N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

97 – Sacrifice

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

97 – Sacrifice

 

1.

 Le sens du sacrifice est faiblement aperçu dans chaque âme qui aime le Plan. Enseignez-lui que le sacrifice doit toucher les profondeurs du don et ne pas s'adresser à ce qui repose en surface ou ce qui peut être connu. Le sacrifice non perçu doit accompagner ce qui peut être vu. Enseignez-lui cela. (5-167)

 2.

 … Le travail de groupe implique un sacrifice et souvent la réalisation de ce qu'on pourrait préférer ne pas faire et de ce qui, du point de vue de la personnalité, pourrait bien ne pas être la chose la plus facile à faire et la meilleure méthode de l'accomplir. (5-290)

 3.

 … L'idée du sacrifice de soi. Cette idée s'est dernièrement déplacée de l'individu et de son sacrifice vers la conception de groupe. Le bien de l'ensemble est aujourd'hui tenu théoriquement pour si dominant, que le groupe doit sacrifier avec joie l'individu, ou le groupe d'individus. De tels idéalistes sont capables d'oublier que le seul vrai sacrifice est celui dont le soi a l'initiative, et qu'un sacrifice imposé (par une personne ou un groupe plus puissant et supérieur) équivaut, en dernière analyse, à la coercition de l'individu, et à sa soumission forcée à une volonté plus forte.. (12-120/1)

 4.

 … La mort est telle que la conscience humaine la comprend. La souffrance et le chagrin, la perte et le désastre, la joie et la détresse sont tels parce que l'homme s'identifie encore à la vie de la forme et non pas à la vie et à la conscience de l'âme, l'ange solaire, dont la conscience est potentiellement celle de la Déité planétaire Dont la plus grande conscience est (à Son tour) potentiellement celle de la Déité Solaire. Au moment même où l'homme s'identifie avec son âme et non plus avec sa forme, alors il comprend la signification de la Loi de Sacrifice ; il se trouve spontanément gouverné par elle ; et il devient l'un de ceux qui choisiront de mourir avec une intention délibérée. Mais il n'y a ni souffrance, ni chagrin, ni mort réelle impliquée. (15-94)

 5.

 Ce besoin de sacrifier, d'abandonner ceci pour cela, de choisir une voie ou une ligne de conduite et de sacrifier ainsi une autre voie, de perdre afin de finalement gagner, telle est l'histoire sous-jacente de l'évolution.

Cela exige une compréhension psychologique. C'est un principe directeur de la vie même, et il parcourt comme un modèle d'or de beauté tous les sombres matériaux dont l'histoire humaine est faite. Lorsque ce besoin intense de sacrifier afin de vaincre, de gagner ou de sauver ce qui semble souhaitable est compris, alors tout le secret du développement de l'homme se révèle. Cette tendance ou ce besoin est quelque chose de différent du désir, tel que le désir est académiquement compris et étudié aujourd'hui.

Ce qu'il implique réellement est l'émergence de ce qui est divin en l'homme. C'est un aspect du désir, mais c'est le côté dynamique, actif et non pas le côte sensuel, la sensation. C'est la caractéristique dominante de la Déité. (15-97)

 6.

 Sous la Loi de Sacrifice, ces trois règles doivent être ainsi interprétées :

 1. La renonciation ou le sacrifice de la très ancienne tendance à critiquer et à régler le travail des autres, pour préserver l'intégrité intérieure de groupe. Plus de plans pour le service ont été égarés et plus de travailleurs ont été entravés par les critiques que par aucun autre facteur important.

 2. La renonciation ou le sacrifice du sens de responsabilité à l'égard des actions des autres et particulièrement des disciples. Arrangez-vous pour que vos propres activités soient à la hauteur des leurs, et dans la joie de la lutte et sur le chemin du service, les différences disparaîtront et le bien général sera atteint.

 3. La renonciation à l'orgueil du mental qui considère ses voies et ses interprétations comme correctes et vraies et celles des autres comme fausses et erronées. C'est là le chemin de la séparation.

 Maintenez-vous sur le chemin de l'intégration qui est de l'âme et non du mental.

 … Il est essentiel que les disciples apprennent à sacrifier le non-essentiel afin que le travail puisse progresser. Même si on le comprend peu, le nombre des techniques, des méthodes et des voies est secondaire par rapport aux besoins du monde. Il y a de nombreuses voies, de nombreux points de vue, de nombreuses expérimentations et de nombreux efforts, des échecs ou des succès : tout cela vient et s'en va. Mais l'humanité demeure. C'est une preuve de la multiplicité des mentaux et des expériences, mais le but reste. La différence provient toujours de la personnalité. Lorsque la Loi de Sacrifice gouverne le mental, elle mène inévitablement tous les disciples à renoncer à ce qui est personnel en faveur de ce qui est universel et appartient à l'âme qui ne connaît ni séparation, ni différence. Alors, ni l'orgueil, ni un point de vue étroit et myope, ni un amour d'ingérence (si cher à tant de gens), ni l'incompréhension des motifs ne feront obstacle à leur coopération mutuelle en tant que disciples et à leur service au monde. (15-108/9)

Vous êtes ici : Accueil SERVIR L'HUMANITE 97 – Sacrifice