N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

61 – Le libre arbitre

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

61 – Le libre arbitre

 

1.

 Ces nouvelles catégories de groupes travailleront ensemble sous la direction et la suggestion conscientes d'un membre de la Grande Loge Blanche. Notez ce mot "suggestion", mes frères. Si ces groupes se trouvaient soumis à l'autorité d'un tel membre, alors l'objectif de toute l'oeuvre entreprise ne parviendrait pas à se concrétiser. On aurait violé une loi occulte. Une assistance libre et intelligente est ce que nous demandons aujourd'hui de nos disciples ; nous les laissons libres de la donner ou non, à leur guise, et de la manière qui leur paraît être la meilleure. Je suis votre instructeur. Je vous fais des suggestions. Je vous offre des instructions. Je vous indique la voie conduisant au but et au champ de service. Je vous signale ce que nous, les Instructeurs se trouvant du côté intérieur, cherchons à voir accomplir. Temporairement et de votre propre et libre volonté, vous avez fait connaître que vous étiez prêts à servir et à coopérer à mes plans. Je ne ferai pas plus que de vous indiquer la voie et la manière de servir. C'est à vous tous, mes disciples, qu'il appartient de déterminer, en une collaboration collective et en une compréhension des plus étroites, la façon dont mes suggestions et mes indications doivent être utilisées.

Quant à intervenir, je ne le fais pas. (5-45/6)

 2.

 Il est bon que les êtres humains comprennent que l'humanité est libre.

La Hiérarchie Elle-même ne sait pas, des forces du bien ou du mal, celles qui finalement l'emporteront ; car même si les forces du bien triomphent dans la guerre, triompheront-elles aussi dans la paix ? Le Bien doit finalement triompher, mais la Hiérarchie ne sait pas ce que l'avenir immédiat réserve à l'humanité, car les hommes déterminent leur propre destin. (5-74)

 3.

 … La divinité attend l'expression du libre arbitre de l'homme. Son intelligence et sa bonne volonté croissante s'expriment déjà.

 Nous avons là, une autre réponse à la question posée : Quelle que soit l'ampleur des nécessités ou l'importance des mobiles, jamais le Christ et la Hiérarchie spirituelle n'enfreignent le droit divin qu'ont les hommes de prendre leurs propres décisions, d'exercer leur libre arbitre et de parvenir à la liberté en combattant pour elle, individuellement, nationalement ou internationalement. (8-164)

 4.

 C'est dans le domaine des idées que l'humanité n'est pas un être libre.

Ce point important est à retenir. Dès qu'une idée est devenue un idéal, l'humanité peut librement l'accepter ou le rejeter, mais les idées proviennent d'une source plus élevée et sont imposées au mental racial, que les hommes le veuillent ou non. La rapidité du progrès humain, ou son retard faute de compréhension, dépendront de l'emploi qui est fait de ces idées qui sont des émanations divines incorporant le plan divin relatif au progrès planétaire. (9-8)

 5.

 … La médiumnité et le psychisme négatif et inintelligent réduisent leur représentant au niveau d'un automate ; ils sont dangereux et à déconseiller car ils privent l'homme de son libre arbitre et de sa positivité et vont à l'encontre de son rôle d'être humain libre et intelligent. L'homme, dans ce cas-là, ne joue pas le rôle de canal au service de son âme et n'est guère plus qu'un animal instinctif, en admettant qu'il ne soit pas littéralement une coque vide qu'une entité obsédante occupe et utilise. (13-10)

 6.

 Je voudrais répéter, comme je l'ai fait dans le passé, que c'est l'humanité qui détermine sa propre destinée. Les hommes ont transcendé le stade de l'enfance et ont atteint l'âge adulte, mais non la maturité.

L'homme parvient à la maturité par l'expérience et la décision qu'il a lui-même engendrées. Depuis un certain temps, nous qui cherchons à le guider avons borné nos efforts à atteindre les gens intelligents, impressionnant les personnes d'inclination spirituelle, stimulant l'humanité dans le sens de l'action juste, sans empiéter sur l'expression croissante du libre arbitre. De sorte que l'issue est imprévisible, bien que nous puissions voir une certaine part d'inévitabilité dans les événements futurs. Mais l'homme est libre de choisir son chemin ; une grande partie de la responsabilité de ce choix repose sur les épaules des plus instruits parmi la famille humaine et sur ceux qui sont parvenus à une certaine mesure de vision. (13-281)

 7.

 La Hiérarchie – à cause du principe divin de libre arbitre humain – ne peut pas prédire comment les hommes agiront en temps de crise ; la Hiérarchie ne peut pas imposer un bon mode de vie contre le désir humain normal, car cette bonne manière d'agir doit venir des profondeurs mêmes de la pensée et du sentiment des hommes ; elle doit se dégager comme un effort libre et non-dirigé ; la Hiérarchie n'a pas le droit de prendre les mesures possibles qui empêcheraient les hommes de faire des erreurs, car c'est par ces erreurs que l'homme apprend, c'est "par le moyen du mal que le bien apparaît le mieux", ainsi que l'a dit votre grand poète initié. Tout ce que la Hiérarchie peut faire est de présenter l'enseignement nécessaire, qui aiguillera la pensée de l'homme dans de bonnes directions, d'indiquer la voie des vraies relations et, par ailleurs, d'expliquer objectivement la nature de la mauvaise voie. (13-636)

 8.

 On pourrait dire que dans les limites de la direction intelligente de l'homme intelligent, il existe un libre arbitre, dans la mesure où il s'agit des activités dans le règne humain. Là où il n'y a pas d'activité mentale et là où il n'y a pas de pouvoir de discrimination, d'analyse et de choix, il n'y a pas de libre arbitre. Toutefois, à l'intérieur des processus plus vastes du Plan, comme celui-ci inclut l'évolution planétaire tout entière, il n'existe pour cette unité minuscule, l'homme, aucun libre arbitre. Il est soumis, par exemple, à ce que nous appelons les "actes de Dieu", et devant eux il est sans recours. Il n'a aucun choix ni aucun moyen de leur échapper. C'est une indication sur la façon dont fonctionne le karma dans le règne humain ; le karma et la responsabilité intelligente sont liés et entrelacés d'une manière inextricable. (15-29)

 9.

 Il est bien connu que le facteur du libre arbitre constitue la grande distinction entre le règne humain dans les trois mondes et les autres règnes de la nature. En matière de mort, ce libre arbitre est en dernière analyse relié d'une manière définie à l'âme. Consciemment ou inconsciemment, c'est la volonté de l'âme qui est suivie lorsqu'il s'agit de décider la mort, et cette idée comporte de nombreuses implications que l'on pourrait méditer avec fruit. (17-248)

Vous êtes ici : Accueil SERVIR L'HUMANITE (COMPILATION DE DISCIPLE) 61 – Le libre arbitre