N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

82 – L'argent dans le service

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

82 – L'argent dans le service

 

1.

 L'aspirant apprécie avec justesse la valeur occulte de l'argent dans le service. Il ne recherche rien pour lui-même excepté ce qui peut l'équiper en vue du travail à faire ; il envisage l'argent, et ce que l'argent peut procurer, comme devant être utilisé pour les autres et comme moyen de mener à leur terme les plans du Maître, dans la mesure où il sent ceux-ci. On apprécie mal la signification occulte de l'argent, et cependant l'un des plus grands critères quant à la position d'un homme sur le sentier de probation est son attitude en ce qui concerne l'argent, et sa manière de manipuler ce que tous les hommes recherchent pour satisfaire leurs désirs. Seul celui qui ne désire rien pour lui-même peut recevoir un don généreux, être un dispensateur des richesses de l'univers. Dans d'autres cas, lorsque les richesses s'accumulent, elles n'apportent que tristesse, détresse et mécontentement. (3-866)

 2.

 … L'argent a été dans le passé l'instrument de l'égoïsme des hommes, ainsi doit-il être maintenant l'instrument de leur bonne volonté. (5-166)

 3.

 Toute la question d'argent est actuellement une des plus grandes difficultés et à la fois de la plus extrême simplicité. La difficulté est due à la manière erronée dont, depuis des générations, on a abordé ce problème, amenant les gens, même les disciples les plus dévoués, à le voir dans une fausse lumière. L'attitude de l'humanité à l'égard de l'argent est fondée sur la cupidité, l'âpreté en faveur du soi inférieur, la jalousie, les désirs matériels et par un besoin déchirant qui est, à son tour, le résultat de ces attitudes erronées. Ces dernières produisent les conditions économiques désastreuses que nous trouvons dans le monde entier. Ce sont les effets de causes instaurées par l'homme lui-même. La libération du monde viendra en fin de compte de la régénération de l'argent et du changement de l'attitude de l'homme à son égard. Si cela ne se produit pas, des conditions désastreuses s'établiront, l'argent (tel que nous le connaissons) disparaîtra de la terre et un autre moyen devra être trouvé pour faire face à la situation ainsi créée. Espérons que cette nécessité ne se présentera pas et qu'il sera possible de modifier l'attitude mentale de l'humanité à l'égard de l'argent qu'elle considérera comme un grand avoir spirituel, comme une responsabilité nettement spirituelle et comme un moyen d'accomplir le vrai travail mondial. Les gardiens de l'argent assumeront alors leur responsabilité sans crainte et avec une juste compréhension. A présent, ils s'accrochent à lui par crainte de l'avenir et parce qu'ils n'ont pas confiance les uns dans les autres. La clé de la juste manière de dépenser l'argent et de sa correcte utilisation peut être résumée dans l'énoncé suivant auquel je vous demande à tous de prêter attention :

 De même que l'argent dans le passé a pourvu aux besoins des individus et de la famille, ainsi, dans l'avenir, il devra subvenir aux besoins du groupe et à ceux du monde. Dans le passé, chaque individu s'est efforcé d'agir comme un aimant et d'attirer à soi ce qui devait satisfaire ses besoins tels qu'il les concevait, utilisant à ces fins les activités et le travail personnels, si l'influence ou l'éducation n'y suffisaient pas, et les tractations financières lorsqu'elles étaient possibles. A l'avenir, les groupes devront agir comme des aimants ; ils devront veiller à être animés par un esprit d'amour. Je vais vous communiquer ici une pensée susceptible d'un large développement. La nécessité, l'amour et le pouvoir magnétique sont les trois choses qui, consciemment ou non, attirent l'argent. Mais il faut qu'elles se manifestent toutes à la fois. Dans le passé, la nécessité n'a pas toujours été réelle, bien qu'elle ait été ressentie (tel est le mirage ou l'illusion du monde). L'amour a été égoïste ou non réel, la demande de choses matérielles visait ce qui n'était pas nécessaire à la santé ni au bonheur. La force magnétique utilisée avait donc une motivation erronée et ce processus, poursuivi pendant si longtemps, a conduit à la présente et désastreuse situation financière dans le monde.

