N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

18 – L'humanité

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

18 – L'humanité

 

1.

 L'humanité est un centre d'énergie au sein du cosmos, capable de trois activités.

 I. Tout d'abord, l'humanité réagit à l'afflux d'énergie spirituelle provenant du cosmos ; en termes symboliques, cette énergie est de trois sortes.

 1. Energie spirituelle, comme nous l'appelons improprement.

Elle émane de Dieu le Père, et atteint l'humanité du niveau appelé techniquement plan monadique, de la sphère des archétypes, la plus haute source dont l'homme peut devenir conscient. Peu d'hommes peuvent réagir ou être sensibles à ce type d'énergie. Pour la majorité des hommes, elle n'existe pas.

J'emploie les mots "Dieu le Père" dans le sens de Vie unique ou Etre Absolu.

 2. Energie sensible, énergie qui fait de l'homme une âme. C'est le principe de la perception consciente, ce quelque chose d'inhérent à la matière quand elle est mise en rapport avec l'esprit, qui éveille la capacité de réagir à un plus grand domaine de contacts extérieurs. …

3. Energie pranique ou vitalité. C'est la force vitale inhérente à la matière même, dans laquelle sont plongées toutes les formes en tant que partie d'une plus grande forme. …

L'humanité, étant le point de rencontre des trois types d'énergie, constitue un "point médian" dans la conscience du Créateur.

 Ce point médian doit être saisi par l'agent créateur d'une manière semblable à celle de l'aspirant qui doit apprendre à saisir ses propres points médians dans son travail magique et créateur.

L'humanité est destinée à être le moyen par lequel certaines activités peuvent s'accomplir. Elle est en effet le cerveau de la divinité planétaire, les nombreuses unités rappelant les cellules cérébrales dans l'appareil humain. Comme le cerveau comprend un nombre infini de cellules sensibles et réceptives, il peut être impressionné, quand le calme a été atteint, pour devenir le moyen d'expression des plans et des desseins de l'âme, c'est-à-dire en transmettant les idées de l'âme par le mental. De même la divinité planétaire, agissant sous l'inspiration du Mental universel, peut impressionner l'humanité, lui communiquer les desseins de Dieu et produire les effets qui en découlent dans le monde des phénomènes.

 Les membres de la Hiérarchie sont ceux qui ont atteint la paix, le calme et qui peuvent recevoir les impressions des plans supérieurs. Les aspirants et les disciples sont ceux dont les cellules cérébrales commencent à entrer dans le rythme divin et à y répondre. La masse des hommes est semblable aux millions de cellules que, selon les savants et les psychologues, nous n'utilisons pas. Réfléchissez à cette analogie ; quand vous l'aurez saisie, vous remarquerez que le but pour lequel l'humanité existe, l'objectif que se propose le groupe des mystiques et des travailleurs spirituels et l'idéal proposé à l'aspirant sont les mêmes que se propose l'individu qui médite. Ils sont la réalisation de l'attention concentrée, du calme du mental qui permettent de prendre contact avec la réalité, la vérité et la beauté, de comprendre l'intention divine et de transmettre à la forme phénoménale, sur le plan physique, l'énergie nécessaire pour matérialiser la réalisation subjective.

 L'aspirant accomplit tout cela en accord avec le but de son âme, si ses efforts sont couronnés de succès. Le disciple apprend à obtenir les mêmes résultats en accord avec le dessein de groupe ; l'initié coopère au dessein planétaire. Aspirants, disciples et initiés constituent le groupe intérieur de cellules cérébrales vivantes et actives dans le cerveau planétaire, le groupe humain tout entier, et il est clair que plus leur vibration sera puissante, plus brillante sera la lumière qu'ils reflètent et transmettent, et plus rapidement la masse inerte de cellules humaines sera amenée à l'activité. La Hiérarchie occulte est à la vie planétaire ce que la lumière dans la tête est pour le disciple moyen éveillé, mais sur une échelle tellement plus vaste et avec un alignement intérieur si élevé que la signification profonde de ces mots échappe aux étudiants qui lisent ces instructions. Ce qu'il faut saisir, c'est que la nature de la réalité sera révélée par l'humanité sur le plan physique ; le vrai et le beau se manifesteront. Le plan divin se réalisera et l'énergie sera transmise à toutes les formes dans la nature pour permettre à la réalité spirituelle intérieure d'émerger.

