N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

3 – Appel au service

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

3 – Appel au service

 

1.

L'unité du monde, la fraternité au vrai sens du mot, l'établissement de rapports télépathiques, l'élimination de ce qui n'est pas essentiel et qui ne sert qu'à créer des scissions sur le plan physique, l'importance donnée aux principes fondamentaux de la Sagesse Eternelle, la manifestation de la véritable compréhension, la réalisation de l'union avec l'âme, la reconnaissance de ceux qui appartiennent au groupe des Sauveurs du monde, tel est le travail immédiat qui doit retenir toute votre attention.

 Cela et cela seul justifie que vous donniez tout ce que vous avez à donner : amour, vie, temps et argent.

Cela et cela seul justifie votre vie actuelle et exige de vous tous, qui répondez à la vision, le sacrifice total de soi si rare et dont les effets sont si sûrs. Déposer tout ce que l'on a aux pieds du Seigneur de la Vie pour hâter l'œuvre de salut du monde, aider à l'élimination de tout ce qui peut être un obstacle, donner tout jusqu'au point où il vous en coûte, régler sa vie sur la base du renoncement et se demander toujours : à quoi puis-je renoncer pour aider plus adéquatement ? Cela et plus encore, voilà ce qui attend ceux d'entre vous qui entendent l'appel et répondent au besoin et à l'occasion qui vous est offerte de servir. (4-428)

 2.

Chaque fois qu'il y a tendance à la synthèse et à la compréhension, chaque fois le plus petit se fond dans le plus grand et l'unité se fond dans le tout. Chaque fois que des concepts universels exercent leur influence sur le mental des masses, un désastre ou un cataclysme s'ensuit, la forme se désagrège et se détruit tout ce qui pourrait empêcher ces concepts de devenir une réalité sur le plan physique. Tel est donc le problème des membres de la Hiérarchie : comment éviter la souffrance redoutée et conduire l'homme sur la marée montante de la réalisation spirituelle qui envahit le monde et accomplit le travail nécessaire. Aussi l'appel au service sonne-t-il aux oreilles de tous les disciples attentifs.

 Cet appel à servir évoque généralement une réponse, mais celle-ci est colorée par la personnalité de l'aspirant, par son orgueil et son ambition. Le besoin est vraiment senti ; le désir d'y répondre est sincère ; la tendance à servir et à aider est réelle. L'aspirant fait les efforts nécessaires pour s'intégrer au Plan. La difficulté que nous rencontrons du côté intérieur est que, sans mettre en doute la bonne volonté et le désir de servir, nous avons affaire à des caractères et des tempéraments tels, qu'ils présentent des difficultés presque insurmontables. Nous devons travailler avec de tels aspirants et la matière qu'ils nous offrent nous cause souvent des ennuis.

Caractéristiques latentes

 Les caractéristiques négatives latentes ne se manifestent qu'après le début du service. Les Guides peuvent en soupçonner la présence, mais ils n'ont pas le droit de refuser une opportunité. Le drame est que beaucoup d'autres ont à en souffrir et non seulement l'aspirant en question. Lorsque l'aspirant réussit à sortir de l'idéalisme vague, des projets et des belles phrases, il attire à lui beaucoup d'idéalistes sincères qui l'entourent. Quand les faiblesses cachées se manifestent, ils en souffrent autant que lui. La méthode des Grands Etres qui est celle de chercher ceux qui se sont habitués à répondre avec sensibilité, pour travailler avec eux, comporte certains dangers. L'aspirant plein de bonnes intentions court moins de dangers que le disciple plus évolué et plus actif. Les dangers le menacent dans trois directions et il est exposé à trois espèces de dangers :

 1. Il est soumis à une trop forte stimulation à cause de ses expériences intérieures et des forces spirituelles avec lesquelles il prend contact. C'est un danger sérieux, car il sait à peine comment se comporter et il ne se doute pas du risque qu'il court.

 2. Les gens avec qui il travaille lui posent, à leur tour, un problème.

Leur avidité, leur adulation et leurs louanges, leurs critiques aussi, tendent à assombrir sa voie. Insuffisamment détaché et avancé spirituellement, il travaille au milieu d'un nuage de formes-pensées et il ne s'en rend pas compte. Il perd ainsi son chemin et s'écarte de son intention première, aussi sans s'en rendre compte.

 3. Ses faiblesses latentes doivent apparaître sous la pression du travail et il manifeste parfois des signes de dépression, si je puis m'exprimer ainsi. Les défauts de la personnalité s'affirment alors qu'il essaie d'apporter sa forme particulière de service au monde.

Je me réfère au service qu'il a choisi spontanément, basé sur un fond d'ambition personnelle et d'amour de pouvoir, même si ce n'est que partiellement conscient. Soumis à une continuelle pression – comme un homme qui porte un lourd fardeau en montant sur une colline – il découvre des points de tension et manifeste la tendance à céder physiquement ou à abaisser son idéal pour l'adapter à sa faiblesse.