 En transmuant ces facteurs et l'expression de leurs correspondances supérieures, par l'amour véritable, la pensée juste ou la méditation appropriée et la technique correcte, les besoins financiers des nouveaux groupes et du Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde seront satisfaits.

Je suggère que ces idées soient élaborées et distribuées parmi tous ceux qui, à votre connaissance, sont susceptibles d'aider. Je vous demande de beaucoup réfléchir à ces idées car, dans l'enseignement donné aux serviteurs intelligents, cette question de l'argent et de la juste attitude à adopter à son égard doit être envisagée hardiment. L'accent placé par certains groupes importants sur la méditation destinée à trouver des fonds (généralement destinés à un usage personnel ou à des fins égoïstes de ces organisations et groupes particuliers) a son origine dans le nouveau concept de l'utilisation de l'argent par le groupe. Toutefois, l'intérêt du groupe étant égoïste et personnel, c'est le rapport de l'argent avec l'individu qui était considéré et non pas le rapport avec le groupe. Cette attitude doit être et sera modifiée.

 Je vous demande, ainsi qu'aux membres du groupe qui me lisent, une autre chose encore, mon frère. L'argent est la manifestation de l'énergie.

Toutes les énergies peuvent être utilisées de diverses manières, étant en elles-mêmes des forces impersonnelles et aveugles. On peut les employer d'une manière égoïste ou désintéressée ; c'est en cela que réside la principale différence. Le motif et la pensée créatrice déterminent le pouvoir magnétique de tout individu, groupe ou centre. Déterminez votre motif ; veillez à ce que l'idéal de groupe et l'amour de groupe dominent ; faites preuve d'adresse lorsque vous agissez ; tout cela implique une méditation préliminaire correcte et aussi une pensée appropriée, et vous constaterez alors que ce dont vous avez besoin vient à vous. (5-271/3)

 4.

 … Cette concrétisation puissante physique de l'énergie que nous appelons "argent", se révèle être un sujet de concentration très précise. Il est envisagé avec le plus grand soin, et le mental des financiers réfléchis et des philanthropes fortunés, sera progressivement conduit d'une activité strictement philanthropique à une activité à laquelle la pénétration spirituelle et la reconnaissance des droits du Christ sur le réservoir financier du monde, donneront son impulsion et la possibilité de s'exprimer (peu importe le nom que l'on donne au Christ en Orient ou en Occident). C'est une chose difficile à obtenir, car il faut beaucoup de temps aux énergies subtiles des mondes intérieurs pour produire leur effet sur le plan tangible et objectif de la manifestation divine. L'argent n'est pas encore utilisé divinement, mais il le sera. (6-221)

 5.

 Il est inutile, mes frères, de méditer dans le sens qui aidera à préparer le monde pour la venue de la Hiérarchie et la réapparition du Christ, à moins que, je le répète, cette préparation ne soit partie intégrante de votre effort journalier constant, et non simplement un souhait futile ou la formulation d'une théorie pleine d'espoir quant à l'avenir de l'humanité.

 Il est inutile pour vous, par exemple, de méditer afin de réorienter l'argent vers le travail spirituel (par "travail spirituel" je n'entends pas travail des Eglises et des religions mondiales) à moins que tout l'argent dont vous disposez individuellement ne soit dédié à un juste usage, à l'accomplissement de vos justes obligations, à faire face à vos responsabilités karmiques, et que vous ne reconnaissiez constamment la relation de tout l'argent avec l'avenir spirituel de la race humaine et avec les nécessités du Plan hiérarchique. Il doit toujours exister, dans votre conscience, une reconnaissance des besoins de tous les hommes ; ceci doit être vrai chez toutes les personnes d'inclination spirituelle, chez tous les ésotéristes et chez l'homme de tendance religieuse dont le coeur et la compréhension sont plus divinement inclusifs que n'est le coeur du fidèle moyen de n'importe quelle doctrine religieuse, énoncée par les théologiens de n'importe quelle foi.

 Il faut comprendre que l'argent est l'énergie qui peut être mise en action pour rendre possible les activités du Nouveau groupe des serviteurs du monde, quelle que soit la couleur, la caste ou l'église de ses membres.

L'argent n'est pas encore entre leurs mains. Leur besoin d'argent est grand.

