N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

25 – Impression

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

25 – Impression

 

1.

 … La méthode de travail de la Hiérarchie est celle d'impressionner le mental de Ses disciples, de travailler télépathiquement avec le Maître comme émetteur et le disciple comme récepteur de l'impression et de l'énergie. Cette réception possède un effet double :

1. Elle met en activité les semences latentes de l'action et des habitudes (bonnes ou mauvaises), produisant ainsi la révélation, la purification, l'enrichissement et l'utilité.

2. Elle vitalise et galvanise une relation correcte de la personnalité avec l'âme, l'entourage et l'humanité.

 Il est nécessaire que vous et tous les disciples saisissiez la correspondance entre cet effort hiérarchique et tout effort que vous pourriez faire en vue d'oeuvrer comme un groupe d'individus avec d'autres groupes ou individus. Le pouvoir que vous pourriez libérer, l'effet dynamique que vous seriez susceptible d'éveiller chez le sujet de votre pensée dirigée, et l'impression que vous pourriez imprimer dans le mental et la conscience du sujet devraient, évalués à leur juste importance, vous inciter à surveiller la pureté de votre vie astrale et physique, et à veiller à vos pensées et idées, ainsi qu'à nourrir un amour qui vous sauvegardera de tout amour du pouvoir. Vous préserverez ainsi l'intégrité de ceux que vous cherchez à aider et vous serez à même de suggérer, de fortifier et d'enseigner subjectivement, sans influence indue, sans crainte et sans violation de la liberté et du droit spirituel de la personne visée. C'est là une tâche difficile, mes frères, mais pour laquelle vous êtes à la hauteur, si vous accordez sérieuse attention et obéissance aux trois injonctions ci-dessus relatives au motif, à la technique et à la méthode. (11-40)

2.

 Entre Eux les Maîtres ne traitent pas de la télépathie comme d'une science justifiant la considération, l'effort et l'information ; Ils s'occupent essentiellement de la science de l'impression. Le terme le plus souvent employé par Eux est l'équivalent ésotérique de ce que la personne ordinaire veut dire par "j'ai une impression". L'impression est la réaction la plus subtile (plus ou moins exacte) à l'activité vibratoire mentale de quelque autre esprit ou groupe d'esprits, de quelque ensemble, lorsque son influence radiante affecte l'unité ou l'agrégat d'unités.

 La première phase de la réception télépathique correcte est toujours l'enregistrement d'une impression ; elle est généralement vague au commencement ; mais à mesure que la pensée, l'idée, le dessein ou l'intention de l'agent émetteur se concrétise, elle passe à la seconde phase, qui se présente comme une forme-pensée définie ; finalement cette forme pensée fait son impact sur la conscience cérébrale. (11-41)

 3.

 Traitons maintenant des "processus d'enregistrement, de consignation des interprétations et de la réponse invocatoire résultante". Il faut toujours garder le fait présent à l'esprit que j'expose des règles générales et que je ne traite ni de l'idéal ni de l'indésirable ; les sources d'impression changent à mesure que le disciple progresse, quoique la source la plus vaste inclura toujours toutes les sources plus petites.

 Le fait qu'un homme est sensitif à l'impression hiérarchique dans son aura mentale ne l'empêchera pas d'être sensitif dans sa nature astrale à l'appel invocatoire et émotionnel des êtres humains. Les deux sont conjointement d'un effet très utile si le disciple veille à ce qu'ils soient en rapport. N'oubliez pas ceci, mon frère. La capacité d'interpréter les impressions enregistrées s'apprend également lorsque l'aura mentale se développe sous l'influence du "mental tenu fermement dans la lumière" de l'âme ; le disciple apprend que toute vérité enregistrée est susceptible de nombreuses interprétations, et que celles-ci se développent avec une clarté croissante à mesure qu'il prend une initiation après l'autre et qu'il développe la responsivité consciente. La capacité d'invoquer se démontre de vie en vie et implique l'invocation de la réponse consciente de l'anima mundi, ou de l'âme subconsciente de toutes choses, aussi bien que de la conscience humaine et du monde de contact superconscient.

