N G S M . E U

LES NOUVEAUX GROUPES DES SERVITEURS DU MONDE

SIXIEME REGLE

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

SIXIEME REGLE

Les dévas des quatre inférieurs sentent la force quand l'œil s'ouvre ; ils sont chassés et perdent leur maître.

TRAVAIL DE L'OEIL

 

Prenons maintenant comme sujet de notre étude l'une des plus simples règles de magie qui est, en même temps, l'une des plus pratiques et dont dépend tout le succès du travail magique.

Je voudrais faire remarquer à l'aspirant que la clé pour pénétrer dans la signification de cette règle est donnée par le mot "contemplation", déjà trouvé dans la règle précédente. Etudions donc ce mot et cherchons-en l'exacte définition.

"Contempler" signifie arriver à la vision ferme, dirigée dans une seule direction, d'un objectif spécifique. L'âme ou ange solaire tourne, pour ainsi dire, son regard dans trois directions.

1.
Vers la Lumière supérieure, centre de vie ou d'énergie, qui cache en soi le dessein et le plan vers lesquels tend tout être. Je ne saurais m'exprimer plus clairement. Ce qu'est cette force dirigeante, ce qu'est le secret même de l'Etre sera seulement révélé au cours des initiations supérieures et ne sera complètement saisi qu'au moment où le corps causal, ou karana sarira, se désintégrant, toute limitation disparaît.
Nous n'avons pas à nous préoccuper de la direction de la vision de l'ange solaire.

2.
Vers le règne où l'ange solaire suprême domine le monde des âmes ou impulsions égoïques, celui du travail hiérarchique et de la pensée pure.
C'est le royaume de Dieu, le règne de l'Etre céleste. C'est l'état dont les disciples deviennent de plus en plus conscients, là où œuvrent les initiés et d'où les Maîtres, selon leur rang, dirigent le processus évolutif de la planète. Ces deux directions vers lesquelles regarde l'ange solaire constituent le monde de son expérience spirituelle et l'objet de son aspiration. N'oublions pas que l'homme spirituel, l'ange solaire, a lui aussi un but à atteindre, qui deviendra l'impulsion dominante quand sa victoire sera complète sur son véhicule dans les trois mondes. Tout comme l'être humain en pleine possession de son intelligence peut commencer à fonctionner consciemment comme âme et prendre contact avec le règne de l'âme, ainsi l'âme dominante et en pleine activité, gouvernée par le principe de bouddhi, peut commencer à prendre contact avec l'état d'Etre pur où demeure éternellement la monade ou esprit.

Le développement de l'intellect chez l'homme indique son aptitude à fouler le Sentier jusqu'à la pleine conscience de l'âme. Le développement de l'aspect de bouddhi, ou amour-sagesse, chez l'ange solaire, démontre son aptitude à une ultérieure expansion de croissance de l'état d'Etre pur.

3.
La troisième direction où regarde l'âme, et où elle exerce sa faculté de vision contemplative, est vers sa réflexion dans les trois mondes de la manifestation. L'objet de la longue lutte, entre l'homme supérieur et l'homme inférieur, est de rendre la personnalité capable de réagir aux forces émanant de l'âme et de devenir sensiblement consciente de ces forces, alors que l'âme "contemple" son triple instrument.
Il y a un rapport intéressant entre les trois "directions de la contemplation" et l'éveil des trois centres majeurs. On ne peut qu'y faire allusion, car le sujet est trop complexe. Beaucoup de facteurs régissent cet éveil et chaque aspirant, peu à peu, trouve de lui-même l'ordre et la méthode de cet éveil.

Le centre entre les sourcils, communément appelé le troisième œil, a une fonction particulière. Je répète que les étudiants ne doivent pas confondre la glande pinéale avec le troisième œil. Ils sont en relation, mais ils ne sont pas la même chose, comme cela peut sembler au lecteur superficiel de la doctrine Secrète. H.P.B. le savait, mais la confusion apparente fut permise jusqu'à ce que fût mieux connue la nature éthérique de la forme. Le troisième œil se manifeste comme résultat de l'action vibratoire réciproque entre les forces de l'âme qui agissent par la glande pinéale et les forces de la personnalité qui agissent par le corps pituitaire. Ces deux forces, l'une négative et l'autre positive, réagissent les unes sur les autres et, quand elles sont assez puissantes, elles produisent la lumière dans la tête. Comme l'œil physique se manifeste en réponse à la lumière du soleil physique, de même l'œil spirituel se manifeste en réponse à la lumière du soleil spirituel. A mesure que l'aspirant se développe, il devient conscient de la lumière intérieure en lui et en toutes les formes, même si elle est voilée par les enveloppes et les expressions de la vie divine. A mesure que la conscience de cette lumière augmente en lui, l'organe visuel intérieur se développe et le mécanisme permettant de voir à la lumière spirituelle se manifeste dans le corps éthérique.

C'est l'œil de Shiva, pleinement utilisé dans le travail magique, seulement quand l'aspect monadique, aspect volonté, domine complètement.

Au moyen du troisième œil, l'âme a trois activités :

1.
C'est l'œil de la vision qui permet à l'homme spirituel de voir, au-delà des formes, tous les aspects de l'expression divine, de devenir conscient de la lumière du monde et de prendre contact avec l'âme dans toutes les formes. De même que l'œil physique voit les formes extérieures, de même l'œil spirituel perçoit l'illumination au sein de ces formes ; cette illumination indique l'état spécifique de l'être. Le troisième œil ouvre à l'homme le monde de la lumière.