Il faut des millions pour répandre la nécessaire connaissance du Plan hiérarchique, des millions pour pousser le travail des hommes de bonne volonté, et des millions pour faire savoir aux masses que Celui que tous les hommes attendent est en voie de redevenir visible aux yeux de tous. Les milliards qui sont actuellement dépensés pour une vie de luxe, pour des objets coûteux et inutiles, les milliards (il s'agit bien de milliards, mes frères, comme le montrent les statistiques mondiales) qui sont consacrés aux sucreries, alcools, tabacs, bijoux et fourrures coûteuses, les millions qui sont consacrés à la recherche frénétique d'amusements, de plaisirs nocturnes constants, et finalement les milliards qui passent dans les conflits armés de toutes les nations, doivent être réorientés vers les dépenses qui rendront possibles les plans de la Hiérarchie. Ces plans aideront l'humanité dans sa recherche de la voie nouvelle, spirituelle et libre, et donneront donc naissance à la nouvelle civilisation. Il faut des milliards pour surmonter le matérialisme qui a dominé l'humanité depuis d'innombrables éons. Il faut aussi des milliards pour reconstruire les affaires humaines et donc purifier et embellir notre monde moderne, au point que le Christ puisse apparaître parmi les hommes. Grâce à la sage utilisation des ressources financières, dans les nombreux domaines de l'amélioration et de l'élévation de la nature humaine, le Christ pourra "voir l'oeuvre de son âme, et être satisfait". (6-224/6)

 6.

 "O Toi en qui nous avons la vie, le mouvement et l'être,

 Toi le pouvoir qui peut faire toute chose nouvelle,

 Dirige l'argent du monde vers des desseins spirituels.

 Touche le coeur des hommes en tous lieux,

 Afin qu'ils donnent, pour le travail de la Hiérarchie,

 Ce qu'ils avaient jusqu'ici consacré aux satisfactions matérielles.

 Le Nouveau groupe des serviteurs du monde

 A besoin de grandes sommes d'argent.

 Je demande que ces immenses sommes

 Soient rendues disponibles.

 Que Ta puissante énergie soit mise

Dans les mains des Forces de la Lumière." (6-229)

 7.

 Les termes les plus fréquents dans nos journaux, à la radio, dans nos discussions, sont empruntés à la structure financière de l'économie humaine : intérêts bancaires, salaires, dettes nationales, réparations, cartels et trusts, finances, impôts, tels sont les termes qui dominent nos projets, excitent notre jalousie, allument nos haines ou encouragent notre animosité à l'égard d'autres nations, pour nous lancer les uns contre les autres.

L'amour de l'argent est la racine de tous les maux.

 En écrivant ceci, je me rends compte du nombre de gens, dont l'existence n'est pas dominée par l'amour de l'argent et qui raisonnent normalement en termes de valeur supérieure.

 Mais je ne pense pas à eux en traitant ce sujet. Ils constituent l'espoir de l'avenir ; mais individuellement, ils sont prisonniers du système qui, du point de vue spirituel, doit prendre fin. Sans aimer l'argent, ils en ont besoin et il leur en faut. Ils sont soumis à l'atmosphère économique du monde et sont obligés, eux aussi, de travailler et de gagner de quoi vivre.

Le travail qu'ils cherchent à accomplir pour aider l'humanité ne peut s'effectuer sans les fonds nécessaires. (7-97/8)

 8.

 Le manque d'appui financier pour le travail du Christ

 C'est peut-être là que réside la difficulté principale, qui apparaît à beaucoup insurmontable. Elle implique le problème de la saine gestion financière et la dérivation de sommes appropriées dans des canaux qui contribueront certainement au travail de préparation pour le retour du Christ. Elle est étroitement liée au problème des justes relations humaines.

 Ce problème est donc particulièrement ardu, car il ne suffit pas aux travailleurs spirituels du monde de stimuler les gens à donner (selon leurs moyens), mais en bien des cas ils doivent avant tout leur présenter un motif dont la puissance magnétique soit telle qu'ils se sentent contraints à donner. Il faut aussi prévoir l'administration, la fondation ou l'organisation au moyen desquelles les dons pourront être administrés. Cette tâche est d'une difficulté considérable. L'impasse où l'on se trouve engagé en ce moment n'est pas seulement due à la nouveauté du fait de réunir des fonds pour préparer, mais aussi aux habitudes égoïstes de la majorité de ceux qui possèdent les richesses du monde et qui, à supposer qu'ils donnent, le font parce que cela augmente leur prestige et indique leur succès financier. Il y a naturellement des exceptions, mais elles sont relativement rares.