 Cette capacité se développe régulièrement à mesure que l'aspirant parcourt le sentier du Disciple ; elle est souvent précédée dans les premiers stades par beaucoup de confusion, beaucoup de psychisme astral et par de fréquentes interprétations erronées. A ce stade, il n'y a cependant pas lieu de s'affliger indûment, car l'expérience est tout ce qui est requis, et cette expérience est acquise par l'expérimentation et son expression dans la vie quotidienne. Nulle part le truisme de l'apprentissage par un système d'épreuves et d'erreurs ne s'avère aussi exact que dans la vie et l'expérience du disciple consentant. Lorsqu'il est un disciple accepté les erreurs diminuent en nombre, même si les épreuves, ou l'utilisation expérimentale des nombreuses et différentes énergies, deviennent plus étendues et couvrent par conséquent un ordre d'activités beaucoup plus vaste.

 Les processus d'enregistrement sont fondés sur ce que je pourrais appeler des approches invocatoires d'une vaste région de contacts possibles. Le disciple doit apprendre à distinguer ces nombreux impacts les uns des autres sur son aura sensitive. Dans les premiers stades, la plupart d'entre eux sont enregistrés inconsciemment, quoique l'enregistrement soit précis et correct ; toutefois, le but est l'enregistrement conscient ; il s'obtient en maintenant continuellement et avec fermeté l'attitude de l'observateur. Il se développe en réalisant le détachement : le détachement de l'observateur de tous les désirs et de toutes les aspirations concernant le soi séparé. Il est par conséquent évident que l'emploi du mot "observateur" implique le concept de la dualité et donc de la séparation.

Dans ce cas cependant, le motif poussant à l'observation n'est pas l'intérêt personnel, mais la détermination de clarifier l'aura, de telle façon qu'elle enregistre uniquement ce qui produit l'illumination et se rapporte au Plan divin, ce qui est pour le bénéfice de l'humanité et, en conséquence, apte à créer un nouveau serviteur dans les Ashrams de la Hiérarchie.

 Les divisions de la conscience de l'homme en subconscient, conscient ou soi-conscient et super conscient, faites par certains psychologues, ont une réelle valeur ici. Il faut cependant se souvenir que le disciple devient avant tout une unité véritablement consciente de l'humanité, et développe donc une vraie soi-conscience. Il arrive à ceci par le discernement entre le soi inférieur et le soi supérieur, ce qui rend son aura magnétique sensitive à un aspect de lui-même qui n'a pas été jusqu'à présent un facteur de contrôle. Ce point réalisé, il commence à enregistrer des impressions avec une clarté et une exactitude croissantes. Habituellement, dans les premiers stades, le seul désir du disciple est d'enregistrer des impressions provenant de la Hiérarchie ; il préfère de loin cette idée à celle d'enregistrer des impressions de sa propre âme ou des éléments humains environnants, de ses compagnons, de l'entourage et des circonstances qu'ils créent. Il aspire à ce qui pourrait être appelé "l'impression verticale". Ce motif étant très largement égocentrique, oriente le disciple introspectivement sur lui-même, et c'est dans cette attitude que de nombreux aspirants deviennent prisonniers, astralement parlant, parce qu'ils enregistrent dans leur aura magnétique les nombreuses formes-pensées d'origine astrale de ce qu'ils croient et espèrent être le transmetteur de l' "impression verticale" supposée. Ils contactent avec facilité les contreparties astrales des mondes supérieurs reflétées, et ainsi altérées, dans le plan astral ; le monde enregistré là est imprégné d'illusion à cause des désirs erronés et égoïstes et des pensées et souhaits de dévots bien intentionnés. Il n'est pas nécessaire que je m'étende là-dessus. A l'un ou l'autre moment de leur entraînement, tous les disciples ont à traverser cette phase d'illusion astrale ; ce faisant, ils clarifient et intensifient l'aura magnétique et, simultanément, clarifient le monde astral environnant avec lequel ils sont en contact. Ils apprennent aussi que l'aspiration à enregistrer des impressions de la Hiérarchie doit faire place à la détermination de placer leur aura magnétique à la disposition de l'humanité ; ils apprennent ensuite à enregistrer le besoin humain, à comprendre ainsi où il y a possibilité d'aider et où leurs frères en humanité peuvent être servis. Par l'enregistrement conscient des appels invocatoires provenant du monde des contacts horizontaux, l'aura magnétique du disciple est purifiée de l'obstacle des formes-pensées accaparantes, des désirs et aspirations en attente qui ont jusque là interdit l'enregistrement correct. Le disciple cesse alors de les créer, et ceux qui l'ont été s'éteignent ou s'atrophient par manque d'attention.

