N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

108 – Etudes ésotériques

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

108 – Etudes ésotériques

 

1.

 … Dans la tâche du moment présent, les développements futurs et possibles doivent être oubliés. En ce qui vous concerne il faut en arriver à oublier le côté forme de la méditation, car votre intuition a besoin d'être éveillée. Travailler en se désintéressant des résultats est une dure leçon pour tous les disciples, mais elle en vaut bien la peine. (5-105)

 2.

 Ne perdez pas de temps à vous inquiéter des réalisations phénoménales. Elles doivent inévitablement venir si l'aspiration enflammée de chacun de vous et le pouvoir de persister sont alimentés avec constance. (5-107)

 3.

 Dans ce que je vous enseigne ici, il y a beaucoup de paradoxes et apparemment quelques contradictions quant à l'occultisme orthodoxe ; mais il en est toujours ainsi lorsque le domaine de l'enseignement s'étend et que le total inclusif des faits antérieurs apparaît comme aspect mineur de faits encore plus grands. Vous voyez ainsi la signification et l'importance de l'affirmation de La Doctrine secrète : que la Hiérarchie et tous les membres de la Chambre du Concile de Sanat Kumara, ou Shamballa, ont invariablement passé par le stade humain de l'évolution, parce que seuls les êtres humains peuvent parfaitement fusionner et exprimer vie-raison, et que seul l'intellect humain peut créer consciemment ce qu'il faut pour amener à l'existence les stades requis de vie manifestée. (11-66)

 4.

 La grande entrave au travail de la majorité des écoles ésotériques est aujourd'hui leur sens de séparativité et leur intolérance envers d'autres écoles et méthodes. Les dirigeants de ces écoles doivent bien comprendre le fait suivant. Toutes les écoles qui reconnaissent l'influence de la Loge trans-himalayenne et dont les membres sont liés consciemment ou inconsciemment avec des Maîtres de la Sagesse tels que le Maître Morya ou le Maître K.H. forment une seule école et font partie d'une seule "discipline". Il n'y a donc aucun véritable conflit d'intérêts. Du côté intérieur, si elles fonctionnent avec quelque efficacité, les diverses écoles sont considérées comme une unité. Il n'y a aucune différence de base dans l'enseignement, même si la terminologie utilisée peut varier ; la technique du travail est fondamentalement identique. Si l'on veut que le travail des Grands Etres avance comme il est souhaité en ces temps de tension et de besoin mondial, il est impératif que ces divers groupes commencent à reconnaître leur unité de but, de direction et de technique, et que leurs dirigeants réalisent que c'est la peur d'autres dirigeants et le désir que leur groupe soit le plus important numériquement, qui favorisent l'usage fréquent de certaines réflexions, comme : "c'est une discipline différente" ou "leur travail n'est pas le même que le nôtre". C'est une attitude qui empêche la vraie croissance de la vie et de la compréhension spirituelles chez les nombreux étudiants, groupés dans les multiples organisations extérieures.

 Actuellement, la "grande hérésie de la séparativité" les corrompt. Les dirigeants et les membres parlent en termes de "notre" et "votre", de telle "discipline" ou telle autre, de telle méthode qui est bonne (généralement la leur) et de telle autre qui est peut-être correcte, mais probablement douteuse, sinon franchement mauvaise. Chacun considère son groupe comme étant spécifiquement voué à lui et à son mode d'instruction, et menace les membres de conséquences désastreuses s'ils coopèrent avec les membres d'autres groupes. Ils devraient au contraire reconnaître que tous les étudiants qui travaillent dans les écoles analogues et selon la même impulsion spirituelle sont les membres d'une seule école, unis par une unité subjective fondamentale. Il faut qu'un jour ces divers corps ésotériques, à présent séparatifs, proclament leur identité, et que les dirigeants, étudiants et secrétaires se rencontrent et apprennent à se connaître et à se comprendre. Cette reconnaissance et cette compréhension les amèneront, un jour, à essayer de joindre leurs efforts mutuels, à échanger des idées et, en vérité et en fait, à constituer une grande école ésotérique dans le monde, avec des cours et des degrés, différents et ayant pour but d'instruire les aspirants, de les préparer à l'état de disciple, et de surveiller le travail des disciples se préparant à l'initiation. Alors cessera la tentative actuelle d'entraver le travail par des comparaisons de méthode et de technique, par la critique et la diffamation, par les mises en garde et le culte de la peur et par l'exclusivité. Ce sont ces attitudes et ces méthodes qui, à l'heure actuelle, entravent l'entrée de la pure lumière de la vérité. (13-15/7)

Vous êtes ici : Accueil SERVIR L'HUMANITE (COMPILATION DE DISCIPLE) 108 – Etudes ésotériques