 En généralisant et en simplifiant le sujet à l'extrême, nous pouvons admettre que l'argent est employé de quatre manières principales :

 1. Dans les myriades de foyers du monde sous forme de traitements, salaires, honoraires, ou richesses héréditaires. Tout cela est actuellement mal équilibré et produit une extrême richesse ou une extrême pauvreté.

 2. Dans les grands systèmes capitalistes et monopoles dont la structure prédomine dans la plupart des pays. Peu importe que ce capital soit détenu par un gouvernement, une municipalité, une minorité de gens riches ou de grandes organisations de travail (des syndicats ouvriers). Bien peu de cet argent est dépensé pour améliorer l'existence humaine, ou pour inculquer les valeurs qui mènent à l'établissement de justes relations humaines.

 3. Dans les églises et groupes religieux du monde entier. Là (parlant toujours en termes généraux tout en reconnaissant l'existence d'une minorité spirituelle), l'argent est employé pour les aspects matériels de l'oeuvre, pour la multiplication et la conservation des structures ecclésiastiques, pour les salaires et les frais généraux.

Seul, un faible pourcentage est consacré à l'enseignement des hommes, à la vivante démonstration de la simplicité "telle qu'elle est en Christ", et à la diffusion de la réalité de Son retour, qui constitue cependant depuis des siècles une doctrine bien définie des églises. Ce retour a été prévu à travers les siècles, et serait déjà advenu si les églises et les organisations religieuses avaient partout fait leur devoir.

 4. Dans le domaine philanthropique, pédagogique et médical. Tout cela a été extrêmement profitable et fort nécessaire, et la dette du monde envers les humanitaires qui ont rendu ces institutions possibles est grande en vérité. Tout cela fut un pas dans la juste direction et une expression de la divine Volonté-de-Bien.

Toutefois, cet argent est souvent mal utilisé, mal dirigé et employé surtout à développer des organisations et des structures matérielles. Les résultats ont été limités par les opinions séparatistes des donateurs ou les préjugés religieux de ceux qui commandent la distribution des fonds. La véritable aide à l'humanité (The One Humanity) est oubliée derrière les querelles d'idées, les théories religieuses et les idéologies.

 Si les dirigeants chargés de canaliser les ressources du monde avaient une vision juste des réalités spirituelles, de l'humanité et du monde, et si leur but avait été d'encourager les justes relations humaines, l'humanité envisagerait aujourd'hui un avenir bien différent. Nous n'aurions pas à faire face à des dépenses se chiffrant par millions pour restaurer physiquement non seulement les corps de millions d'êtres humains, mais encore des villes entières, des moyens de transport et des centres chargés de réorganiser la vie humaine.

 On peut dire également que la valeur spirituelle de l'argent et la responsabilité que celui-ci (en petite ou en grande quantité) confère n'ont pas été justement appréciées ni enseignées à la maison et à l'école. Si elles l'avaient été, nous n'aurions pas aujourd'hui les statistiques effrayantes indiquant les sommes dépensées avant la guerre dans toutes les parties du monde, et aujourd'hui dans l'hémisphère occidental, en friandises, liqueurs, tabac, divertissements, vêtements et luxe inutiles. Elles se chiffrent chaque année par milliards de francs (français). Une petite partie de cet argent, exigeant un minimum de sacrifice, permettrait aux disciples du Christ et au Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde de préparer le chemin de Sa venue et d'éduquer les esprits et les coeurs des hommes de tous les pays pour établir de justes relations humaines.

 Comme tant d'autres choses, l'argent a été souillé et accaparé pour servir à des fins égoïstes individuelles ou nationales. La guerre mondiale de 1914-1945 en est la preuve, car malgré qu'on ait beaucoup parlé de "sauver le monde démocratique" et de "faire la guerre pour en finir avec la guerre", les motifs principaux de la guerre étaient l'auto-défense et l'autoprotection, l'espoir du gain, l'assouvissement de haines anciennes et la récupération de territoires. Les années écoulées depuis la guerre en ont donné la preuve. Il est malheureux que l'organisation des Nations Unies doive s'occuper de requêtes avides, provenant de toutes parts, de manoeuvres de nations qui recherchent leur prestige et leur pouvoir, et la possession de richesses naturelles (charbon, pétrole), de même que des activités secrètes des grandes puissances et des capitalistes.