2.
Le troisième œil est le facteur qui dirige le travail magique. Tout le travail magique est exécuté dans un but défini, constructif, rendu possible par l'usage de la volonté intelligente ; autrement dit, l'âme connaît le plan et, quand l'alignement est atteint et l'attitude est juste, l'aspect volonté de l'homme divin peut fonctionner et produire des résultats dans les trois mondes. L'organe utilisé est le troisième œil. L'analogie se trouve dans le pouvoir de l'oeil physique de dominer d'autres êtres humains ou des animaux par le regard, et d'être capable, en les fixant, d'agir magnétiquement. Pareillement la force spirituelle s'écoule par le troisième œil focalisé sur un objectif.

3.
Le troisième œil a aussi un aspect destructeur ; l'énergie qui passe à travers lui peut exercer un effet de désintégration. Elle peut, par l'attention concentrée, dirigée par la volonté intelligente, expulser de la matière physique. C'est l'agent de l'âme dans l'œuvre de purification.
Il faut noter ici que, dans chacun des corps subtils dans les trois mondes, il y a un point focal correspondant, et que le centre entre les sourcils n'est que la contre-partie physique (car la substance éthérique est physique) de correspondances intérieures.

Par ce point de focalisation, l'âme regarde ou contemple le plan mental, y compris le mécanisme mental. De même sur le plan affectif, l'âme est amenée à un état de conscience, ou de vision, de son enveloppe affective et du monde des phénomènes astraux ; le parallélisme physique existe pour le corps éthérique.

C'est la troisième activité de l'âme, le travail destructif pour libérer les vieilles formes, pour expulser des corps la matière indésirable et pour renverser les barrières qui limitent la véritable activité de l'âme.

Ces trois activités de l'âme, s'exerçant au moyen du troisième œil, correspondent aux trois aspects de l'âme que les étudiants feraient bien d'étudier sérieusement.

Voir la lumière au sein de chaque forme par le troisième œil (grâce à la réalisation de la lumière dans la tête, lumière spirituelle) correspond à la fonction de l'œil physique qui révèle les formes à la lumière du soleil physique. Ceci correspond à la personnalité.

L'aspect de domination par l'énergie magnétique et de force d'attraction de l'œil spirituel, qui est le facteur dominant dans le travail magique, correspond à l'âme. En un sens très mystérieux, l'âme est l'œil de la monade et lui permet, celle-ci étant Etre pur, d'agir, de prendre contact, de savoir et de voir. L'aspect de destruction correspond à l'aspect de la monade ou aspect volonté. En dernière analyse, c'est la monade qui produit l'abstraction finale, détruit toutes les formes, se retire de la manifestation et achève le cycle du travail créateur.

Amenant ces conceptions à une expression pratique, par rapport à la règle que nous examinons, nous remarquerons que ces trois activités sont traitées dans cette Règle. Le troisième œil s'ouvre à la suite du développement conscient, du juste alignement et de l'influx de la vie de l'âme. Sa force magnétique agit alors, domine les vies des corps inférieurs, expulse les quatre élémentaux inférieurs (terre, eau, feu, air) et oblige les seigneurs lunaires à abdiquer. La personnalité, jusqu'ici souveraine, ne peut plus gouverner et l'âme assume la complète domination dans les trois mondes.

L'élémental terre qui est la totalité des nombreuses vies formant le corps physique, est dominé et "sent" le regard du Maître (le Maître dans la tête) sur lui. Les éléments grossiers qui constituent ce corps sont éliminés et remplacés par des atomes meilleurs et plus adéquats.

L'élémental astral, ou corps liquide, est soumis à une action semblable et à un effet stabilisateur qui met fin à l'agitation tempétueuse et fluidique qui le caractérisait jusque là. Par le pouvoir magnétique de la domination de l'œil spirituel, l'âme reconstruit le corps astral et le maintient calme, concentrant sur lui son attention.

Un processus analogue se produit dans le corps mental. Les vieilles formes disparaissent à la claire lumière où travaille l'homme spirituel. L'Antique
Commentaire l'exprime de la façon suivante :

"L'âme jette un regard sur les formes du mental. Un rayon de lumière jaillit et les ténèbres disparaissent. Les formes mauvaises disparaissent et tous les petits feux s'éteignent ; les lumières mineures ne sont plus visibles.

Par la lumière, l'œil éveille à la vie les modes d'Etre. Le disciple en reçoit la connaissance. L'ignorant n'y comprendra rien, car un sens lui fait défaut."

L'élémental air, compris symboliquement, est le substratum d'énergie qui agit par les formes du corps éthérique, lié intimement avec la respiration ; il est sujet d'étude de la science du pranayama. Cette forme élémentale est la structure éthérique complexe : les nadis et les centres. Tous les étudiants avancés savent bien que ceux-ci sont dominés par l'âme dont l'attention est concentrée sur eux dans la contemplation. L'action de l'âme s'exerce par le centre de la tête, focalisé dans la région du troisième œil et qui conduit à la juste activité par un acte de volonté. Dans ces mots, j'ai concentré la formule pour tout le travail magique sur le plan physique, travail accompli par l'âme par le moyen du corps éthérique et de la force dirigée par l'un ou l'autre des centres.

Concentrant intensément l'intention dans la tête et dirigeant l'attention, par le moyen du troisième œil, au centre à employer, la force trouve son juste débouché. Elle tire sa puissance de la volonté intelligente qui donne vie et énergie. Etudiez ces points, car vous trouverez en eux la clé du travail magique de reconstruction de votre vie, de reconstruction de l'homme entreprise par certains adeptes, et du travail magique de l'évolution du plan divin, force motrice de la Hiérarchie occulte.

Vous êtes ici : Accueil TRAITE SUR LA MAGIE BLANCHE SIXIEME REGLE