 II. Le deuxième genre d'activité dont l'homme est capable est un intense développement progressif en spirale au sein du cercle infranchissable humain, ce qui comprend le mode de développement et tout le processus des unités en cours d'évolution et que nous nommons hommes. Je ne traiterai pas de cela ici.

L'histoire de la croissance structurale de l'humanité, de l'évolution de sa conscience et l'histoire de toutes les races et de tous les peuples qui ont vécu ou qui vivent sur notre planète peuvent être comprises dans ce sujet. Cela se rapporte à l'usage que l'humanité a fait de toutes les énergies disponibles dans le monde dont elle fait partie, énergies inhérentes au quatrième règne et qui lui viennent aussi du monde des réalités spirituelles.

 III. Le troisième genre d'activité qui devrait retenir l'attention des hommes, et qui est encore peu compris, est celui qui devrait agir comme centre transmetteur des forces spirituelles – énergie de l'âme et énergie spirituelle unies – aux prisonniers de la planète et aux vies incarnées dans les autres règnes. Les êtres humains spirituellement orientés sont enclins à tourner leur attention sur leurs rapports supérieurs de groupe et sur leur retour à la Maison du Père ; ils tendent vers le haut, loin du monde phénoménal. Ils cherchent surtout à trouver le centre au sein de l'aspect forme que nous appelons âme et, s'ils le trouvent, ils travaillent à la mieux connaître afin de trouver la paix. C'est juste et parfaitement selon la ligne de l'intention divine, mais ce n'est pas là le plan complet pour l'homme ; si l'homme s'en tient à ce seul et unique objectif, il risque de tomber dans le piège de l'égoïsme spirituel et de la séparation.

 Quand l'homme a trouvé son centre et qu'il se met en rapport avec son âme, automatiquement sa position dans la famille humaine change ; toujours en termes symboliques, il fait partie du centre de lumière et de compréhension que nous appelons, ésotériquement, la Hiérarchie occulte, la nuée des témoins, les disciples du Christ et autres appellations selon les convictions du disciple. La Hiérarchie s'efforce de s'extérioriser par le moyen du Groupe des serviteurs du monde. Quand un homme a trouvé son âme et que le principe d'unité est suffisamment développé en lui, il fait aussi partie de ce groupe dans sa manifestation exotérique ; tous ne peuvent pas se joindre immédiatement aux groupes intérieurs ou ésotériques. Ensuite ils s'engagent dans le travail magique pour le salut des âmes et la libération des prisonniers de la planète. Tel est le but pour l'humanité ; quand tous les fils des hommes auront atteint cet objectif, les prisonniers de la planète seront libérés. (4-525/30)

 2.