 En attendant, l'humanité (considérée en bloc), sans distinction de nationalité, de race ou de religion, implore la paix, la justice et la sécurité.

Elle pourrait rapidement l'obtenir si la majorité des gens employaient bien leur argent et prenaient conscience de leurs responsabilités financières, basées sur les valeurs spirituelles. A l'exception de quelques rares philanthropes à la vision large, et d'une poignée d'hommes d'état, d'église, ou d'éducateurs vraiment éclairés, on ne trouve nulle part ce sens de responsabilité financière.

 Le temps est maintenant venu d'évaluer de nouveau l'argent, de l'utiliser et de le canaliser vers de nouvelles directions. La voix du peuple doit prévaloir, mais il faut que ce peuple ait la notion des vraies valeurs, comprenne la signification d'une vraie culture et de la nécessite d'établir de justes rapports humains. Il s'agit donc essentiellement d'une saine éducation et d'une préparation adéquate au civisme international, choses qui n'ont pas encore été entreprises. Qui peut donner cette formation ? La Russie désirerait imposer à tous l'idéal communiste et attirer tout l'argent du monde dans les coffres du prolétariat, pour aboutir finalement au plus gigantesque système capitaliste qu'on ait jamais vu. La Grande-Bretagne désirerait convaincre les peuples de ses conceptions de justice, de fairplay et de commerce international. Elle le ferait mieux que toute autre à cause de sa vaste expérience, mais ne perdrait pas de vue le profit qu'elle pourrait en tirer. Les Etats-Unis désireraient également imposer au monde leur système démocratique employant à cet effet leurs vastes capitaux et leurs ressources considérables, accumulant dans leurs banques les profits qui en découleraient et les préservant par la menace de la bombe atomique et de leur puissance militaire. La France maintiendra l'Europe dans un état de malaise tant qu'elle cherchera à regagner son prestige perdu et à tirer le maximum de profit de la victoire des autres nations alliées. Ainsi va l'Histoire, chaque nation luttant pour elle-même et évaluant les autres en termes de ressources et de finances. Entre temps, l'humanité meurt de faim, reste sans éducation véritable, a une fausse conception des valeurs et fait un mauvais usage de l'argent. Jusqu'à ce que cette situation ait commencé à se redresser, le retour du Christ est impossible.

 En face de cette confuse situation financière, quelle est la solution du problème ? Dans tous les pays, dans tous les gouvernements, dans toutes les Églises et religions, dans tous les instituts d'éducation, des hommes et des femmes détiennent cette réponse. Dans quelle mesure peuvent-ils conserver de l'espoir, en particulier celui de voir s'accomplir le travail qui leur a été confié ? Comment les peuples du monde, les hommes de bonne volonté qui voient clair, les hommes spirituels, peuvent-ils apporter leur concours ? Que peuvent-ils faire pour changer les conceptions des gens quant à l'argent, pour en diriger l'écoulement vers des canaux où il sera employé plus judicieusement ? Il faut trouver la réponse.

 Deux groupes peuvent faire beaucoup :

 1. Ceux qui emploient déjà les ressources financières du monde, s'ils entrevoient les nouveaux horizons et se rendent compte que l'ancien ordre des choses est en voie de disparition.