A tout cela, il faut ajouter la tension inhérente à la période actuelle et la condition générale de l'humanité malheureuse. Cet effet s'exerce sur le subconscient des disciples et de ceux qui travaillent aujourd'hui dans le monde. Certains montrent des signes de trop haute tension physique, même si leur vie intérieure demeure sereine et normale, saine et bien orientée. D'autres donnent des signes de dépression émotive, ce qui produit deux effets selon le degré de développement atteint par l'aspirant dans le service. Il peut ainsi apprendre le détachement, cela très curieusement, par ce qui est appelé le "mécanisme de défense" de l'âme en cette époque ; ou alors l'état de nervosité s'accentue et il devient un névrosé. D'autres encore ressentent cette tension dans le corps mental ; dans certains cas, il y a dans leur mental un tel état de confusion qu'ils ne discernent plus la vérité. Ils travaillent alors sans inspiration, seulement parce qu'ils savent que c'est juste et bien de continuer ce qui est commencé et qu'ils ont acquis le rythme du travail.

 D'autres saisissent l'occasion qui se présente et ainsi retombent dans l'affirmation de soi (défaut du type mental) et ils construisent autour de leur service une forme qui a en soi ce qu'ils désirent, ce qu'ils croient juste, mais qui est séparative, engendrée par leur mental et non par leur âme.

D'autres encore, plus puissants et mieux coordonnés, subissent l'influence de leur personnalité tout entière ; la nature psychique versatile répond au besoin et à la théorie du plan ; ils connaissent leurs qualités précieuses et savent qu'ils ont quelque chose à donner. Néanmoins leur personnalité est encore si forte que leur service est graduellement amené au niveau de cette personnalité, coloré par conséquent par leurs réactions personnelles, leurs sympathies et leurs antipathies, leurs tendances et leurs habitudes. Ces aspirants finissent par s'affirmer. Nous avons alors un travailleur dont le travail est bon, mais gâté par la séparativité dont il ne se rend pas compte et par ses méthodes personnelles. Il réunit autour de lui ceux qu'il peut subordonner et gouverner. Son groupe n'est pas coloré par l'impulsion de la nouvelle ère, mais par les instincts séparateurs de celui qui en est le centre. Ce danger est si subtil qu'il demande du travailleur une analyse de soi-même très soignée. Il est très facile d'être aveuglé par la beauté de ses propres idéals et de sa vision, par la prétendue rectitude de sa propre position et cependant être influencé subjectivement par l'amour du pouvoir personnel, par l'ambition personnelle, la jalousie d'autres travailleurs et par les nombreuses chausse-trapes qui arrêtent le progrès des disciples imprudents.

Mais si la vraie impersonnalité est cultivée, si la capacité de demeurer constant, si chaque situation est envisagée dans un esprit de charité et si l'on se refuse à agir hâtivement et à permettre à la séparation de s'introduire dans le service, alors un groupe de vrais serviteurs se formera et ceux qui peuvent matérialiser le plan et faire naître l'ère nouvelle et ses merveilles se réuniront. (4-622/5)

 3.

 … Je voudrais indiquer deux choses :

1. Le but immédiat des étudiants de ce siècle, en résumant les pas qu'ils doivent encore faire.

 2. Ce qui doit être éliminé et dépassé et les peines que doivent encourir l'aspirant et le disciple pour les erreurs commises et aussi pour celles qui ont été pardonnées.

 Le but immédiat

 Tout d'abord, il faut établir clairement le but pour éviter des efforts perdus et accomplir de réels progrès. Beaucoup d'aspirants animés des meilleures intentions sont enclins à consacrer trop de temps à l'enregistrement de leurs aspirations et à la formulation de leurs plans de service. L'aspiration du monde est aujourd'hui si forte et l'humanité est si puissamment orientée vers le Sentier, que les personnes sensibles, partout, sont entraînées dans un tourbillon de désir spirituel et désirent ardemment une vie de libération, d'entreprises spirituelles et de conscience de l'âme.

La connaissance de leurs possibilités latentes est si grande qu'ils en arrivent à se surestimer. Ces individus consacrent beaucoup de temps à s'imaginer comme mystiques idéals ou à déplorer le manque de dons spirituels, ou leur échec dans la recherche d'un domaine déterminé de service.

