N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

21 – La critique

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

21 – La critique

 

1.

 Je vous assure que, dans le prochain cycle, le véritable travail se poursuivra : amener le monde à la synthèse et à la fraternité des âmes, à l'aide de ceux qui refusent la séparation, qui surveillent leurs paroles afin de ne pas dire de mal ; qui voient le divin en tout, qui travaillent les lèvres scellées, ne s'occupant pas des affaires de leurs frères ni ne révélant ce qui les concerne. Leur vie est colorée par la compréhension et l'amour ; leur mental est caractérisé par la perception spirituelle entraînée et par la conscience spirituelle qui fait usage de l'intellect comme corollaire à un esprit d'amour.

Permettez-moi de revenir sur ce sujet en d'autres termes, car il est de grande importance et parce que l'effet de la tâche accomplie par ces instruments sur le monde est immense. Ces hommes et ces femmes dont la mission est d'inaugurer la nouvelle ère ont appris le secret du silence. Ils sont animés de l'esprit de charité universelle et de protection. Ils ne critiquent ni ne condamnent personne. A eux sera confié le travail d'alimenter la vie de la Nouvelle Ere. (4-631)

 2.

 Vous possédez… un esprit très critique ; vous êtes pleinement conscient des faiblesses et des imperfections des membres de votre famille et de vos collaborateurs et vous y réagissez vivement. Ne laissez pas ce trait se développer en vous mais faites-le disparaître, car il construit entre vous et les autres une barrière, il entrave votre service et y fait obstacle. (5-195)

 3.

 C'est surtout vous-même… que vous critiquez, mais cela peut être aussi erroné et inutile que de critiquer les autres. (5-198)

 4.

Quelle importance y a-t-il à ce que chacun connaisse les faiblesses de son frère sur le Sentier et que tous se rendent compte de la faiblesse d'un individu ? Etes-vous donc si imparfait, manquez-vous donc tellement d'amour que cette connaissance évoque des critiques et de la rancoeur au lieu de l'amour et de la compréhension ? (5-301)

 5.

Jusqu'à présent, vous n'aimez pas lorsque vous critiquez. Il faut que vous appreniez à aimer ; cet amour jettera une nouvelle lumière sur ce que vous percevez et vous apprendrez à sentir. La vie, alors, s'ouvrira devant vous en de nouveaux rythmes de service et d'utilité. (5-558)

 6.

 La deuxième règle qui régit les rapports télépathiques est que tous les disciples doivent éviter le plus soigneusement possible les "crises de critique" s'ils désirent établir le rythme nécessaire… Il y a des cas où la critique est incontestablement la reconnaissance d'un fait. Ceci veut dire qu'un disciple qui critique a atteint un point, où son jugement est si bien fondé sur l'amour, qu'il n'entraîne aucun effet qui puisse concerner la personnalité soit dans sa propre vie, soit dans celle de son condisciple ; ce n'est qu'une reconnaissance aimante d'une limitation. Cette attitude ne devient erronée que lorsque ces faits incontestables, sont utilisés pour provoquer la critique en ceux qui ne sont pas qualifiés pour cela, fournissant ainsi des motifs de discussion. (5-725)

 7.

 … Nous voyons dans les autres ce qui est en nous, même si cela ne s'y trouve qu'à un certain degré ou même pas du tout. Les disciples doivent apprendre à distinguer entre une véritable perception analytique et ce qu'on appelle la critique. Un Maître ne critique pas les membres de son Ashram.

Il cherche à analyser pour eux ce qui en eux peut entraver le service de l'Ashram et diminuer son utilité. Il existe une distinction fondamentale entre cette aide constructive et la critique basée sur un sens de supériorité personnelle et sur la satisfaction de trouver des fautes chez autrui. (5-729)

 8.

 … (Les) critiques adressées au groupe, critiques exprimées ou fortement ressenties… peuvent être basées sur bien des choses, mais elles sont généralement motivées par la jalousie, par l'ambition déjouée ou par la vanité de l'intellect individuel. Chaque membre de n'importe quel groupe, particulièrement ceux se trouvant dans l'entourage immédiat du ou des chefs, est enclin à s'ériger en juge. La responsabilité ne leur appartient pas ; ils ne connaissent pas les problèmes tels qu'ils existent réellement, et la critique est, par conséquent, facile. Il faut se souvenir ici que la critique est un poison virulent. Dans tous les cas, en fin de compte, elle fait du tort à celui qui critique, en raison du fait de la direction exprimée, et elle blesse encore plus celui qui est critiqué. Là où il existe une pureté de motif, l'amour véritable et une large mesure de détachement, les corps subtils de celui qui est attaqué peuvent demeurer indemnes, mais les effets physiques seront bien précis, et lorsqu'il existe une certaine faiblesse physique ou une certaine limitation, on trouvera là la localisation du poison projeté. …

 Vous pourriez ici demander : Que peut faire un chef, ou un groupe de chefs, dans ces circonstances malheureusement normales et habituelles ?

Rien, seulement continuer à travailler ; se retirer en soi-même ; exprimer la vérité avec amour lorsque l'occasion s'en présente ; refuser de devenir amer en raison de la peine que le groupe occasionne et attendre que les membres du groupe apprennent les leçons de la coopération, du silence, de l'appréciation aimante et une conception, une compréhension sages des problèmes qui confrontent tous les chefs de groupe en ces jours difficiles et marqués d'individualisme. Ce temps-là viendra. (15-617/9)

Vous êtes ici : Accueil SERVIR L'HUMANITE 21 – La critique