 Nous pourrions prendre les nations une à une et observer comment cet esprit nationaliste, séparatiste ou isolationniste, conséquence d'un passé historique, de complexes raciaux, de position territoriale, de révolte et de possession de ressources matérielles, a engendré la crise mondiale actuelle, le clivage actuel et ce conflit général d'intérêts et d'idéaux. Mais ce ne serait d'aucun profit. L'étudiant intelligent de l'histoire qui n'a pas de partialité nationaliste connaît bien les faits ; il se préoccupe profondément de la nécessité de faire jouer le poids de méthodes aptes à mettre fin à la lutte mondiale. Il sait que les efforts faits par les nations pour atteindre l'expansion territoriale, une place au soleil, le Lebensraum, la suprématie financière, la domination économique et le pouvoir doivent prendre fin. En même temps, il comprend que si l'humanité doit se débarrasser de ces produits fâcheux de l'égoïsme, certaines valeurs fondamentales doivent être conservées. Les cultures et les civilisations du passé ont une grande valeur ; le génie particulier de chaque nation doit être appelé à enrichir la famille humaine tout entière ; la nouvelle civilisation doit plonger ses racines dans le passé et en surgir ; de nouveaux idéaux doivent apparaître et être reconnus et les hommes y auront été préparés par les événements et l'éducation du passé. L'humanité elle-même doit être le but de tout effort et de tout intérêt et non quelque nation ou empire particulier. Tout ceci doit être mis en oeuvre de manière pratique et réaliste, dissociée des rêves visionnaires, mystiques ou utopiques ; toute action doit être basée sur la reconnaissance fondamentale de la fraternité humaine, s'exprimant par des relations humaines justes.

La révolte si générale contre les "visions vagues" des rêveurs humanitaires est basée sur le fait que, du fatras des mots et de la pléthore des plans, il n'est rien sorti qui ait une valeur pratique, ni rien d'assez puissant pour mettre fin aux modes de vie anciens et abominables. On a essayé des mesures palliatives ; on a fait des compromis pour la paix, mais les maux fondamentaux, ambition nationale, disparité économique, distinctions de classe virulentes (héréditaires ou financières) demeuraient toujours. Les différends religieux étaient déchaînés, la haine de race généralisée, l'ordre économique et politique demeurait corrompu, entretenant les luttes partisanes, sociales et nationales.

 … Partout, les gens s'éveillent et commencent à penser ; ils ne pourront plus jamais se replonger dans la condition négative du passé. On a foi de tous côtés en la possibilité d'un monde nouveau et meilleur et on le croit même probable.

 Comment exprimer, simplement et clairement, le but de ce nouvel ordre mondial tant espéré ; comment formuler brièvement l'objectif que chaque personne et chaque nation devront garder devant les yeux, quand la guerre cessera et que l'occasion d'agir s'offrira à chacun de nous ? C'est, à coup sûr, que chaque nation, grande ou petite (les minorités obtenant des droits égaux et proportionnés) doit poursuivre sa propre culture individuelle et réaliser son propre salut, selon la voie qui lui semble être la meilleure, mais que toutes comprennent de plus en plus qu'elles sont les parties organiques d'un tout formant corps ; qu'elles doivent faire don à cet ensemble de tout ce qu'elles possèdent et de tout ce qu'elles sont. Ce concept est déjà présent dans le coeur de millions de personnes et comporte une grande responsabilité. Ces prises de conscience, lorsqu'elles seront intelligemment développées et sagement manipulées, conduiront à de justes relations humaines, à la stabilité économique (basée sur l'esprit de partage), et à une nouvelle orientation de l'homme envers l'homme, de nation envers nation, de tous envers ce pouvoir suprême que nous appelons "Dieu". (13-375/7)

 3.

 Je vous demande d'abandonner vos antagonismes et vos antipathies, vos haines et vos différends raciaux, et d'essayer de penser en termes de famille une, de Vie une, et d'humanité une. (13-468)

 4.

Certains grands concepts sont bien saisis par l'homme. Certains grands espoirs prennent forme et vont modeler la vie humaine. Certaines grandes spéculations vont devenir des théories expérimentales et, plus tard, se révéleront être des faits prouvés. Derrière tout ceci, il se produit deux choses : les hommes sont stimulés et amenés au point de tension nécessaire qui (résultant d'une crise) doit précéder un grand mouvement en avant sur le sentier de l'évolution. Deuxièmement, un processus de réorientation se poursuit, qui permettra finalement aux hommes de présenter un front uni sur des points de vue jusque-là considérés comme les visions vagues de rêveurs optimistes et intelligents. Il existe une grande agitation et un grand mouvement. Le monde des hommes bouillonne en réponse à l'influx d'énergie spirituelle. Cette énergie a été évoquée par le cri inaudible de l'humanité elle-même. L'humanité – pour la première fois de son histoire – est devenue invocatoire spirituellement. (18-78)

 5.