 2. La masse des gens généreux et bons dans toutes les classes et toutes les sphères d'influence.

 Les hommes de bonne volonté et d'orientation spirituelle doivent se libérer de l'idée qu'ils sont relativement inutiles, insignifiants et futiles. Ils doivent comprendre qu'aujourd'hui, à cette heure critique et décisive, ils peuvent agir puissamment. Les forces du mal sont vaincues bien que l'humanité n'ait pas encore "scellé la porte de la demeure du mal", comme le Nouveau Testament a prévu que cela arriverait. Le mal recherche toutes les voies possibles pour une nouvelle offensive. Mais nous pouvons dire avec confiance et insistance que les gens humbles, éclairés et désintéressés existent en nombre suffisant pour faire sentir leur puissance, s'ils le veulent. Dans tous les pays, il y a des millions de personnes spirituelles, hommes et femmes, qui pourront, de façon permanente, diriger l'argent dans de nouveaux canaux, lorsqu'ils s'uniront pour aborder tous ensemble ce problème. Il y a dans tous les pays des écrivains et des penseurs qui peuvent apporter une aide considérable, et qui le feront si le problème leur est bien présenté. Il y a des étudiants ésotéristes et des gens d'église à qui l'on peut faire appel pour préparer le chemin de retour du Christ, surtout si l'aide qu'on leur demande consiste à dépenser du temps et de l'argent pour établir de justes relations humaines, et pour accroître et répandre la bonne volonté.

On n'exige pas une grande campagne pour récolter de l'argent, mais le travail désintéressé de milliers de gens apparemment sans importance. Je dirais que la qualité essentielle est le courage. Il faut du courage pour se libérer de la méfiance, de la timidité et de la répugnance que l'on éprouve à maintenir un point de vue, surtout s'il s'y mêle des questions d'argent. C'est en cela que la majorité échoue. Aujourd'hui, il est relativement facile de recueillir des fonds pour la Croix Rouge, pour des hôpitaux et pour des institutions d'éducation.

 Il est extrêmement difficile d'en recueillir pour répandre la bonne volonté ou d'assurer le juste emploi de l'argent en faveur d'idées d'avenir telles que le retour du Christ. C'est pourquoi je dis que la première condition requise est le courage.

 La seconde condition à remplir par les travailleurs du Christ consiste à faire les sacrifices et à prendre les dispositions qui leur permettront de donner jusqu'à la limite du possible. Il ne suffit pas d'être bien entraîné à parler du sujet. Chaque travailleur doit mettre en pratique ce qu'il prêche.

Si par exemple les millions de personnes qui aiment le Christ et cherchent à servir Sa cause donnaient au moins une petite somme annuelle, il y aurait des fonds en suffisance pour Son travail. Alors apparaîtraient automatiquement les administrateurs nécessaires. La difficulté ne consiste pas dans l'organisation de l'argent et du travail. Elle réside dans l'apparente incapacité des gens à donner. Pour une raison ou une autre, ils donnent peu ou ne donnent rien, même lorsqu'une cause comme celle du retour du Christ les intéresse. La crainte de l'avenir, le désir d'acheter et faire des cadeaux, ou l'incapacité de comprendre que l'accumulation de nombreuses petites sommes finit par former une très forte somme, tout cela fait obstacle à leur générosité, et l'excuse qu'ils invoquent leur semble toujours valable. Donc, la seconde condition requise est que chacun donne selon ses possibilités.

 Troisièmement, les écoles et les mouvements spirituels et les groupes d'ésotéristes se sont beaucoup préoccupés d'attirer l'argent pour la réalisation de leurs buts. L'on se demande souvent pourquoi le mouvement "Unité", l'Église de la Science chrétienne et maints autres mouvements de la Pensée nouvelle s'arrangent toujours pour recueillir les fonds nécessaires, alors que d'autres groupes, particulièrement les groupes d'ésotéristes, n'y parviennent pas. Pourquoi les vrais travailleurs spirituels semblent-ils incapables de matérialiser ce dont ils ont besoin ? La réponse est simple : les groupes et les travailleurs les plus proches de l'idéal spirituel sont comme une maison divisée contre elle-même. Leur attention est principalement centrée sur des niveaux abstraits, et ils semblent n'avoir pas saisi que le plan physique présente la même importance, pourvu qu'on l'aborde à partir des niveaux spirituels. Les vastes mouvements spiritualistes attachent une grande importance aux preuves matérielles. Ils sont tellement concentrés sur ce point et y insistent tant qu'ils obtiennent ce qu'ils demandent. Ils doivent apprendre que la demande et la réponse doivent être motivées par un but spirituel, et que ce qui est demandé ne doit pas être employé à des fins personnelles ou en faveur d'une organisation ou d'une église séparatives. Au seuil du nouvel âge, avant le retour du Christ, l'argent demandé doit servir à l'établissement de justes relations humaines, à la diffusion de la bonne volonté et non à la croissance d'une organisation particulière quelle qu'elle soit. Les organisations qui demandent des fonds doivent travailler avec le minimum de frais généraux et d'organisation centrale, et leurs travailleurs ne demander qu'un salaire minimum, mais raisonnable. Ces organisations n'existent encore qu'en petit nombre, mais celles qui fonctionnent aujourd'hui peuvent donner un exemple qui sera rapidement suivi, à mesure que grandira le désir du retour du Christ. C'est pourquoi la troisième condition requise est le service de l'humanité (one humanity).

