N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

CHAPITRE 60 — L'ENSEIGNEMENT

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

CHAPITRE 60

L'ENSEIGNEMENT

 

1. Les initiés reçoivent l'enseignement directement des Maîtres ou de certains grands dévas ou anges. Ces enseignements sont habituellement donnés la nuit, à un petit nombre, ou individuellement (si le cas le justifie) dans le cabinet de travail du Maître. Ceci concerne les initiés incarnés ou ceux qui se trouvent sur les plans intérieurs. S'il est sur le niveau causal, l'Ego reçoit l'instruction directement du Maître, à n'importe quel moment que Celui-ci jugera opportun, sur le plan causal.

 Les disciples, s'ils sont en incarnation, sont instruits la nuit, en groupes, dans l'Ashram du Maître ou dans les Salles d'Instruction.

Indépendamment de ces réunions régulières et dans le but de recevoir un enseignement direct du Maître, un disciple (pour une certaine raison) peut être appelé dans le cabinet de travail du Maître pour un entretien privé.

Ceci se présente lorsqu'un Maître désire voir un disciple pour lui donner un encouragement, un avertissement, ou pour décider si l'initiation est désirable. La majeure partie de l'instruction d'un disciple est laissée entre les mains d'un initié ou d'un disciple plus avancé qui veille sur son frère "plus jeune" et qui est responsable vis-à-vis du Maître de ses progrès, à Qui il transmet régulièrement un rapport. Le karma est un facteur décisif dans une telle relation (1-70).

 2. Tous les instructeurs qui ont pris en main des élèves, et qui cherchent à les utiliser pour le service du monde, adoptent la méthode consistant à communiquer un fait (souvent voilé par les mots ou masqué par un symbole) et à laisser ensuite l'élève suivre ses propres déductions.

Le discernement est ainsi développé ; et le discernement est la principale méthode par laquelle l'Esprit effectue sa libération des entraves de la matière, et distingue entre l'illusion et ce qui est voilé par elle (3-146).

 3. Les instructeurs sur le plan intérieur ont à lutter contre la lenteur des processus mentaux des étudiants sur le plan physique... Les aspirants à ce travail difficile doivent se surveiller avec attention et garder la sérénité, la paix intérieure et une souplesse mentale qui tendront à les rendre de quelque utilité pour protéger et guider l'humanité (4-47).

 4. Le manque de calme dans la vie quotidienne empêche les instructeurs sur le plan égoïque de vous atteindre. Travaillez, faites des efforts, gardez le calme intérieur. Concentrez-vous sur le travail intérieur et cultivez ainsi la faculté de répondre aux plans supérieurs. L'égalité d'humeur, la pondération sont ce que requièrent les Maîtres de ceux qu'ils essaient d'utiliser (4-48).

 5. Le groupe des instructeurs, avec lequel l'aspirant et le disciple en probation peuvent entrer en contact sur le plan mental, se compose d'hommes sujets aux mêmes passions, riches d'une plus longue expérience sur le Sentier et d'une plus sage maîtrise d'eux-mêmes. Ils ne travaillent pas avec les aspirants et les disciples par affection personnelle, mais parce que le besoin est urgent et ils cherchent ceux qu'ils peuvent former, surtout ceux qui sont disposés à recevoir l'enseignement, capable de l'enregistrer dans leur cerveau physique et capables aussi de s'abstenir de poser des questions, sachant attendre une ultérieure connaissance. Puis, l'aspirant est encouragé à tout questionner (4-136).

 6. Quand une leçon a été bien assimilée, une autre est donnée et ainsi de suite jusqu'à ce que l'aspirant ait appris toute une série de leçons ; il est alors admis à l'initiation. Tout le groupe qu'il enseigne profite de ce pas en avant, car chaque disciple entraîne avec ceux qu'il instruit. De manière indéfinissable, le bénéfice de l'un réagit sur l'ensemble. Un Maître entraîne son disciple à sa suite de la même manière (4-263).

 7. Dans la lumière de votre propre intuition et de votre mental illuminé (développé et amené au point voulu par la méditation) choisissez cet aspect de l'enseignement qui vous convient et qui peut vous aider, et appliquez-le selon vos nécessités et votre degré de développement.

 L'époque des contacts avec la personnalité, de l'attention accordée à la personnalité et des messages personnels, est passée, elle est passée depuis assez longtemps déjà, sauf dans la vallée de l'illusion, sur le plan astral.

Ceci peut sembler dur, mais les véritables disciples le comprendront. Du fond de leur propre expérience et lutte, ils savent qu'il en est ainsi. Ce qui importe, c'est le groupe des Maîtres, la Hiérarchie dans son ensemble, et son interaction avec l'humanité (14-130).

 8. Beaucoup d'entre elles prétendront être des écoles ésotériques et ne communiqueront rien qui soit de nature vraiment ésotérique. Elles ne feront qu'attirer les personnes crédules et sottes. Il existe beaucoup d'écoles aujourd'hui qui fonctionnent de cette manière. D'autres s'abstiendront peut-être de toute indication extérieure d'un enseignement ésotérique et occulte, et communiqueront cependant l'enseignement nécessaire...

 La science de la Méditation et la construction consciente de l'antahkarana seront les deux stades préliminaires à ce programme d'études ésotériques. Aujourd'hui, le vrai enseignement sur la méditation et sur la construction du pont de lumière entre la Triade et la personnalité est l'enseignement le plus avancé qui soit donné où que ce soit.