L'homme est une entité vivante, un fils conscient de Dieu (une âme) occupant un corps animal. Le point important est là. De ce fait il constitue un lien. Il réunit en lui les résultats du processus évolutionnaire qui s'est poursuivi au cours des âges écoulés, et il met en contact avec ce résultat de l'évolution, un facteur nouveau, celui d'un aspect individuel qui se soutient lui-même et se connaît lui-même. C'est la présence de cet aspect qui différencie l'homme de l'animal. C'est cet aspect qui, dans l'humanité, amène la conscience de l'immortalité, la soi-connaissance consciente et un centrage sur soi-même qui permet à l'homme de paraître comme l'image de Dieu. C'est ce pouvoir inné et caché qui donne à l'homme la capacité de souffrir comme aucun animal n'en est capable, mais qui lui confère en même temps la possibilité de recueillir les bénéfices de cette expérience dans le domaine de l'intellect.

 Cette même capacité travaille à l'état embryonnaire dans le règne animal en ce qui concerne les instincts. C'est cette propriété particulière, propre à l'humanité qui confère à celle-ci le pouvoir de pressentir l'idéal, de comprendre la beauté, de réagir sensitivement à la musique, de jouir de la couleur et de l'harmonie. C'est ce divin quelque chose qui fait de l'humanité le fils prodigue, déchiré entre le désir pour la vie du monde, pour les possessions et l'expérience, et le pouvoir d'attraction de ce centre ou foyer d'où il est venu.

 L'homme se trouve à mi-chemin entre les cieux et la terre, avec les pieds profondément enlisés dans la boue de la vie matérielle et la tête dans le ciel. Dans la majorité des cas, ses yeux sont fermés, il ne voit pas la beauté de la vision céleste, ou bien ses yeux sont ouverts, mais fixés sur la boue et le limon dont ses pieds sont couverts. Mais c'est lorsque ses yeux ouverts s'élèvent un instant et voient le monde de la réalité et des valeurs spirituelles, que commencent le déchirement et la vie éperdue de l'aspirant.

 L'humanité est la gardienne du mystère caché, et la difficulté consiste dans le fait que, ce que l'homme voile au monde est aussi caché pour lui-même. Il ne connaît pas la merveille qu'il conserve et nourrit. L'humanité est la dépositaire du trésor de Dieu (ceci est le grand secret maçonnique), parce que ce n'est que dans le règne humain, ainsi que les ésotéristes le savent depuis longtemps, que se trouvent, dans leur pleine floraison et ensemble, les trois qualités divines. En l'homme, Dieu le Père a caché le secret de la vie ; en l'homme, Dieu le Fils a mis au secret les trésors de sagesse et d'amour ; en l'homme, Dieu le St-Esprit a implanté le mystère de la manifestation.

 C'est l'humanité, et l'humanité seule, qui peut révéler la nature de Dieu et de la vie éternelle. C'est à l'homme qu'est donné le privilège de révéler la nature de la conscience divine, et de dépeindre, devant les yeux des fils de Dieu (rassemblés au conclave final précédant la dissolution) ce qui était caché dans le Mental de Dieu. D'où cette injonction qui nous est faite aujourd'hui (selon les paroles du grand instructeur chrétien) de posséder en nous-mêmes "le mental du Christ". Ce mental doit habiter en nous et se révéler dans la race humaine en une plénitude toujours plus grande. A l'homme est confiée la tâche d'élever la matière jusqu'aux cieux et de glorifier, comme il doit l'être, le côté formel de la vie, au moyen de la manifestation consciente de ses pouvoirs divins. (14-311/3)

Vous êtes ici : Accueil SERVIR L'HUMANITE 18 – L'humanité