 Ils se perdent ainsi dans le domaine vague et nébuleux d'un bel idéalisme, d'hypothèses pittoresques et de charmantes théories. D'autre part, ils s'attardent dans une dramatisation d'eux-mêmes, s'imaginant être des centres de pouvoir dans un domaine de service fructueux. Ils font mentalement de magnifiques projets de travail mondial où ils jouent eux-mêmes le rôle de pivot autour duquel ce service se meut. Ils font fréquemment des efforts pour matérialiser ces plans, pour fonder une organisation sur le plan physique qui, potentiellement, a une certaine valeur, mais qui tout aussi potentiellement est inutile, sinon dangereuse. Ils n'arrivent pas à se rendre compte que l'impulsion première est due à ce que les maîtres de l'Inde appellent l'égocentrisme et que leur activité est fondée sur un égoïsme subjectif qui peut et doit être éliminé avant qu'un véritable service ne puisse être rendu. (4-618/9)

 4.

 Les temps exigent la mobilisation de chaque disciple ; lorsque je dis "les temps", j'entends le temps présent et les cinquante prochaines années.

Cette mobilisation implique la concentration et la mise au service de l'humanité, des énergies, du temps et des ressources du disciple ; elle exige une nouvelle consécration au service, une consécration de la vie des pensées (comprenez-vous ce je veux dire, mes frères ?) et un oubli de soi qui devra éliminer tous les sentiments, tous les désirs, les ressentiments, les griefs de la personnalité et toutes les petitesses possibles dans vos relations avec vos semblables Sur le plan physique, cela signifiera que toute la vie active et extérieure sera conditionnée de manière telle que la vie tout entière deviendra un service actif et focalisé. Je vous demande d'étudier la façon dont j'ai exprimé ce qui précède, l'utilisant comme une lumière qui vous révélera ce en quoi vous pouvez être déficients et ce que vous avez à faire.

 … Aujourd'hui, opérez un nouveau commencement, non pas pour votre propre bénéfice mais pour aider un monde nécessiteux. Oubliez-vous vous-mêmes. (5-98/9)

 5.

 Une des premières leçons que doivent apprendre ceux qui s'entraînent pour l'initiation est de parvenir à la double et difficile attitude qui permet de poursuivre une activité appropriée de la personnalité et de prendre un réel intérêt dans les affaires de la personnalité mais qui, pourtant, en même temps, n'autorise rien de personnel à intervenir dans la vie subjective et spirituelle, dans le service et dans l'entraînement donné en vue de l'initiation. (5-99)

 6.

 Le service que vous pouvez rendre a pour vous plus de valeur que le service qui peut vous être rendu. (5-301)

 7.

 Le monde aujourd'hui offre à tous les disciples une opportunité de devenir des disciples mondiaux, proches du cœur du Maître, et de passer rapidement par les premiers stades du discipulat. Il offre aux disciples mondiaux l'opportunité de commencer à approcher le Cœur de la Hiérarchie, le Christ. C'est à cette première possibilité que vous devriez vous intéresser, car, vous rapprochant de votre groupe, vous pouvez commencer à recevoir cet entraînement qui développera en vous votre utilité à l'égard du monde. Etes-vous pour la plupart, trop âgés pour y parvenir ? Il vous appartient de répondre à cette question. L'âme ignore

l'âge et peut toujours utiliser son instrument si ce dernier devient approprié. Etes-vous trop cristallisé et trop préoccupé de vous-même pour parvenir au détachement nécessaire pour le service du monde ? C'est à vous de le découvrir et de faire vos preuves. … Etes-vous trop déprimé, autre terme pour l'égoïsme, et trop sensible pour rendre service à l'humanité d'une manière plus importante qu'auparavant ? Cela peut être surmonté si vous vous en préoccupez suffisamment. Votre conscience est-elle une constante conscience de groupe ? Ou est-ce une constante conscience de vous-même qui sans cesse s'interpose entre vous et votre prochain ? C'est à vous de le découvrir. Avez-vous une profonde humilité, fondée sur la réalisation du Plan et la gloire du but, et non un sentiment auto dénigrement dans lequel vous vous complaisez et que vous considérez comme un signe d'humilité spirituelle ? Vous devez interpréter à nouveau ce sujet de l'humilité, de même que toutes vos valeurs, en les plaçant dans la lumière des valeurs ésotériques et spirituelles. Le pouvez-vous ? (5-768/9)

 8.

 … De votre réponse compréhensive au besoin collectif, dépendra la rapidité avec laquelle vous pourrez parvenir à la prochaine expansion de conscience, ou initiation, qui peut être possible pour vous, en tant qu'individu. Vous devez donc envisager votre réponse individuelle aux demandes de votre âme, et votre réponse collective aux besoins collectifs.

C'est l'initié en vous, le Christ en vous, qui est maintenant appelé à ce service collectif et, aujourd'hui, la radiation de l'esprit christique, activement présent dans le coeur de tous les disciples, est la seule chose qui puisse sauver l'humanité, lui permettre de progresser sur le Sentier du disciple, et susciter ainsi l'esprit nouveau qui peut construire le monde nouveau, et le construira. (6-244)

Vous êtes ici : Accueil SERVIR L'HUMANITE 3 – Appel au service