et l'environnement.

 A mesure que le temps passe, et que l'homme atteint un niveau d'évolution assez bon, le mental se développe rapidement, et un nouveau facteur entre progressivement en jeu. Petit à petit l'intuition, ou mental transcendantal, commence à fonctionner, et finit par remplacer le mental inférieur ou concret. Il utilise alors le cerveau physique comme plaque sensible, et développe en même temps certains centres de la tête, transférant ainsi le champ de son activité du cerveau physique aux centres supérieurs de la tête, qui existent en matière éthérique. Pour la masse de l'humanité cela s'effectuera pendant que s'ouvriront les sous-plans éthériques – au cours des deux races futures. Dans le règne animal, parallèlement, se produit le transfert progressif de la zone d'activité du plexus solaire à un cerveau rudimentaire qui se développe petit à petit avec l'aide de manas.

 Si l'on examine ces différents points, il apparaîtra que les aspects ésotériques de la connaissance ne sont autres que les zones de conscience non encore conquises et placées dans le rayon maîtrisé par l'Entité qui habite la forme.

 Ce sur quoi il faut insister, c'est que, lorsque ces zones de conscience seront conquises, on comprendra la vraie signification de l'ésotérique et de l'occulte, et l'effort de tous CEUX QUI SAVENT, sera d'attirer dans le champ de leur connaissance, d'autres unités prêtes à des expansions de conscience similaires.

 Cette pensée est la clé de l'oeuvre qu'accomplit la Fraternité. Ils attirent par Leur force, dans certains domaines de réalisation et d'effort, et, grâce à cette attraction et à la réponse qu'y font les atomes humains prêts à ces expansions de conscience, l'âme de groupe, placée sur l'arc ascendant et correspondant à tel centre d'un Homme Céleste, se trouve coordonnée (3-243/5).

  3. Au-delà d'un certain point, il n'est ni prudent ni sage de révéler ce qui concerne le système solaire. Beaucoup de choses doivent demeurer ésotériques et voilées. Il est bien plus dangereux d'en savoir trop, que trop peu. La connaissance implique responsabilité et puissance, deux choses pour lesquelles la race n'est pas encore prête. Ainsi tout ce que nous pouvons faire est d'étudier avec toute la sagesse et la discrétion dont nous sommes capables, utilisant la connaissance que nous pouvons recevoir pour le bien de ceux que nous cherchons à aider, et reconnaissant que le sage usage de la connaissance nous rend plus réceptifs à la sagesse cachée.

De pair avec la sage application de la connaissance aux expériences qui nous entourent, doit se développer la discrétion, et s'exercer le discernement. Quand nous saurons appliquer sagement nos connaissances, rester discrets et discerner clairement, nous donnerons la plus sûre garantie aux Instructeurs qui veillent sur la race, que nous sommes prêts pour une nouvelle révélation (1-19).

 4. (Le disciple).

 D'une chose il peut être sûr ; tant que le sentier de la connaissance n'est pas uni à celui de l'amour, il ne peut atteindre les initiations supérieures, car celles-ci s'obtiennent sur les niveaux supérieurs du mental (4-90).

 5. Si un gain matériel dans la connaissance n'est pas passé aux autres avec un juste discernement, il provoque, pour l'individu, stagnation, obstruction, mauvaise assimilation et douleur (2-331).

 6. La connaissance lorsqu'elle est donnée, doit être utilisée ; elle doit être appliquée d'une façon pratique dans la vie journalière. A tous ceux d'entre vous qui lisez ces mots, tels qu'ils sortent de mon cœur, de mon mental et de mes lèvres, revient le devoir de faire trois choses que je vous indique dans l'ordre de leur importance :

 1. Modelez votre existence journalière sur la base de la vérité impartie, si, toutefois, c'est pour vous une vérité. Peut-être est-ce pour vous simplement une chose intéressante, une étude fascinante mais secondaire ; peut-être est-ce quelque chose qu'il vous plaît d'acquérir en raison de sa nouveauté et parce que c'est un peu différent de ce que l'on enseigne généralement ; peut-être êtes-vous satisfaits de recevoir ces instructions un peu avant le reste de l'humanité. Toutes ces réactions sont de peu d'importance, étant celles de la personnalité. Elles sont peut-être les réactions les plus probables en ce qui concerne la majorité. Si dans votre réaction il n'existe rien de plus profond que ce que je viens de mentionner, alors ces enseignements ne sont pas pour vous, car la responsabilité reposant sur vos épaules est de ce fait très grande ; mais si vous tentez, d'une façon si petite soit-elle, d'appliquer la vérité, telle que vous la percevez, à votre propre vie, alors ils sont pour vous.

 2. Bâtir la structure de pensée qui incarnera l'enseignement plus récent. Vous pouvez, si vous le désirez, aider à construire la forme pensée de l'enseignement du Nouvel Age. Vous le faites, avant tout, par votre pensée ; par une application pratique de toute vérité que vous avez pu comprendre, à votre vie personnelle, quel qu'en soit le prix à payer ; par les sacrifices que vous faites et les services que vous rendez à vos semblables et par la constante diffusion de toute connaissance que vous pouvez posséder.

 3. Distribuer l'enseignement pendant une longue période. Avez-vous accompli quelque chose dans cette direction, endossant ainsi vos responsabilités (15-655/6) ?

Vous êtes ici : Accueil REFLECHISSEZ-Y (COMPILATION DE DISCIPLE) CHAPITRE 27 — LA CONNAISSANCE