Plus tard, lorsque le disciple consentant devient disciple accepté et qu'il lui est permis de participer à l'activité ashramique, il s'ajoute l'aptitude d'enregistrer les impressions hiérarchiques ; ceci n'est cependant possible qu'après avoir appris à enregistrer l'impression verticale, lui arrivant de sa propre âme, et celle horizontale venant du monde des hommes qui l'environne. Après avoir subi certaines initiations importantes, son aura magnétique sera à même d'enregistrer aussi l'impression provenant des règnes subhumains de la nature. Plus tard encore, lorsqu'il sera un Maître de la sagesse, et par conséquent un membre attitré du cinquième règne de la nature, le monde de la vie et de l'activité hiérarchique sera le monde d'impression horizontale sur son aura magnétique, et l'impression verticale viendra des niveaux supérieurs de la Triade spirituelle et, plus tard encore, de Shamballa. Alors le monde de l'humanité sera pour lui ce qu'étaient les règnes subhumains lorsque le quatrième règne – humain – constituait le champ de l'impression horizontale qu'il enregistrait. Vous avez ici la signification réelle clairement révélée de la Croix de l'humanité.

 Enregistrer des impressions n'est pas un phénomène exceptionnel. Les personnes sensitives sont constamment impressionnées par un niveau de conscience ou l'autre ; elles reçoivent ces impressions du niveau de conscience qu'elles occupent normalement ; les médiums, par exemple, sont excessivement prédisposés à recevoir des impressions des niveaux éthériques et astraux, comme le sont la vaste majorité des psychiques de l'astral, et ils sont légion. Les impressions provenant des niveaux du mental concret, abstrait, ou de nature plus exaltée, se font sur les mentals de ceux qui ont atteint une réelle mesure de focalisation sur ce plan. Les savants, les mystiques, les mathématiciens, les étudiants de l'occultisme, les aspirants et disciples, les éducateurs, les personnes humanitaires, et tous ceux qui aiment leur prochain sont tous susceptibles d'impressions de ce genre ; l'une des nécessités principales pour le disciple est donc de développer une sensitivité adéquate à l'impression et au contact ashramique ; il sort alors du groupe des sensitifs mentaux ci-dessus énumérés.

 Le problème que je traite maintenant est beaucoup plus profond ; il concerne l'interprétation ainsi que le clair et correct enregistrement de l'impression, ce qui est beaucoup plus difficile. Le sujet impressionné doit connaître la source de l'impression ; il doit pouvoir la relier à l'un ou l'autre champ d'information demandée, de correction, d'instruction, ou de distribution d'énergie. Il doit être capable de réaliser clairement quel aspect de son organisme d'enregistrement – mental, corps astral, corps énergétique ou cerveau – a reçu l'impact de l'impression communiquée et enregistrée. Une des difficultés se présentant par exemple à l'aspirant disciple et à l'étudiant occulte sérieux, est d'enregistrer directement dans le cerveau, par l'antahkarana, les impressions de la Triade Spirituelle, et plus tard de la Monade.

 Cette impression doit descendre directement des niveaux du mental au cerveau et éviter tout contact avec le corps astral ; c'est seulement si cette descente directe est réalisée que l'impression enregistrée est dépourvue d'erreur. Elle ne sera pas alors teintée de quelque complexe émotionnel, car la conscience astrale est le grand facteur altérant la vérité essentielle.