 La quatrième condition requise est de présenter intelligemment la cause pour laquelle on demande des fonds. Il ne suffit pas d'avoir le courage de parler, mais il est aussi important de bien présenter la cause. Le point essentiel à souligner dans le travail préparatoire au retour du Christ est l'établissement de justes relations humaines. Cette tâche a déjà été entreprise dans le monde entier par des hommes de bonne volonté, sous leurs multiples noms.

 Nous en arrivons maintenant à la cinquième condition requise : c'est la foi vivante et convaincue en l'humanité dans son ensemble. Il ne faut pas être pessimiste quant à l'avenir de l'humanité ni se lamenter de la disparition de l'ancien ordre des choses. "Le bon, le vrai et le beau" sont en route, et c'est l'humanité qui en est responsable, non quelque intervention divine extérieure. L'humanité est saine et s'éveille rapidement. Nous traversons la période que le Christ avait prévue, où tout est proclamé du haut des toits. Tout ce que nous écoutons ou lisons de laideurs, de crimes, de plaisirs sensuels, ou de dépenses de luxe nous enclins au découragement ; il faut comprendre qu'il est salutaire que tout cela vienne à la surface et que nous en prenions connaissance. Cela ressemble à la purification du subconscient auquel des individus se soumettent. Cela présage la venue d'un jour nouveau et meilleur.

 Le travail ne manque pas, et c'est aux hommes de bonne volonté, à la vision spirituelle et à l'esprit véritablement chrétien de l'accomplir. Ils doivent inaugurer l'ère où l'argent sera employé au service de la Hiérarchie spirituelle, et ils doivent inclure cette nécessité dans la pratique de l'invocation. L'invocation est la forme de prière la plus élevée, c'est une nouvelle manière de s'adresser au divin que la connaissance de la méditation a maintenant rendue possible.

 Il n'y a rien de plus à ajouter pour faire appel a votre générosité, à votre courage et à votre compréhension. Si le courage du Christ, envisageant Son retour dans notre monde physique extérieur, si la nécessité des justes relations humaines, si le travail et les sacrifices des disciples du Christ ne suffisent pas à vous enflammer et vous remplir d'énergie, vous et ceux que vous pouvez atteindre, il n'y a plus rien à dire qui puisse vous être utile. (8-171/80)

 9.

 L'argent a été détourné vers des fins matérielles, même dans ses objectifs philanthropiques. L'emploi le plus spirituel que l'on rencontre maintenant dans le monde est l'application de l'argent à des fins éducatives. Quand il sera détourné de la construction de la forme et du bien-être uniquement matériel de l'humanité, détourné de ses voies actuelles et dirigé vers des bases vraiment spirituelles, il en résultera beaucoup de bien ; les objectifs philanthropiques et éducatifs n'en souffriront pas, et un pas en avant sera fait. Le temps n'en est pas encore venu, mais la spiritualisation de l'argent et son accumulation en grande quantité au service du travail des Grands Etres, les disciples du Christ, font partie d'un service mondial vraiment nécessaire et qui peut commencer maintenant de façon satisfaisante. Cette tâche doit être poursuivie avec une vision spirituelle, une technique juste et une vraie compréhension. La pureté de motifs et l'altruisme vont de soi. (13-61)

 10.

 … L'argent consolide l'énergie aimante et vivante de la divinité ; que plus grande sera la réalisation et l'expression de l'amour, plus libre sera l'afflux de ce qui est nécessaire à la poursuite du travail. Vous travaillez avec l'énergie de l'amour, et non avec l'énergie du désir, qui n'est qu'une réflexion et une distorsion de l'amour. Je crois que si vous y réfléchissez, la voie sera plus claire pour vous. (13-335)

Vous êtes ici : Accueil SERVIR L'HUMANITE 82 – L'argent dans le service