 Cependant, l'humanité est prête à un développement extrêmement rapide, et cet état de préparation va se manifester de plus en plus dans la période d'après-guerre ; les disciples du monde doivent s'y préparer. Deux facteurs vont engendrer ce développement. Le premier est la stimulation considérable que la guerre, ses exigences et ses conséquences ont donné à la conscience humaine ; le deuxième est l'arrivée d'âmes très avancées depuis l'année 1925. Ces âmes seront prêtes à donner l'instruction et l'entraînement nécessaires en temps opportun, l'ayant amené avec elles lorsqu'elles sont entrées en incarnation, et ayant une connaissance normale et naturelle de ce que l'étudiant moderne de l'ésotérisme s'efforce de saisir et de comprendre (18-98/9).

 9. Toute formation ésotérique ou spirituelle doit être vécue individuellement ; ceci est vrai pour le Christ comme pour le plus humble des aspirants (8-82).

 10. Le véritable instructeur doit traiter tous ceux qui cherchent avec vérité et sincérité. Son temps (dans la mesure où il est soumis à l'équation temps sur le plan physique), est trop précieux pour qu'il le gaspille en politesse sociale, ou en efforts pour s'abstenir de commentaires critiques, quand ceux-ci rendraient service. Il doit se reposer entièrement sur la sincérité de ceux qu'il instruit. Néanmoins, la critique et la mise en évidence de défauts ou d'erreurs ne se révèlent pas toujours avantageuses ; elles peuvent accroître la responsabilité, susciter l'antagonisme ou l'incrédulité, ou encore causer la dépression, trois conséquences des plus indésirables de l'emploi de la faculté critique...

 Ceux qui sont sur le rayon de l'enseignement apprendront à enseigner en enseignant. Il n'y a pas de méthode plus sûre pourvu qu'elle s'accompagne d'un amour profond, personnel et en même temps impersonnel, vis-à-vis de ceux que l'on instruit. Par-dessus tout, je vous demande expressément d'inculquer l'esprit de groupe, car c'est la première expression de l'amour vrai (12-11/2).

 11. Les renseignements concernant la Hiérarchie devraient prendre la forme suivante :

 1. L'accent doit être mis sur l'évolution de l'humanité, avec une attention particulière à son but, la perfection. Il ne s'agit pas de la perfection idéaliste du mystique visionnaire, mais de la maîtrise de l'instrument, l'homme en incarnation, par l'âme qui habite et adombre la forme. De plus en plus, il faudra enseigner la constitution de l'homme.

 2. Il faudra enseigner la relation de l'âme individuelle avec toutes les âmes, et faire comprendre que le royaume de Dieu, attendu depuis si longtemps, n'est autre chose que l'apparition sur terre, dans la vie quotidienne, d'hommes chez qui l'âme domine, à tous les degrés de cette domination de l'âme.

 3. Cette relation étant comprise, on pourra en déduire le fait de la Hiérarchie spirituelle, et l'on pourra insister sur le caractère normal de son existence. On s'apercevra du fait que le royaume de Dieu a toujours été présent, mais qu'il n'a pas été reconnu, vu le nombre encore relativement faible des personnes qui expriment sa qualité.

 4. Quand cette reconnaissance sera devenue générale, l'idée (à ce moment-là, toujours présente dans la conscience des hommes de partout) et le bon sens aussi témoigneront du fait de la présence de Ceux qui ont atteint le but. Leur manifestation de divinité sera considérée comme normale, constituant un objectif universel, et garantissant la perfection future de l'humanité ; les degrés de cette expression divine pourront alors être signalés, allant du disciple en probation, puis des disciples, à Ceux qui ont atteint la maîtrise et jusqu'au Christ.

 5. Ainsi, progressivement, l'idée ou le concept de l'existence des Maîtres en présence corporelle sera inculquée et régulièrement acceptée ; une attitude nouvelle envers le Christ se développera, qui comprendra tout le meilleur du passé, mais intégrera les hommes dans une approche plus saine et mieux venue du problème tout entier.

 6. Le temps viendra où le fait de la présence du Christ sur terre, en tant que Chef de la Hiérarchie et administrateur du royaume de Dieu sera accepté ; les hommes comprendront aussi la vérité de l'affirmation, aujourd'hui révolutionnaire, qu'à aucun moment Il n'a quitté la terre.

 7. L'accent devra être mis aussi, de plus en plus, sur le Plan qui se développe, et les hommes arriveront à cette reconnaissance par l'étude de l'évolution de la famille humaine, par un examen sévère des processus historiques, et par une analyse comparative des civilisations et des cultures anciennes et modernes. Le fil du dessein sera noté et suivi, siècle après siècle, intégrant non seulement l'histoire en un récit complet de la révélation des qualités divines par le moyen de l'humanité, mais lui intégrant toutes les philosophies mondiales, le thème central de tout art créateur, le symbolisme de l'architecture et les conclusions de la science (13-527/8).

 12. L'humanité n'a jamais véritablement vécu à la hauteur de l'enseignement qui lui a été donné. L'impression spirituelle, qu'elle ait été communiquée par le Christ, par Krishna ou par le Bouddha (et transmise aux masses par leurs disciples) n'a pas encore été exprimée comme on l'espérait. Les hommes ne vivent pas à la hauteur de ce qu'ils savent déjà ; ils ne mettent pas en pratique leurs informations, ils court-circuitent la lumière ; ils ne s'imposent pas à eux-mêmes une discipline ; c'est le désir avide et l'ambition illégitime qui gouvernent, et non la connaissance intérieure (6-46).

Vous êtes ici : Accueil REFLECHISSEZ-Y (COMPILATION DE DISCIPLE) CHAPITRE 60 — L'ENSEIGNEMENT