Les impressions de l'Ashram ou de la Triade spirituelle, qui sont le seul genre d'impressions dont je m'occupe ici, passent par trois phases :

 1. La phase de l'enregistrement mental. La clarté et la fidélité de cet enregistrement dépendent de la condition du canal de réception, l'antahkarana ; assez curieusement, un certain élément de temps, entre en jeu. Ce n'est pas le temps que vous connaissez sur le plan physique, qui n'est que l'enregistrement par le cerveau des "événements" qui passent ; il s'agit ici de la correspondance mentale supérieure du temps. Je ne puis m'avancer davantage en ce sujet, car il est trop abstrait, attendu que le temps, dans cette connexion, est relié à la distance, à la descente, au foyer et au pouvoir d'enregistrer.

 2. La phase de la réception cérébrale. L'exactitude de cette réception dépend de la qualité des cellules du cerveau physique, de la polarisation dans le centre de la tête de l'homme pensant et de l'absence de toute impression émotionnelle dans les cellules du cerveau. La difficulté est ici que l'aspirant récepteur, ou le penseur focalisé, soit toujours conscient émotionnellement de la descente de l'impression supérieure et de la clarification résultante du thème de sa pensée. Elle doit donc être enregistrée par un véhicule astral parfaitement limpide, et vous comprenez dès lors l'un des objectifs principaux de la vraie méditation.

 3. La phase de l'interprétation reconnue. C'est une phase extrêmement difficile. L'interprétation dépend de nombreux facteurs : la base de l'éducation, le stade d'évolution atteint, l'approche mystique ou occulte du disciple vers le centre de la vérité, sa libération du psychisme inférieur, son humilité essentielle, qui joue une part importante dans la compréhension correcte, et sa décentralisation de la personnalité. De fait, le caractère tout entier est impliqué dans ce domaine important de l'interprétation correcte.

 Le sujet des SYMBOLES doit nécessairement être impliqué dans l'impression envisagée sous cet angle. Toutes les impressions doivent nécessairement être traduites et interprétées en symboles, en formes verbales ou en représentations imagées ; l'aspirant ne peut les éviter et c'est dans les formes verbales – dont la nature est aussi symbolique, il n'est pas besoin de le faire remarquer – qu'il peut s'égarer. Elles sont les intermédiaires transmettant l'impression enregistrée à la conscience cérébrale, c'est-à-dire à la conscience du plan physique du disciple, rendant ainsi possible sa compréhension utile des idées abstraites ou de ces aspects du Sentier qu'il est de son devoir de comprendre et d'enseigner.

 Il n'est pas nécessaire que j'élabore ce thème. Le véritable disciple est toujours conscient de la possibilité de l'erreur, de l'intervention d'intrusions et d'altérations psychiques ; il sait bien que l'interprétation vraie et effective de l'impression communiquée dépend largement de la pureté du canal récepteur et de la liberté de sa nature vis-à-vis de tous les aspects du psychisme inférieur – fait qu'on oublie souvent. Un voile épais de formes pensées concrètes peut aussi dénaturer l'interprétation véritable, comme le peut l'intervention astrale ; l'enseignement sur le Sentier et l'impression spirituelle peuvent se trouver interférés avec elle par l'illusion du plan astral, ou par des idées séparatives et concrètes émanant de niveaux mentaux. Dans ce cas, il peut véritablement être dit que "le mental est le destructeur du réel". Il y a une profonde signification occulte dans les mots : "un esprit ouvert" 1 ; il est tout aussi essentiel pour la correcte interprétation que l'est la libération de l'illusion astrale et des expressions psychiques présentes sur le plan astral. (11-100/7)

 4.

 Votre tâche majeure, en tant qu'aspirants, est de cultiver la sensibilité supérieure ; de vous rendre si purs et si dénués d'égoïsme, que votre mental ne soit pas troublé par les événements des trois mondes, de rechercher le sens spirituel d'attention qui vous permettra de recevoir les impressions, puis de les interpréter correctement. (18-549)